Pour une réforme de l'abattage rituel... | Fondation Brigitte Bardot

Pour une réforme de l'abattage rituel...

Une Proposition de Loi, présentée par une Sénatrice centriste, veut rendre obligatoire l’étourdissement des bêtes avant tout abattage !

S’il y a un sujet sensible, qui révolte bon nombre de citoyens français mais n’est jamais remis en cause par les politiques, c’est bien celui de l’égorgement à vif, sans étourdissement préalable, de millions d’animaux dans les abattoirs français.

La France est pourtant signataire, depuis 1979, de la Convention européenne sur la protection des animaux d'abattage qui précise : "Les procédés d'étourdissements autorisés par les parties contractantes doivent plonger l'animal dans un état d'inconscience où il est maintenu jusqu'à l'abattage, lui épargnant en tout état de cause toute souffrance évitable".

Limiter autant que possible la souffrance

Le principe qui préside dans les textes européens est celui de l'interdiction de l'abattage des animaux conscients, c'est-à-dire l'obligation d'étourdir les animaux avant leur mise à mort de façon à leur éviter toute souffrance inutile. Toutefois, des possibilités de dérogation ont été prévues, notamment lors d’abattages selon des rites religieux.

En France, cette dérogation s’est généralisée à l’insu des consommateurs. Dans un rapport de novembre 2011, le Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux précise que 51% des abattages pratiqués en France sont des abattages rituels, alors que les consommateurs musulmans et juifs ne représentent pas plus de 7% des consommateurs français. D’après la chambre d’Agriculture d’Ile-de-France : "100% des animaux abattus en Ile-de-France le sont selon les traditions musulmanes et juives".

De l’exception à la règle générale

Les raisons de cette généralisation de l'abattage sans étourdissement préalable sont essentiellement économiques. Elle permet aux abattoirs d'accéder à de nouveaux marchés, celui de la viande casher et halal, tout en écoulant les invendus sur le marché classique. Or, cet écoulement se fait sans étiquetage particulier.

Outre la nécessité d'informer le consommateur, il convient de faire respecter la réglementation dont le principe est celui de l'interdiction de la souffrance animale. En 2004, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a émis un avis pour la Commission européenne selon lequel "en raison des graves problèmes de bien-être animal liés à l'abattage sans étourdissement, un étourdissement doit toujours être réalisé avant l'égorgement".

Selon l'avis de l'EFSA, "des coups destinés à provoquer une saignée rapide engendrent d'importantes destructions de tissus dans des zones fortement innervées. La baisse de tension rapide qui suit l'hémorragie est nettement ressentie par l'animal conscient et entraîne terreur et panique. L'animal, conscient, souffre aussi quand son sang se répand dans sa trachée."

Longue et douloureuse agonie

Selon le rapport d’expertise Douleurs animales de l’INRA : "Chez les veaux et les bovins adultes, on observe une grande variabilité dans la perte de conscience des animaux avec des extrêmes de 8 secondes à 14 minutes".

Dans son avis 02/104 de 2006, la Fédération des Vétérinaires d’Europe précise : "Du point de vue de la protection des animaux et par respect pour l’animal en tant qu’être sensible, la pratique consistant à abattre les animaux sans étourdissement préalable est inacceptable, quelles que soient les circonstances".

L’étourdissement compatible avec le culte musulman

Le Recteur de la Grande Mosquée de Paris, le Dr Dalil Boubakeur, alors président du Conseil Français du Culte Musulman avait déclaré, en février 2006 dans un entretien à Filières Avicoles : "J’ai personnellement assuré à Brigitte Bardot, lorsque je l’ai rencontrée, que l’Islam n’est pas hostile à l’étourdissement mais à condition qu’il ne soit pas irréversible".

La réversibilité de l’étourdissement des animaux d’abattoir a été établie, en décembre 2006, par l’Académie vétérinaire de France qui a remis un rapport, aux ministères de l’Agriculture et de l’Intérieur, dans lequel on peut lire : "L’étourdissement électrique des animaux de boucherie, et notamment des ovins, est réversible s’il est correctement appliqué ; l’animal soumis à cette forme d’étourdissement reste vivant, mais dans un état d’inconscience et d’insensibilité à la douleur".

L’appel de Sylvie Goy-Chavent à François Hollande

La dérogation à l’obligation d’insensibiliser les animaux avant leur abattage n’est pas justifiée, c’est pourquoi, dans sa Proposition de Loi, la Sénatrice Sylvie Goy-Chavent demande que soit rendu obligatoire, avant l’abattage ou la mise à mort, l’étourdissement des animaux, y compris dans le cadre d’un abattage rituel.

La Sénatrice UDI de l’Ain a également interpellé, le 13 novembre 2012, le Président François Hollande via une publication pleine page dans "le Parisien" cofinancé par la Fondation Brigitte Bardot et ses partenaires*. La FBB appelle, par ailleurs, ses sympathisants à soutenir la Proposition de Loi en signant la pétition mise en ligne sur le site www.abattagerituel.fr

17 février 2014, Brigitte Bardot fait appel à François Hollande

Alors que le Danemark annonce l'arrêt immédiat de l'abattage sans étourdissement préalable, la Présidente de la Fondation Brigitte Bardot demande au chef de l'Etat "d'agir pour rendre illégal l'égorgement des bêtes dans une agonie insupportable, une souffrance évitable".

Voir lettre intégrale colonne de droite (PDF)

Ecouter ICI l'intervention de Brigitte Bardot dans l'émission Europe Midi (Europe 1) du 20 février 2014

05 mars 2014, François Hollande répond à la FBB : l'abattage rituel ne sera pas réformé en France

La réponse du Chef de l'Etat ne s'est pas faite attendre, le 5 mars, François Hollande répond à Brigitte Bardot "si la laïcité assure la liberté de conscience et impose la séparation des églises et de l'Etat, elle garantit aussi le libre exercice des cultes. C'est au nom de ce principe qu'est reconnue en France une exception pour l'abattage rituel qui concerne les cultes israélite et musulman." (lettre intégrale colonne droite)

En la matière, à gauche comme à droite, nos élus mènent une seule et même politique : l'immobilisme !

Abattage rituel :

L'action de la FBB contre l'égorgement des bêtes

imprimer

Partager