Le rapport de l'OMS sur la consommation de charcuterie et de viande rouge doit nous inciter au végétarisme | Fondation Brigitte Bardot

Le rapport de l'OMS sur la consommation de charcuterie et de viande rouge doit nous inciter au végétarisme

Le 26 octobre 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) - une agence de l'Organisation mondiale de la santé - publie une étude faisant le lien entre certains cancers et la consommation de charcuterie et de viande rouge. Interrogée à ce sujet par L'AFP, Brigitte Bardot salue "le courage extraordinaire" de l'OMS.

"Je salue le courage extraordinaire de l'OMS pour avoir lancé ce signal d'alarme. C'est génial!", a-t-elle déclaré.
"Il était temps que l'on voit les choses telles qu'elles sont. Depuis des années, on sait que la surconsommation de viande est extrêmement nocive pour la santé. Des experts l'ont dit depuis longtemps, je ne cesse de le répéter aussi !. Manger de la viande est du cannibalisme animalier. Il faut que les gens se rendent compte que la viande ne pousse pas sur les arbres. Quand on y réfléchit un peu, on a un peu moins envie de se bâfrer de viande. Les conditions d'élevage et d'abattage de manière industrielle, dans des conditions atroces, font aussi que les animaux produisent des toxines en raison d'un stress épouvantable. Ce qu'on a vu à l'abattoir d'Alès n'est absolument pas une exception. C'est comme ça dans tous les abattoirs. L'alimentation carnée telle qu'on la pratique un peu partout dans le monde, provoque de nombreux cancers. Ma mère Anne-Marie était une grande mangeuse de viande et elle est morte d'un cancer du colon. Son médecin avait fait le lien avec une surconsommation de viande. On connaît ce risque depuis des dizaines d'années. J'ai 81 ans. Je me porte comme le Pont Neuf et ça fait plus de 40 ans que je ne mange pas de viande. Je mange des œufs, du fromage et même des sardines. La viande n'est absolument pas nécessaire à l'alimentation humaine."


Brigitte Bardot estime qu'en matière d'élevage, "on sépare trop l'animal de la nature. Les élevages intensifs sont extrêmement mauvais. Les animaux sont enfermés avec leurs excréments. Remettre les animaux dans leur contexte naturel est la seule solution pour que la chaire soit saine et propre. Les animaux ne doivent pas être élevés dans un univers concentrationnaire, sous médicaments et antibiotiques. L'OMS nous dit enfin qu'il faut manger moins de viande. Il faut donc produire moins de viande, sans doute la vendre un peu plus cher, mais elle sera de meilleure qualité".

 

Un rapport accablant

En se basant sur plus de 800 études, le CIRC vient de classer la viande transformée, essentiellement la charcuterie, dans la catégorie des agents "cancérogènes pour l'homme", tandis que les viandes rouges ainsi que celles de porc et de veau ont été classées comme "probablement cancérogènes". Parmi les cancers les plus fréquemment associés à la viande, figure le cancer colorectal et dans une moindre mesure les cancers de la prostate et du pancréas.

Manger de la viande est dangereux

Les auteurs de l'étude indiquent qu'une personne qui mange beaucoup de viande est deux fois plus sujette au développement d'un cancer colorectal que les personnes qui n'en consomment pas. Le rôle du fer héminique, présent dans le sang de la viande à hauteur de 40 %, ainsi que sur les modes de cuisson à haute température sont fortement mis en cause. Quant à la charcuterie, c'est une viande transformée qui contient des nitrates et nitrites, ajoutés en guise de conservateurs.

Des informations capitales et des scandales qui doivent nous inciter au végétarisme

La salmonelle dans les années 80, la vache folle dans les années 90, la fièvre aphteuse dans les années 2000, le scandale de la viande de cheval il y a deux ans et aujourd'hui ce rapport accablant sur la consommation de viande ne peuvent que nous inciter à la réduire, voire à l'arréter.

A lire : Pourquoi devenir végétarien ou végétalien ?

imprimer

Partager