Maltraitance des équidés | Fondation Brigitte Bardot
Sauvetages | Chevai dénutri et malade
Sauvetages
Chevai dénutri et malade
Sauvetages | Des camions équipés pour le transport des équidés
Sauvetages
Des camions équipés pour le transport des équidés

Maltraitance des équidés

Parmi les principaux signes de maltraitance, notons :

  • L’état de l’animal : maigreur (attention aux très vieux chevaux), pieds, peau, poils, crottin (vérifier l’éventuelle présence de vers), licol ancré dans la chair
  • le non apport de soins : un cheval nécessite un parage régulier et l’état de ses sabots est significatif (lorsqu’ils sont  en « babouche », par exemple). 
  • l’absence d’eau et / ou de nourriture,
  • les violences physiques (blessures non soignées) et /ou morales (cheval très peureux),
  • l’état du terrain (superficie, présence de matériaux pouvant blesser le cheval par exemple),
  • Les conditions de garde : Le cheval qui passe sa vie en box est plus malheureux qu’un cheval qui vit en extérieur.  Un cheval qui vit en box et qui ne sort pas quotidiennement ou qui est constamment attaché (avec une corde trop petite pour qu’il puisse se défouler ou faire de l’exercice) ou si ses jambes sont trop souvent entravées par manque de clôture.
  • Le cheval supporte le froid mais pas le vent. Dans des conditions de grand froid (en altitude, par exemple) l’animal doit avoir un abri naturel ou artificiel à sa disposition.

S’il y a bien maltraitance, que faire ?

  • Si l’on constate qu’il y a maltraitance on doit adresser un courrier (par voie postale, email ou fax) à la Fondation Brigitte Bardot.
  • Ce courrier doit être détaillé avec des photos et comporter l’adresse du propriétaire maltraitant et du plaignant.
  • Suite à cette demande, un enquêteur situé dans les environs fera une visite et nous fera suivre son rapport.
imprimer

Partager