Vente d'animaux aux cirques, labos... la face cachée des zoos ! | Fondation Brigitte Bardot
Delphinarium = Prison Photo Gaiä
Delphinarium = Prison Photo Gaiä
Planète Sauvage vend des macaques à un laboratoire
Planète Sauvage vend des macaques à un laboratoire
Le zoo de Fréjus confie des animaux à un cirque
Le zoo de Fréjus confie des animaux à un cirque
Sauvetage hippopotame Tonga. Du cirque Zavatta à la liberté...
Sauvetage hippopotame Tonga. Du cirque Zavatta à la liberté...

Vente d'animaux aux cirques, labos... la face cachée des zoos !

Ségolène Royal interpellée par la Fondation Brigitte Bardot

Planète Sauvage vend des macaques à un laboratoire, le zoo de Fréjus confie des animaux à un cirque, le zoo d'Amnéville se lance dans le cirque et envisage de créer un delphinarium... Nous devons refuser ces dérives scandaleuses !

La Fondation Brigitte Bardot condamne depuis toujours l'expérimentation animale, le trafic des espèces sauvages, la captivité des animaux dans les cirques, delphinariums et zoos...

Un article récemment publié dans Reporterre révèle que certains laboratoires d'expérimentation se fournissent dans des zoos français. L'enquête porte notamment sur des macaques rhésus, fournis par le zoo Planète Sauvage de Port-Saint-Père (44), expérimentés par le laboratoire allemand Max-Planck dont les recherches portent sur les connexions des systèmes neurologiques, notamment via la trépanation de primates (non humains).

L'appel à Ségolène Royal

Le 17 décembre 2014, la Fondation Brigitte Bardot interpelle la ministre de l'Ecologie pour dénoncer une situation scandaleuse et l'immobilisme des autorités françaises (lettre intégrale PDF colonne de droite), extrait de la lettre en trois points :

Planète Sauvage (44)

"Ce zoo a déjà une triste réputation depuis l’ouverture d’un bassin prison où des dauphins sont condamnés à une misérable vie d’esclave, mais nous n’imaginions pas que cette structure alimentait les laboratoires d’expérimentation… Il y a un vrai problème avec les parcs zoologiques en France.

Zoo de Fréjus (83)

Il y a quelques jours je me suis rendu au zoo de Fréjus où les conditions de détention des animaux sont scandaleuses, particulièrement celles de l’éléphante détenue dans un espace ridicule, incompatible avec "les impératifs biologiques de son espèce" comme l’impose le code rural. Pauvre bête au comportement stéréotypé, rendue folle dans cet enclos carcéral.

Il y a quelques années, la Fondation Brigitte Bardot a saisi un hippopotame détenu, sans autorisation, par le cirque Zavatta dans des conditions ignobles. Cet animal provenait, déjà, du zoo de Fréjus… On se rend bien compte, par ces deux exemples, que le suivi des animaux provenant des parcs zoologiques n’est absolument pas assuré.

Pour l’hippopotame, notre Fondation l’a pris en charge et l’a transféré en Afrique du Sud, dans une réserve protégée, où il vit désormais dans des conditions optimales… mais qu’en est-il de tous les autres animaux victimes de ces réseaux frauduleux ?"

Zoo d'Amnéville (57)

En restant sur ce seul point de la captivité des animaux sauvages (il y a bien d’autres sujets aussi importants), les nouveaux projets du zoo d’Amnéville sont très préoccupants :

-       Le Tiger World, dont l’objectif est de "réhabiliter le cirque traditionnel¹",

-       La création d’un delphinarium pour emprisonner de nouveaux dauphins…

Le directeur du zoo d’Amnéville revendique "le fait d’être l’héritier des grands dresseurs de cirque¹", il n’a même plus à justifier ou couvrir son activité par un pseudo-alibi d’intérêt éducatif et scientifique, le laxisme ambiant autorisant les exploitants d’animaux à faire tout et n’importe quoi, en toute impunité…"

 

¹ Interview de Michel Louis, directeur du zoo d’Amnéville, au Républicain Lorrain

imprimer

Partager