Chasse | Fondation Brigitte Bardot

Chasse

A l’heure où les Français développent leurs loisirs et recherchent des espaces naturels, il nous paraît important d’arriver à un compromis entre les différents utilisateurs de la nature. Rappelons que si le nombre de chasseurs ne cesse de diminuer, ils bafouent ouvertement la réglementation, s’octroient (en toute illégalité) la période de chasse la plus longue d’Europe, le tout au détriment des promeneurs mis en danger par le tir des chasseurs.

La chasse à courre est le plus archaïque de nos modes de chasse, et un des plus cruels, puisque l’animal est poursuivi jusqu’à l’épuisement avant d’être noyé ou déchiqueté par la meute. 10 000 personnes la pratiquent et 60 000 y assistent, ce qui intéresse donc 0,1% de la population alors que 73% des Français y sont opposés. La vènerie a été abolie dans presque tous les pays européens. C’est pourquoi les veneurs interdits de chasse chez eux se réfugient en France, où le nombre des équipages augmente sans aucune proportion avec les espaces naturels qui, eux, se réduisent. A la chasse à courre qui est une aberration éthique et écologique, il faut ajouter la vénerie sous terre, et principalement le déterrage des blaireaux organisé en honteux « championnats ». Plusieurs propositions de loi visant à abolir la vénerie ont été déposées mais aucune n’a été débattue…

Nuisibles à qui ?

En France, 12 mammifères (belette, chien viverrin, fouine, lapin de garenne, martre, putois, ragondin, rat musqué, raton laveur, renard, sanglier, vison d’Amérique) et 6 oiseaux (corbeau freux, corneille noire, étourneau sansonnet, geai des chênes, pie bavarde, pigeon ramier) sont classés « nuisibles ». Ces espèces pourront être détruites sans quota et sans donnée sur l’état réel des populations. Alors que des campagnes d’empoisonnement des rongeurs sont organisées, leurs prédateurs naturels sont classés « nuisibles » et détruits massivement. Des espèces « nuisibles » sont des prédateurs naturels d’autres espèces « nuisibles » ; Le renard est un prédateur pour les mustélidés, le lapin, le rat musqué et les ragondins. Les putois et la fouine sont les prédateurs naturels des jeunes ragondins et rats musqués… Ces espèces sont économiquement utiles en limitant insectes et rongeurs ravageurs des récoltes. Certaines espèces sont classées « nuisibles » pour protéger des espèces « gibier » relâchées pour la chasse, on détruit donc des espèces sauvages au profit de gibiers d’élevage uniquement pour satisfaire les chasseurs… Une aberration !

Droit de non chasse : Condamnée en 1999 par la Cour européenne des droits de l’homme, la France a enfin reconnu le droit de non-chasse en juillet 2000. Cet acquis est remis en cause régulièrement par les chasseurs. Ainsi, une Proposition de loi est actuellement débattue et prévoit notamment que les détenteurs du droit de chasse se verront notifier un nombre d’animaux à prélever dans un délai donné, ce nombre servant de base au calcul d’une indemnité financière. Ainsi ce texte remet en cause purement et simplement le droit de non-chasse !

Attentes de la Fondation Brigitte Bardot

Pour que la nature ne soit plus prise en otage par les chasseurs (qui représentent une minorité en France), Nous demandons :

  • La déclassification de toutes les espèces dites « nuisibles »,
  • l’interdiction des chasses « traditionnelles » et cruelles (vénerie, etc.),
  • l’interdiction de toute forme de piégeage,
  • l’interdiction des lâchers de gibier,
  • l’arrêt de la chasse le dimanche où sont recensés le plus d’accidents,
  • la mise en place d’un permis de chasser à points et contrôle alcootest des chasseurs.

Réponses des candidats

Nicolas Sarkozy

UMP (réponses données le 10 Avril)

Elle joue un rôle considérable dans la vie de nos territoires ruraux, nous estimons donc qu’il n’y a pas de raison de la remettre en cause. Il n’en demeure pas moins que cette pratique doit être particulièrement encadrée afin qu’elle se déroule dans l’application des règles garantissant l’équilibre de nos écosystèmes.

 

François Hollande

Parti Socialiste ( Réponses données le 6 Avril)

A l’heure où nos concitoyens sont en demande et vous m’en voyez très heureux, de plus d’espaces naturels, il me paraît important de répartir équitablement les usages de la nature. Si les chasseurs sont un acteur de l’espace naturel, il va de soi qu’ils doivent partager celui-ci avec d’autres, en particulier les pratiquants de sports de pleine nature.

La question que vous soulevez sur la chasse à courre est d’actualité. Des débats sont engagés à l’Assemblée nationale et je souhaite qu’ils puissent se poursuivre sereinement.

 

Nicolas Dupont-Aignan

Debout la République ( réponses données le 22 Mars)

- La déclassification de toutes les espèces dites « nuisibles », Cette mesure méritera d'être débattue contradictoirement par les spécialistes concernés, sous l'autorité du Ministre, de manière à en situer clairement les enjeux, dans l'orientation générale que je leur fixerai d'éviter le plus grand nombre de morts inutiles et de prendre explicitement en compte le rôle de ces espèces dans l'équilibre des écosystèmes.

- l’interdiction des chasses « traditionnelles » et cruelles (vénerie, etc.), Il faut qu'un équilibre soit trouvé entre les chasseurs, les protecteurs de l'environnement et les défenseurs de la cause animale. Je suis persuadé que les chasseurs, comme praticiens de la nature, sont prêts à faire des efforts.

- l’interdiction de toute forme de piégeage, L’arrêté du 29 janvier 2007 fixant les dispositions relatives au piégeage des animaux classés nuisibles me semble équilibré. C'est son application qui ne l'est pas, parce que le contrôle de la gravité des blessures infligées aux animaux revient le plus souvent aux piégeurs eux-mêmes, ce qui est une aberration. C'est ce contrôle par une autorité administrative indépendante qu'il faudra renforcer. Une interdiction pure et simple, si elle n'était pas plus suivie d'effets que ne l'est cet arrêté, ne changerait rien de fondamental. C'est une orientation décisive de ma candidature à la Présidence de la République : je veux qu'enfin dans notre pays les normes de droit (lois, arrêtés...) soient réellement appliquées, et cela également, à tous niveaux, que ce soit dans les plus hautes sphères de l'Etat ou dans les plus grandes multinationales. Plus de connivences, plus de compromissions.

- l’arrêt de la chasse le dimanche où sont recensés le plus d’accidents, Si les chasseurs ne peuvent plus chasser le week-end, quand le feront-ils ? Je me vois mal prôner l'interdiction de la conduite automobile dans les zones les plus à risque, au motif qu'y serait recensé un nombre élevé d'accidents. Je serais plutôt partisan d'une augmentation des règles de sécurité ce jour là (signalétique, etc.), ainsi que dans les zones les plus dangereuses, sur l'opportunité de quoi devront se prononcer spécialistes et intervenants réunis autour du Ministre.

- la mise en place d’un permis de chasser à points et contrôle alcootest des chasseurs. Oui. Je suis favorable à toute mesure permettant de concilier le maintien du plaisir de chasser avec l'exigence de sécurité. Au regard des risques inhérents à leur activité, il n'est pas absurde de chercher à responsabiliser davantage les chasseurs, comme l'ont été les automobilistes.

 

Marine Le Pen

Front National ( Réponses données le 17 Mars)

- La déclassification de toutes les espèces dites « nuisibles », Non

- l’interdiction des chasses « traditionnelles » et cruelles (vénerie, etc.), Non

- l’interdiction de toute forme de piégeage, Non

- l’interdiction des lâchers de gibier, Non

- l’arrêt de la chasse le dimanche où sont recensés le plus d’accidents, Non

- la mise en place d’un permis de chasser à points et contrôle alcootest des chasseurs. Non

 

Nathalie Arthaud

Lutte Ouvrière (Réponses données le 13 Mars 2012)

(Note de la FBB : la lettre reçue n’apportant pas une réponse, point par point, à notre questionnaire, nous reprenons les extraits en rapport avec chaque thème de la page)

« J’aspire par ailleurs à une société dans laquelle les être humains auront d’autres passe-temps que la chasse (la chasse comme source de subsistance, elle, subsistera tant que les hommes n’auront pas suffisamment à manger dans le monde entier). L’interdiction de la chasse à courre, loisir cruel de riches oisifs en mal de distraction, me semble justifiée. »

imprimer

Partager