Expérimentation animale : L'Initiative Citoyenne Européenne | Fondation Brigitte Bardot

Expérimentation animale : L'Initiative Citoyenne Européenne

Après l’Audition publique du Parlement européen, le 11 mai dernier à Bruxelles, la Commission européenne a publié, aujourd’hui 3 juin 2015, sa réponse à l’ICE Stop Vivisection.

Dans le document mis en ligne un peu avant midi, on peut lire notamment : « L’Union partage la conviction qui est celle de l’initiative citoyenne, à savoir que les essais sur les animaux devraient être progressivement supprimés. Il s’agit bien de la finalité ultime de la législation de l’UE dans ce domaine. »

Après ce préambule encourageant, la conclusion ne fait place à aucun doute quant à la volonté de l’UE de ne surtout rien réformer en la matière : « la Commission n’a pas l’intention de présenter une proposition qui viserait à abroger la directive 2010/63/UE ; elle n’a pas non plus l’intention de suggérer l’adoption d’un nouveau cadre législatif. »

En résumé, la Commission européenne répond aux 1,17 million de citoyens européennes à s’être mobilisés pour l’ICE… « Circulez, il n’y a rien à voir ! »

Pour la Fondation Brigitte Bardot :

La réponse de la Commission européenne n’est pas à la hauteur de la mobilisation citoyenne, c’est une insulte à la démocratie car les Initiatives Citoyennes Européennes, validées ou non, finissent toutes à la poubelle… En attendant, des millions d’animaux sont prisonniers des laboratoires de recherche, subissent des expérimentations dans des souffrances insupportables et dans une indifférence inacceptable.

D’un point de vue éthique, l’expérimentation animale est indéfendable, d’un point de vue scientifique elle est très contestable. Nous devons, aujourd’hui, abolir cette science sans conscience, qu’il y ait ou non des méthodes substitutives.

Compte tenu des raisons éthiques que l'on peut opposer à l'expérimentation animale, d'une part, et des solides éléments scientifiques qui invalident la prédictivité du "modèle animal" pour l'être humain, d'autre part, nous demandons instamment à la Commission européenne d'abroger la directive 2010/63/UE relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques et de présenter à la place une nouvelle proposition de directive visant à mettre fin à l’expérimentation animale et de rendre obligatoire, pour la recherche biomédicale et toxicologique, l’utilisation de données pertinentes pour l’espèce humaine.

Télécharger le communiqué de presse ICI

STOP VIVISECTION étape par étape

Depuis le 1er Avril 2012, grâce à l'initiative citoyenne, avec un million de signatures, les citoyens européens peuvent participer à l'activité législative de l'Union européenne.

Avec ce nouvel outil, la Commission européenne est tenue d'analyser les demandes des citoyens dans les trois mois suivant le dépôt des signatures nécessaires, en organisant une audition publique du comité organisateur et en publiant par la suite une communication expliquant de quelle manière elle entend intervenir.

Grâce à l'Initiative citoyenne, avec 1 million de signatures, les citoyens européens peuvent prendre part à l'élaboration des politiques de l'Union européenne.

Pour signer, c’est ICI

Stop Vivisection

La playlist

imprimer

Partager