Les sacrifices de Gadhimai ont cessé ! | Fondation Brigitte Bardot
Massacres de Gadhimai
Massacres de Gadhimai
Massacres de Gadhimai
Massacres de Gadhimai
Massacres de Gadhimai
Massacres de Gadhimai
Massacres de Gadhimai
Massacres de Gadhimai
Massacres de Gadhimai
Massacres de Gadhimai

Les sacrifices de Gadhimai ont cessé !

Fête hindoue dans le sud du Népal

En 2014, des sacrifices d’animaux se sont encore perpétués au Népal, lors de la fête de Gadhimai.

28 juillet 2015 : Une grande victoire pour les défenseurs des animaux !

Dans un communiqué de presse, le Temple de Gadhimai annonce qu'il renonce aux sacrifices d'animaux lors de son festival
"Le temps est venu de transformer une vieille tradition. Le temps est venu de remplacer la tuerie et la violence par le culte pacifique et la fête."  explique Ram Chandra Shah, représentant du temple de Gadhimai.

Le 7 novembre 2014, Brigitte Bardot s'adresse de nouveau au président népalais, pour lire la lettre voir la colonne de droite.

C'est une fête hindoue qui a lieu une fois tous les cinq ans au temple Gadhimai de Bariyapur, District de Bara, à environ 160 km au sud de la capitale Katmandou, dans le sud du Népal. Elle est l'occasion du plus grand sacrifice d'animaux au monde derrière l'Aïd el Kebir où de nombreux bovins, ovins et caprins sont sacrifiés dans le but de plaire à Gadhimai, déesse de la puissance, pour obtenir sa bénédiction et assouvir sa soif de sang. Environ 5 millions de personnes participent au festival, dont la majorité sont des Indiens qui assistent à la fête au Népal afin de contourner l'interdiction sur les sacrifices d'animaux dans leur propre État.

Leur mort est violente et lente. Les animaux sont toujours vivants lorsque les prêtres répandent leur sang.

Lors de la précédente édition, en novembre 2009, environ 250 000 animaux y ont été mutilés ou décapités en l’espace de deux jours «pour plaire à Gadhimai ».  Des milliers de rats, poules, chèvres, cochons et buffles ont été mis à mort

Il n’existe aucune loi réglementant ces sacrifices et le gouvernement népalais en subventionne certains. Leur nombre augmente lorsque la situation économique des fidèles s’améliore, leur donnant les moyens d’offrir des animaux. Une grande partie de la population hindoue urbaine les désapprouve. Cependant, les sacrifices d’animaux sont pratiqués à grande échelle.

2009 : la lettre de Brigitte Bardot

Dans une lettre au président népalais, Brigitte Bardot avait notamment qualifié la pratique de "violente, cruelle et inhumaine".  Ram Bahadur Bomjon, le "petit bouddha" népalais devenu célèbre en 2006 pour avoir supposément médité pendant six mois sous un arbre sans boire ni manger, avait lui aussi appelé à bannir les sacrifices lors du festival Gadhimai. Les autorités népalaises ont cependant refusé d'intervenir et de s'immiscer dans cette tradition religieuse vieille de plusieurs siècles.

Gadhimai

Attention, certaines images peuvent choquer

Gadhimai

Attention, certaines images peuvent choquer

imprimer

Partager