CITES - Johannesburg 2016 - Communiqué de presse | Fondation Brigitte Bardot

CITES - Johannesburg 2016 - Communiqué de presse

Espèces menacées d’extinction. Clôture de la CITES CoP17… un goût d’inachevé !

Durant dix jours Johannesburg a été au centre de débats passionnés, souvent intéressés, sur le sort d’espèces menacées d’extinction victimes d’un commerce international et d’un braconnage accru.

La CoP17 aurait pu être l’occasion de transférer toutes les populations d’éléphants d’Afrique à l’Annexe I (tout commerce international interdit), la proposition présentée par une majorité de pays de l’aire de répartition n’a toutefois pas été adoptée, rejetée notamment par l’Union européenne forte des 28 voix de ses Etats membres…

Pour la Fondation Brigitte Bardot « La recrudescence du braconnage et la chute des populations d’éléphants sur le continent africain auraient dû tirer la sonnette d’alarme, mais la CITES s’est  contentée de poser un pansement sur une hémorragie, le sang des éléphants coulera toujours après cette CoP17 ».

Pour autant, beaucoup de bonnes résolutions prises lors de cette conférence comme le transfert du perroquet gris « du Gabon » à l’Annexe I, enjeu capital puisque cette espèce inscrite à la CITES est l’une des plus commercialisées, le transfert des pangolins d’Asie et d’Afrique à l’Annexe I leur assurant ainsi une protection optimale, le transfert du macaque de Gibraltar (magot) à l’Annexe I : « Une victoire pour la Fondation Brigitte Bardot qui travaille à cette proposition depuis la CoP15 de Doha. Ces dernières années, des dizaines de magots introduits illégalement en France ont été saisis et pris en charge par la FBB qui a dû cofinancer une structure d’accueil adaptée aux besoins de ces petits singes. La proposition du Maroc et de l’UE, adoptée par consensus, devrait être un frein au trafic ».

Autre proposition sur laquelle nos espoirs reposaient, le transfert du lion (Panthera leo) à l’Annexe I : « Rendez-vous manqué pour le 'Roi des animaux'. Afin d’éviter le rejet total de cette proposition un groupe de travail a été constitué, auquel a participé notre Fondation, un compromis acceptable a été adopté, maintenant la population à l’Annexe II avec quota zéro pour le commerce des lions sauvages. Pour autant, il est impératif d’agir avec bien plus de fermeté contre la chasse aux trophées et autre 'canned hunting' pratiqué en Afrique du Sud sur des lions tenus captifs. Ces chasses pratiquées par de riches clients qui prennent plaisir à tuer des espèces menacées et à s’afficher auprès de leurs trophées sont obscènes, devraient être interdites et même faire l’objet de poursuites. A cet égard nous félicitons Ségolène Royal d’avoir fermé les frontières françaises aux trophées de lions ».
 

imprimer

Partager