CITES, 5 mars 2013 | Fondation Brigitte Bardot
L'antilope Saiga,  une espèce en danger critique d'extinction
L'antilope Saiga, une espèce en danger critique d'extinction
 Les lamantins sont menacés par le commerce international illégal
Les lamantins sont menacés par le commerce international illégal
Serpents : Des animaux sont vendus comme issus d'élevage alors qu'ils sont en fait prélevés dans la nature
Serpents : Des animaux sont vendus comme issus d'élevage alors qu'ils sont en fait prélevés dans la nature

CITES, 5 mars 2013

Après des discussions sur le fonctionnement de la CITES, les débats du 5 mars se portaient sur le commerce des serpents, l'avenir des lamantins, des antilopes Saiga et des rhinocéros.

Importantes discussions de fond sur le fonctionnement de la CITES

La proposition du premier jour de la CITES présentée par l'UE demandant le non recours aux bulletins secrets relève, après vérifications, d'une modification du règlement intérieur. Cette demande étant maintenue. Le Japon propose une motion de modification de la demande de l'UE (représentant beaucoup de voix) et propose au lieu d'une majorite simple, une majorité des 2/3. La confusion règne alors dans la salle et tous les pays y vont de leur motion d ordre. La Chine demande alors que la motion du Japon soit votée ..... À bulletin secret !!!
La décision est encore reportée ......

L'antilope Saiga

Les débats se portent sur le cas de l'antilope Saiga,  une espèce en danger critique d'extinction à cause d'une chasse illégale et incontrôlée. Ses cornes sont prisées par la médecine traditionnelle chinoise.
On les trouve au Kazakhstan, en Mongolie, en Russie, au Turkménistan en Ouzbékistan mais son extinction a été signalée en Chine,  en Moldavie,  en Pologne et en Ukraine
Les seules demandes acceptées à ce jour concernent l'adoption de politiques et de procédures cohérentes par les pays concernés quant à leur utilisation.  Leur  extinction, elle,  ne semble pas émouvoir l'assemblée.

Les serpents

Des discussions s'entament ensuite sur la gestion du commerce et de la conservation des serpents : des bureaux d'études sont mis en place pour étudier et différencier les spécimens sauvages de ceux élevés en captivité. Plusieurs espèces de très grandes valeurs sont présentes sur le marché des animaux de compagnie ! Beaucoup de fraudes sont signalées. Des animaux sont vendus comme issus d'élevage alors qu'ils sont en fait prélevés dans la nature. Un véritable déséquilibre s'inscrit car ils ont un rôle essentiel.

Le lamantin

Présentation et discussions dans une salle privée  sur le lamantin d Afrique de l'ouest et sur la nécessité de renforcer sa protection internationale
Présentation faite par les gouvernements du Sénégal de la Sierra Leone et du Bénin

Le lamantin est le seul siréniens non inscrit à l'annexe 1. C'est un animal totalement inoffensif, herbivore et utile pour éviter la prolifération des jacinthes d'eau dans les plans d eau d'Afrique de l'ouest qui est l'aire de répartition concernée. La côté d'Ivoire,  la Guinée Bissau,  la Gambie et le Sénégal demandent son inscription à l'annexe 1 pour une protection totale et l'interdiction du commerce international. La Cites leur reprochent de ne pas apporter suffisamment d'arguments scientifiques et biologiques, cette réunion à pour but d'alerter les autres pays pour les soutenir dans cette demande.

Des recensements difficiles ont pourtant été effectés, ces animaux vivent dans des eaux saumâtres et ne font que rarement surface.
Selon des statistiques fiables : moins de 10.000 animaux sont recensés.
Un déclin est constaté de 10% par génération et de 30% sur 3 générations.
La gestation est de 12/14 mois pour un seul bébé.
La maturité sexuelle n'arrive qu'a 4/5 ans.
La reproduction ne se fait que tous les 3 ans en moyenne.

Les lamantins sont totalement protégés dans les pays africains où ils vivent mais les menaces sont :

  • La pollution, le défrichement des mangroves par la croissance des populations.
  • Les prises accidentelles 72% (209 lamantins morts entre 1990 et 1998)
  • La construction exponentielles des barrages
  • Mais surtout le commerce international illégal pour lequel il est demandé l'inscription a l'annexe 1,  qui permettrait d'épingler les pays importateurs recensés (la Corée, la Chine, Taïwan, le Canada, la Thaïlande, les USA et l'Italie).

Ce commerce illégal est géré par la mafia notamment en Sierra Leone avec 350 animaux prélevés entre 2007 et 2010. Le litre d'huile provenant de ces animaux atteint 304 $ le litre ! Le braconnage est légion.

À l'issue de cette réunion en marge des débats et votes officiels,  des aides et soutiens se profilent notamment par la nouvelle Zélande, la Guinée équatoriale, le Nigeria et le CMS (Convention on Migratory Spécies)

Les rhinocéros

Dans le même temps dans une autre salle, La problématique et la conservation des rhinocéros est présentée par l'Afrique du sud.

 

imprimer

Partager