CITES, 6 mars 2013 | Fondation Brigitte Bardot
4.600 tonnes de cuisses de grenouilles sont consommées par an dans le monde
4.600 tonnes de cuisses de grenouilles sont consommées par an dans le monde
Cites en direct:vider les océans et mettre en péril les écosystèmes marins pour ça... Que dire ? c'est désespérant, révoltant !
Cites en direct:vider les océans et mettre en péril les écosystèmes marins pour ça... Que dire ? c'est désespérant, révoltant !
 le requin marteau
le requin marteau
La raie manta
La raie manta
Le requin longimane
Le requin longimane

CITES, 6 mars 2013

A la CITES, en marge des séances plénières où sont proposées les votes, se tiennent des réunions de travail et d informations. Le 6 mars, l'une d'elles, sur les grenouilles a retenu notre attention. Les requins et les raies manta faisaient l'objet d'une conférence. D'autre part, les discussions sur le fonctionnement de la CITES se sont poursuivies.

Les grenouilles

Le commerce des grenouilles est un réel problème écologique mais aussi d'ordre sanitaire.
Prélevées dans la nature pour terminer dans les assiettes ou comme animaux de compagnie,  230 millions d'amphibiens sont concernés par ce commerce. 4.600 tonnes de cuisses de grenouilles son consommées par an dans le monde.
Il existe 340 espèces de grenouilles dont seulement 129 sont inscrites à la CITES. Les pays importateurs sont principalement la Belgique,  véritable plaque tournante pour 53% du commerce mondial, puis la France avec  23%, les Pays Bas avec 17%,  l'Italie avec 7% et enfin l'Espagne avec 5%.
Les animaux, quant à eux,  proviennent pour 84 % d'Indonésie puis du Vietnam, de la  Turquie, de la  Chine et d'Albanie.
Ces grenouilles, prélevées dans la nature, ont pourtant un rôle primordial dans l'écosystème en mangeant les moustiques et les insectes indésirables (remplaçant 200.000 tonnes de pesticides par an pour leur région) ; elles servent aussi de nourriture pour certains oiseaux qui se retrouvent de fait en disette et risquent de disparaître. C'est toute une chaîne alimentaire qui est perturbée.

Concernant la problématique sanitaire 71% des grenouilles sont porteuses d'infections et les emballages primaires d Asie servant aux transports des individus vivants qui arrivent par milliers dans les containers dans les ports et aéroports européens puis dans les animaleries sont pour 69 % également infectés.
Enfin certaines grenouilles s'échappent ou sont relâchées dans nos contrées. Cette invasion d'espèces peut être dangereuse pour notre faune locale européenne en prenant sa place et diffusant des maladies.

Requins et raies manta


La santé des océans dépend des requins. Ils permettent de maintenir l'équilibre des écosystèmes marins.

37 pays proposent la régulation du commerce international de cinq espèces de requins et de deux espèces de raies manta en les inscrivant à l'annexe 2. Les espèces de requins proposées sont le requin longimane, le requin­ taupe commun et trois types de requins marteaux (qui sont parmi les requins, les plus vulnérables et dont la valeur est la plus grande dans le commerce international).

Les scientifiques estiment que 1.300.000 à 2.700.000 requins marteaux sont tués chaque année pour le commerce de leurs ailerons. Le requin taupe est, lui aussi, pêché pour ses ailerons (marché asiatique) mais aussi pour sa chair appréciée en Europe, notamment en France. 250.000 à 1.300.000 requins longimane (océanique) sont tués chaque année pour le commerce des ailerons.
On estime que les plaques branchiales de 4.000 à 5.000 raies manta sont vendues chaque année en Asie pour la médecine "traditionnelle".

 

Importantes discussions de fond sur le fonctionnement de la CITES

Lors de la séance pleiniere extraordinaire, les discussions de fond sur le fonctionnement de la CITES se sont poursuivies.
La proposition de l'U.E.  demandant le recours a une majorité simple pour accepter une demande de vote a bulletin secret, n'a toujours pas pu être mise au vote. Cette demande entrainant une modification du règlement  pose problème. Des débats houleux en report de séance,  la question la plus litigieuse qu'ait connu la CITES est toujours en suspens. Jusqu'alors un seul pays, soutenu par 10 autres, suffisait pour obtenir ce secret de vote. (Rappelons que la CITES compte 178 pays !). La demande de l.U.E ayant pour objectif d'essayer de parvenir à une transparence dans les votes et ainsi permettre aux concitoyens de vérifier que les représentants de leurs pays n'ont pas été "achetés".
Les choses ont évolué, le nombre de pays est plus important, le nombre d espèces demandant  leur attention. Aussi, il est important pour les débats d'avoir une parfaite transparence. Ainsi s'est exprimé le Mexique en soutien de l'U.E, demandant pour sa part,  1/3 des voix pour avoir recours à ce secret de vote.

Le Président du groupe de travail, créé sur cette question depuis quelques jours,  demande un report de ce vote à la prochaine CITES faute d'avoir pu trouver un consensus à l'issue des réunions en marge de la séance pleiniere. L'U.E. s'y refuse et propose une souplesse dans sa proposition.

Nous assistons alors à de longs échanges mettant en évidence une grande confusion et de fortes pressions que certains pays souhaitaient cacher avec le recours des votes secrets mais qui sont de fait dévoilés  !
La Chine demande que soit considérée la motion du Japon, la Colombie vient au secours de l'U.E. et demande une proposition supplémentaire en proposant 40 pays. Le Japon s'y oppose. L'Indonésie précise que ces questions de transparence permettent d éviter de trop fortes pressions sur certains pays pour obtenir leurs votes. Le Qatar s'impatiente et demande de passer directement au vote du Japon et de la Chine. Le Koweit vient en renfort et les soutient à son tour. La Guinée soutient le Japon.

Est enfin mise au vote la motion de procédure du Japon demandant une majorité des 2/3 pour modifier le règlement. Mais...Il faut d'abord voter si c'est à bulletin secret !
Les mêmes pays feront cette demande préalable de vote à bulletin secret pour tous les votes suivants. Ces pays sont : Le Koweit, le Japon, la Chine, la Thaïlande, le Qatar, l'Islande, le Canada, la Russie, la Jordanie, le Vietnam, l'Indonésie, les Philippines, la Malaisie, Cuba, la Tanzanie, la Guinée, la Tunisie, Grenade, les Comores, le Botswana, Antigua.....

Le vote secret est demandé et voté ! Le vote de la motion du Japon est donc voté à bulletins secret : 71 "pour" 66 "non" 3 absentions.
Le vote secret est demandé par la Chine, puis voté pour ensuite voter sur la proposition de la Colombie d'avoir 40 pays pour procéder à un vote à bulletin secret : 67 "pour",  60 "non", 4 abstentions. Donc pas les 2/3 (vote précédent)
Le vote secret est de nouveau demandé par la Chine, puis voté, pour ensuite voter sur la proposition du Mexique  d'avoir 1/3 des pays pour voter à bulletin secret : 66 "pour",  64 "non",  2 abstentions. La proposition est donc refusée.
Les USA proposent un amendement de 25 pays au lieu de 10 pour voter à bulletin secret.
La Chine a nouveau, demande un vote secret qui est voté, puis vote de la proposition des USA : 41 "oui", 91 "non", 1 abstention. La proposition est donc refusée.
Israël demande 2 votes séparés de 10 à 1/3. Vote secret voté, puis vote de la demande :  67 "oui", 50 "non", 11 abstentions. La proposition est donc refusée.
Proposition de l UE pour une majorité simple pour un vote à bulletin secret : Vote secret demandé, puis vote de la proposition : 62 "oui",  62" non" , 5 abstention. La proposition est donc refusée.
 

imprimer

Partager