CITES, 8 mars 2013 | Fondation Brigitte Bardot
Vu à Bangkok : bien la peine de tuer et mettre en péril les crocos pour faire de pareilles horreurs..
Vu à Bangkok : bien la peine de tuer et mettre en péril les crocos pour faire de pareilles horreurs..
Le crocodile américain
Le crocodile américain
La grenouille à incubation gastrique avait la particularité d'avaler ses œufs, qui se développent alors dans son estomac.
La grenouille à incubation gastrique avait la particularité d'avaler ses œufs, qui se développent alors dans son estomac.
Le crocodile marin
Le crocodile marin
le crocodile de Siam
le crocodile de Siam
Le crocodile américain
Le crocodile américain

CITES, 8 mars 2013

Le 6ème jour de la CITES est dédié à l'avenir des crocodiles, des geckos, des vipères, des tortues et des grenouilles.

Crocodiles

3 importantes propositions sont débattues sur des espèces dont il ne reste que qu'environ 200 spécimens dans la nature !!! Pourtant les pays de l'aire de répartition n'hésitent pas a demander leur déclassement à l'annexe 2.

  • Le crocodile américain

La Colombie demande d'enlever le crocodile américain de l'annexe 1.
Or, en Colombie, la population restreinte (environ 231 animaux) est uniquement dans une petite zone (12,5% des mangroves de la baie de Cispata). L'espèce a été décimée par la chasse pour le commerce international des peaux. Le pays a mis en place depuis l'an 2000, des activités de conservation à l'échelle des communautés pour une gestion durable pour permettre aux populations locales de pouvoir utiliser leurs ressources naturelles. La capture de cet animal y est interdite depuis 1965 (les captures illicites pour utilisation locale se poursuivent). Le pays a mis en place 6 élevages pour éviter la capture dans la nature, 647 peaux exportées depuis 1994.
À l'échelle mondiale il y a une tendance à l'augmentation de l'espèce.
Une quinzaine de pays prennent la parole pour appuyer cette proposition : parmis lesquels la Thaïlande, le Pérou, l'Égypte, le Honduras, Cuba, le Venezuela, le Costa-rica, le Brésil, le Mexique , le Panama, l'Uruguay et le Paraguay. 29 pays prennent la parole pour s'y opposer : L'Irlande pour l'UE (28 pays) et les USA.
Un consensus ne semblant pas voir le jour, la proposition est mise au vote :53,27% "pour" et 46,73% "non" 16 pays se sont abstenus. Ne retenant pas les 2/3 des suffrages, elle est rejetée.

  • Le crocodile de Siam

La Thaïlande demande de transférer le crocodile de Siam de l'annexe 1 à l'annexe 2 avec un quota zéro pour les spécimens sauvages.
C'est une espèce en danger critique d'extinction, la population sauvage est estimée à seulement 200 animaux !
Les efforts de la Thaïlande pour augmenter l'abondance par le repeuplement, sont gênés par la diminution de leur habitat utilisé par une population humaine en croissance constante.
Il y a des captures accidentelles et des noyades des crocodiles dans le matériel de pêche. L'animal bien que protégé, est considéré comme nuisible par la population.
La Thaïlande réussit a préserver cette espèce uniquement en captivité. Il existe 800 fermes d'élevage sur son territoire totalisant 700.000 crocodiles.
Une quinzaine de pays prennent la parole pour appuyer la proposition de la Thaïlande : la Gambie, l'Équateur, le Pakistan, le Vietnam, l'Ouganda, Madagascar, le Cambodge, les Philippines, l'Indonésie, le Nigeria, Singapour, le Qatar, le Congo, le Bhutan, le Sénégal et l' Égypte.
S'y opposent : l'Irlande au nom des 28 pays membres de l'Union Européenne, la Suisse et les USA.
Sans consensus évident la proposition est mise aux voix : 58,47 % "pour" et  41,53 % "non", 11 pays se sont abstenus. La proposition ne retenant pas les 2/3 elle est rejetée

  • Le crocodile marin

La Thaïlande demande de transférer le crocodile marin de l'annexe 1 à l'annexe 2 avec un quota zéro pour les spécimens sauvages.
Selon les scientifiques cette espèce aurait disparu du territoire m^me si la Thaïlande indique en avoir recensé au moins 200. Ces derniers vivraient dans des zones marines protégées.
La Thaïlande interdit le prélèvement des spécimens sauvages et a développé des fermes d'élevage recensant 62.000 animaux (836 élevages dont 13 seulement enregistrés selon la procédure). La Thaïlande a exporté 8 290 peaux entre 2007 et 2011.
Une dizaine de pays prennent la parole pour appuyer la proposition de la Thaïlande : la Gambie, le Vietnam, Madagascar, le Cambodge, les Philippines, la Colombie, la Chine et la Brésil.
S'y opposent notamment : l'Irlande au nom des 28 pays membres de l'U.E., les USA, l'Inde, et les Seychelles.
Sans consensus évident la proposition est mise aux voix : la Thaïlande demande à un pays de bien vouloir faire la demande d'un vote à bulletin secret qui devra être soutenu par au moins 10 pays.
Le vote à bulletin secret est retenu. Résultat du suffrage pour la proposition : 53,04 % "pour" et 46,96 %. "non" , 6 pays se sont abstenus.
La proposition ne retenant pas les 2/3 elle est rejetée.

Les USA prennent la parole pour demander à ce qu'il spécifié qu'ils ont votés NON et il en sera de même pour chaque vote à bulletin secret afin de justifier du respect des consignes de vote de leur pays.

Les geckos

La Nouvelle Zélande demande d'inscrire le petit gecko vert à l'annexe 2.

Cet animal est très prisé par des collectionneurs internationaux, considéré comme le plus beau gecko du monde. Il possède des caractéristiques inhabituelles. Il donne naissance non pas a des oeufs comme tous les geckos mais à des petits. il est diurne et tolérant au froid et ne nécessite pas de lampe chauffante dans les terrariums.
Les geckos peuvent être vendus aux environs de 2000€ pièce et les femelles gestantes sont les plus prisées. Elles sont prélevées dans la nature, ce qui favorise la disparition de l'espèce.
La totalité des spécimens de Nouvelle Zélande subissent un déclin massif (95% sur 14 ans) rendant cette espèce quasi-menacée.
Pourtant intégralement protégé en Nouvelle Zélande, le gecko est inscrit à l'annexe 3 en 2003,  mais cela n'empêche pas le braconnage qui détruit l'environnement et le commerce illicite de plus en plus important.
Cette inscription à l'annexe 2 permettrait aux autorités de lutter contre la fraude des autres pays, d'intervenir et de confisquer les spécimens.
Une quinzaine de pays de tout bord prennent la parole pour soutenir cette proposition, dont le Japon, le Mexique, l'Irlande pour l'U.E. et l'Australie.
La proposition est donc adoptée par consensus.

La vipère à fossettes du Mont Mang

La Chine propose d'inscrire à l'annexe 2 la vipère à fossettes du Mont Mang.

Il est recensé 500 individus à l'état sauvage, ce qui classe cette espèce en danger critique d'extinction. Très recherché comme animal de compagnie en raison de ses motifs et de la couleur de sa peau qui le classe comme le plus beau serpent du monde. Cette espèce fait l'objet de prélèvements illégaux et d'un marché noir vers les USA et l'UE. Le prix de vente pour une paire atteint 5.000€.
La Chine précise que cette espèce à été découverte il y a seulement 30 ans et qu'elle ne vit que dans une région de 100 km². Elle fait l'objet de grandes convoitise depuis sa découverte et n'existe nulle part ailleurs au monde.
Les USA soutiennent la Chine ainsi que le Pakistan et Madagascar.
La proposition est adoptée par consensus.

Les tortues

  • La tortue de McCord

Les États-unis proposent de transférer la tortue de McCord de l'annexe 2 a l'annexe 1.
En danger critique d'extinction. Les prélèvements intensifs ont causé la quasi-extinction de l'espèce 5 ans après qu'elle ait été décrite. Les spécimens sont exportés en contrebande à partir de l'Indonésie.
Ce pays, berceau de l'espèce, prend la parole et s'oppose a cette proposition en demandant un maintien à l'annexe 2 avec un quota zéro pour les spécimens sauvages.
La Chine, le Qatar, la Guyane, soutiennent l'Indonésie. La demande des USA est refusée et l'amendement de l'Indonésie de maintien à l'annexe 2 avec quota zéro est acceptée.

  • La tortue ponctuée

Les États-unis demandent l'inscription de la tortue ponctuée à l'Annexe 2 de la CITES afin de mieux encadrer son commerce et renforcer la gestion des exportations.
Cette espèce en danger d'extinction (UICN 2011), fait l'objet d'un commerce international en constante progression, vers l'Asie en particulier. La tortue ponctuée est présente aux État-Unis et au Canada, elle est protégée dans ce cernier, ce pays est le premier à prendre la parole pour soutenir la proposition d'inscription à l'Annexe 2. L'Irlande, au nom des 27 États membres de l'U.E. et de la Croatie, le Sénégal puis la Suisse interviennent pour soutenir la proposition.
Ne rencontrant aucune opposition, la proposition est adoptée par consensus.
 

Les grenouilles

Les débats se terminent sur le classement d'une espèce de grenouille à l'annexe 2 et le retrait de 2 espèces totalement disparues

  • La grenouille de Machalilla

L'Equateur propose d'inscrire à l'annexe 2 la grenouille de Machalilla. Découverte en 1995 et déjà quasi menacée par l'agriculture, la collecte du bois et les changements climatiques.
Sa classification est adoptée par consensus.
 

  • L'Australie propose de retirer 2 espèces de grenouilles à incubation gastrique de l'annexe 2

La grenouille plate à incubation gastrique est prélevée dans la nature à des fins de recherche du fait de sa stratégie reproductrice unique. Les œufs fertilisés sont avalés par la femelle pour poursuivre leur développement dans son estomac. Elle accouchera ensuite des bébés par la bouche. Durant cette période "d'incubation" dans l'estomac elle a la capacité d'arrêter la production de l'acide gastrique. Cette espèce, si elle était redécouverte, serait très recherchée par les collectionneurs et surtout les chercheurs dans le domaine de la médecine dans le traitement des ulcères et autres problèmes chez l'homme. Néanmoins on considère que le caractère excessif des prélèvements scientifiques et un champignon propagé par le commerce international des amphibiens sont les causes de son extinction. 
 

imprimer

Partager