La Fondation au secours des singes dansant d’Indonésie | Fondation Brigitte Bardot
Photos vigiprimate
Photos vigiprimate

La Fondation au secours des singes dansant d’Indonésie

Nous sommes nombreux à être séduits par le magnifique paysage de l’Indonésie, bercés par le climat favorable et émerveillés par les milliers de richesses dont regorge ce pays. Mais derrière cette façade se cache malheureusement la dure réalité des singes dansants, appelés localement « Topeng Monyet ». C’est principalement sur l’île de Java que les macaques crabier (Macaca fascicularis) sont exploités à des fins commerciales. Maltraités et brisés psychologiquement, ces primates doivent ensuite revêtir des vêtements, des masques ou encore des échasses pour parader devant le public et rapporter de l’argent à leur dresseur. Ce calvaire ne touche pas que les animaux, puisque les enfants sont souvent mis à contribution, « louant » un macaque à la journée pour gagner de l’argent. Ces enfants, qui ne vont donc pas à l’école, sont généralement dupés par les dresseurs et ne récoltent jamais assez d’argent pour les rembourser.  

Afin de mettre fin à cette pratique cruelle, la Fondation finance depuis cette année les activités de l’association Jakarta Animal Aid Network (JAAN). Depuis 2009, JAAN mène une campagne pour interdire les singes dansants et a obtenu une première victoire, le 8 octobre 2013, avec l’interdiction de cette pratique dans les rues de Jakarta, la plus grande ville de Java et capitale de l’Indonésie. Près de 140 singes ont été sauvés en 2 ans.
Après avoir été recueillis, les macaques sont emmenés dans un centre de réhabilitation. Des voilières y ont été construites et les groupes sociaux sont reformés afin de permettre à ces petits êtres traumatisés de retrouver un jour une vie normale dans la nature.

On ne trouve plus à l’heure actuelle de singe dansant en activité à Jakarta, grâce au travail de JAAN. Cependant, certains dresseurs ont décidé de déménager leur activité sur les villes alentours, voire même sur d’autres îles. La priorité est donc à présent d’élargir l’interdiction. A la suite d’une nouvelle campagne de sensibilisation, JAAN a obtenu du gouverneur de l’île de Java une interdiction de la pratique des singes dansants dans le comté de Bandung, la deuxième plus grande ville de Java. Ce projet est largement soutenu par la Fondation Brigitte Bardot et permettra de mener la voie vers une interdiction nationale.

un sauvetage réusssi !

Septembre 2016 : Le projet a été un succès dans la capitale indonésienne de Jakarta et se poursuit dans la seconde plus grande ville de l’île de Java, Bandung. Voici les photos d’un premier sauvetage : ces petits êtres opprimés seront bientôt libres !



 

 

 

 

 

 

 

 

imprimer

Partager