Appâts vivants utilisés pour la pêche aux requins à l'Ile de la Réunion | Fondation Brigitte Bardot
Un rescapé de la pêche aux requins. Photo APPAR
Un rescapé de la pêche aux requins. Photo APPAR
Photo APPAR
Photo APPAR

Appâts vivants utilisés pour la pêche aux requins à l'Ile de la Réunion

Il y a 17 ans, Brigitte Bardot dénonçait l’utilisation à la Réunion, de chiens comme appâts vivants pour la pêche aux requins. Ce combat reste malheureusement d’actualité. Retour sur un grand combat de la Fondation.

13 septembre 1995 ( il y a 17 ans ! ) , Brigitte Bardot rencontre avec Jean-Jacques de Peretti, alors ministre de l’Outre-Mer.

Après lui avoir présenté notamment le cas d’un petit chien blanc, croisé griffon, trouvé agonisant sur la plage de la Saline, les poils gorgés d’eau salée, la gorge tranchée, un hameçon planté dans le dos, le ministre se montre scandalisé par cette pratique en la qualifiant « d’acte de barbarie » et en annonce « qu’un arrêté sera pris pour que cela cesse ».

Novembre 1999, les gendarmes de l’île retrouvent, dans un baraquement, un chiot accroché vif à une planche, les coussinets et la truffe transpercés par des hameçons. La Fondation dépose plainte auprès du procureur de la République… le pêcheur est condamné à, seulement, 3 mois de prison avec sursis et 3 000 F d’amende…

Avril 2000

La Fondation se constitue partie civile dans une affaire de deux chiots trouvés attachés dans un coffre de voiture et présentant de multiples blessures consécutives à la pose d’hameçons. Le coupable est condamné à 1 mois de prison avec sursis et 3 000 F d’amende par animal (soit 6000 francs).

Septembre 2003

Un chien réintègre le domicile de son maître avec un gros hameçon planté dans les babines (photo reprise dans notre info-journal). Le responsable n’est pas identifié, donc pas de condamnation.

Mars 2004 

La Fondation rencontre Brigitte Girardin, ministre de l’Outre-Mer. Son cabinet se montre particulièrement sensibilisé face à l’horreur de cette pêche et des consignes sont données au Préfet de la Réunion afin que des contrôles soient organisés sur place pour veiller à ce que les embarcations de pêche ne partent pas avec des chiots ou chattons « préparés ».

29 juillet 2005

Un nouveau chiot avec hameçon planté entre le museau et les babines relié par un fil de pêche à un autre hameçon planté dans le coussinet est découvert dans une ravine par un enfant.

18 août 2005

Une chienne venant de mettre bas s’échappe des mains de son tortionnaire pour retrouver son petit.On la retrouve un hameçon planté dans le crâne, un autre dans une articulation de la patte. La Fondation Brigitte Bardot se constitue partie civile dans cette affaire (plainte déposée par la SPA). Cette chienne, rebaptisée "Chance" sera adoptée par Michel Drucker et son épouse, grands amis des animaux.

25 août 2005

La Fondation Brigitte Bardot adresse une lettre au ministre de l'Outre-Mer, François Baroin, pour lui demander d'intervenir sur la pêche aux requins. Le préfet quant à lui se montre sensible à cet appel et prend un arrêté interdisant « la détention de tout carnivore domestique, vivant ou mort, à bord des embarcations immatriculées à la Réunion ». Suite à la venue de M. Baroin à la Fondation, une opération coup-de-poing est menée par les gendarmes de la brigade nautique, de la gendarmerie maritime et de plusieurs brigades territoriales.

2011

Brigitte Bardot s’éleve contre la décision du préfet de supprimer dix requins suite à plusieurs attaques ayant endeuillé les plages de l’île. Malgré les protestations de plusieurs associations de protection animale et de nombreux Réunionnais, la pêche sélective a bien lieu sur plusieurs jours. Un seul requin est pris. L’autopsie du requin prélevé en novembre 2011 ne révéle aucune trace de chair humaine mais les restes d’un petit mammifère. La présence de ces os raméne à la surface cette scandaleuse pratique des appâts vivants pour la pêche aux requins à la Réunion sur laquelle la Fondation se bat depuis 1995.

2012

Les Réunionnais ne cessent de nous contacter pour nous faire part de nombreux cas de chats ou de chien préparés vivants pour la pêche et condamnés à une lente agonie. Un chat destiné à l'appât est sauvé, ce qui permet à la Fondation de porter plainte.

Malgré la législation, Les appâts vivants sont toujours utilisés pour la pêche aux requins à l'Ile de la Réunion.

Réunion

Appâts vivants utilisés pour la pêche aux requins

imprimer

Partager