2014 : Dauphins massacrés aux Iles Feroé | Fondation Brigitte Bardot
En 2010, les 83 globicéphales tués dans cette baie ont été conduits à Kvivik pour être découpés, la plage ne pouvant contenir tous les cadavres
En 2010, les 83 globicéphales tués dans cette baie ont été conduits à Kvivik pour être découpés, la plage ne pouvant contenir tous les cadavres
Conférence de presse avec Pamela Anderson
Conférence de presse avec Pamela Anderson

2014 : Dauphins massacrés aux Iles Feroé

j'y étais, les militants ont fait tout leur possible

Fin août, 14 militants de Sea Shepherd ont été arrêtés au large des Îles Féroé, alors qu'ils essayaient d'empêcher un "grind" – une pêche traditionnelle qui consiste à rabattre des dauphins globicéphales sur une berge à l'aide de bateaux, et à les tuer une fois le bord rallié. La fondation Brigitte Bardot, partenaire de l'opération, était sur place.

Mi-juin 2014, les équipes de Sea Shepherd arrivent aux îles Féroé pour mener la plus ambitieuse mission de l'organisation : faire venir durant les trois mois d'été (période la plus propice aux massacres) près de 500 volontaires qui devront se relayer, à terre et en mer, afin de repérer les cétacés, avant les pêcheurs féringiens, pour les éloigner des côtes meurtrières.
Comme en 2010, la Fondation Brigitte Bardot est partenaire de l'opération. Elle finance l'affrètement du navire ambassadeur "le Columbus" et en tant que porte-parole de la FBB, je participe de nouveau à la mission auprès des volontaires Sea Shepherd.

1er grind* empêché par les activistes !

Le 30 juillet, en pleine tempête, les militants Sea Shepherd repèrent un groupe de globicéphales au nord de l'archipel. À cette période, de nombreux jeunes sont présents et certaines femelles sont gestantes, lorsque la mer se déchaîne les fjords peuvent être un refuge pour la nuit. Mais aux Féroé, les cétacés qui s'aventurent dans l'une des nombreuses baies n'y trouvent aucune sécurité, bien au contraire ils y sont pris au piège. Il faut faire vite car les pêcheurs ont, eux-aussi, leurs observateurs et ils savent où se trouvent les globis.
La mer est impraticable, le massacre est prévu pour la matinée suivante, les dauphins seront rabattus vers l'une des baies de chasse... Il reste une nuit pour agir, le "Thor" (l'un des quatre bateaux légers de la flotte Sea Shepherd dédiés à la mission) se rend dans le fjord, vite rejoint par le "Mike Galesi", avec pour objectif de repousser les cétacés vers la haute mer où ils seront moins en danger.
Dans cette région, le vent est violent, la pluie glaciale est aveuglante, la mer peut projeter n'importe quelle embarcation vers le fond, avec des vagues et des creux dépassant parfois les 10 mètres. Les pêcheurs savent qu'ils ne peuvent partir en mer, les militants connaissent eux-aussi les risques, mais s'il n'y a pas d'intervention cette nuit, les dauphins seront tués au matin sans doute possible. Alors, malgré le danger et la fatigue, la course contre la montre durera toute la nuit jusqu'à la "libération" du groupe, très loin des côtes meurtrières...

Le Brigitte Bardot entre en scène

Parmi la flotte placée sous la direction de Sea Shepherd France, le trimaran "Brigitte Bardot" fait une entrée remarquée, mi-août, aux Féroé en rejoignant les 5 autres bateaux déjà présents quelques jours avant l'arrivée de l'ultra rapide "Spitfire"...Durant l’été 2014, le Jolly Roger (pavillon pirate) aura été visible partout aux îles Féroé, en mer mais aussi à terre avec de nombreux véhicules et activistes arborant l’emblème Sea Shepherd.
Dans leur action, les militants ont reçu le soutien de nombreuses personnalités, certaines ayant même fait le déplacement jusqu’aux Féroé…

Le soutien des personnalités

Mi-juillet, les navigateurs Florence Arthaud et Eugène Riguidel rejoignent leur ami Jean-Yves Terlain, commandant du Columbus, à Suðuroy, l’île la plus au sud des Féroé (c’est dans cette île qu’un second grind sera évité, de peu, le 12 août).
L’actrice Pamela Anderson accompagnera les activistes sur différents sites d’observation et tiendra une conférence de presse face à des journalistes particulièrement hostiles… Le 5 août, la danseuse Sylvie Guillem et son mari le photographe Gilles Tapie arrivent à leur tour aux Féroé pour soutenir les militants de Sea Shepherd.

14 arrestations

Le 30 août en fin de journée, c’est le choc ! Un groupe de globicéphales est encerclé par des bateaux féringiens, les cétacés sont dirigés vers la baie meurtrière de Sandur sur l’île de Sandoy. Cette île, au centre de l’archipel, n’est pas la plus accessible pour les équipes de Sea Shepherd. Pourtant, il faudra seulement quelques minutes aux volontaires pour rejoindre la plage en tentant, dans un geste désespéré, de protéger les dauphins…
Le rapport de force est inégal, lorsque les trois bateaux rapides interviennent, ils sont immédiatement pris en chasse par les forces de l’ordre chargées d’empêcher toute interposition. Quatorze activistes sont arrêtés, parmi lesquels huit Français, ils passeront la nuit en prison avant de pouvoir rencontrer un avocat, les bateaux eux seront saisis jusqu’au procès prévu le 25 septembre.
Durant cette action, et malgré l’incroyable courage des activistes, 33 globicéphales ont été tués.

Objectif presque atteint…

Mieux que des mots, les chiffres parlent d'eux-mêmes. En 2013, alors qu'aucune force d'opposition n'était présente aux Féroé, 1306 cétacés ont été tués durant les mois de juillet, août et septembre... En 2014, grâce à la mobilisation des volontaires présents dans l'archipel, 33 victimes sont à déplorer et plusieurs massacres ont été évités. Preuve en est une nouvelle fois que l’action donne bien plus de résultats pour les animaux que d’hypothétiques négociations…

* Chaque année, plusieurs centaines de cétacés (1534 en 2013) sont massacrés aux îles Féroé, cette pratique s'appelle le "grind". Repérés au large, les dauphins sont encerclés par des bateaux de pêche puis dirigés vers l'une des 23 baies où l'abattage est autorisé. À l'aide de crochets introduits dans l'évent, reliés à une corde, les victimes sont tirées jusqu'à la plage où elles sont achevées au couteau.

imprimer

Partager