Corrida : le ministre de l'Intérieur interdit les manifestations aux abords des arènes | Fondation Brigitte Bardot
Manifestation anti-corrida, Nîmes
Manifestation anti-corrida, Nîmes
Manifestation anti-corrida, Nîmes
Manifestation anti-corrida, Nîmes
Photo : Animaux en Péril
Photo : Animaux en Péril
Photo : Animaux en Péril
Photo : Animaux en Péril

Corrida : le ministre de l'Intérieur interdit les manifestations aux abords des arènes

La Fondation Brigitte Bardot appelle à la désobéissance civile

Les représentants de l'Union des villes taurines de France (UVTF) et de l'Observatoire national des cultures taurines auraient reçu les garanties du ministère de l'Intérieur que les manifestations anti-corridas ne seraient plus autorisées aux abords des arènes...

D'après l'avocat de l'UVTF : "Les anti-taurins ne pourront pas non plus bloquer l'entrée des arènes au public avant une corrida. Les préfets vont recevoir des directives en ce sens". Face à ce nouveau soutien du ministre de l'Intérieur aux organisateurs de corridas en France, la Fondation Brigitte Bardot est intervenue pour dénoncer une attaque aux libertés individuelles.

Lettre de la Fondation Brigitte Bardot au ministre de l'Intérieur

"Les tortionnaires des villes taurines prétendent avoir reçu les garanties de votre ministère que, désormais, les forces de l’ordre interviendront pour empêcher les opposants aux jeux cruels de se rassembler à proximité des arènes.

Nous n’imaginons pas une seconde que la France soit devenue un pays totalitaire, dictatorial, où le goût prononcé de son ministre de l’Intérieur pour les corridas espagnoles justifie une entrave à la liberté individuelle, citoyenne, de manifester.

La législation nationale considère les combats d’animaux comme relevant d’actes de cruauté punis de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende (Art. 521-1 du Code Pénal). Vous le savez, les Français sont très majoritairement opposés à ces jeux du cirque, y compris dans les villes taurines.

La barbarie ne doit pas être tolérée et encore moins justifiée au nom de la « tradition », la corrida ne relève pas de la culture mais de la torture !

Nous n’acceptons pas votre bienveillance vis-à-vis des combats d’animaux, ce n’est pas tolérable qu’un ministre de la République méprise à ce point le combat mené par les opposants à la torture animale.

Le lynchage de Rodilhan

Pour avoir participé, en octobre 2011, à une action pacifiste dans les arènes de Rodilhan contre la mise à mort de 6 veaux, je peux témoigner de la violence des aficionados qui ont lynché, roué de coups les manifestants, arraché les vêtements de jeunes filles, sous les yeux complices et les encouragements des autorités locales. Nous sommes près de 70 personnes à avoir été victimes de ces dangereux aficionados et à avoir porté plainte suite aux coups reçus qui ont entraîné plusieurs hospitalisations (je vous invite à visionner le DVD joint où les exactions de ces brutes montrent bien de quelle côté est la violence).

Appel à la désobéissance civile 

Notre Fondation s’oppose aux corridas et autres actes de cruauté, nous ne baisserons pas les bras et, s’il le faut, nous appellerons à la désobéissance civile pour manifester devant les arènes, face aux tortionnaires qui trouvent leur plaisir pervers dans la souffrance d’un animal torturé à mort.

Si vous êtes le ministre de TOUS les Français, alors arrêtez de vous rallier systématiquement aux aficionados en affichant votre mépris envers ceux qui consacrent leur vie à défendre celle des animaux.

La corrida est une ignominie, une honte qui doit disparaître et qui disparaîtra, c’est une évidence, mais vous freinez cette évolution en défendant l’indéfendable, ce n’est pas votre rôle !

Au nom de la Fondation Brigitte Bardot et au nom de nombreux militants qui luttent contre la corrida et lutteront jusqu’au bout, je vous demande de ne plus défendre, de ne plus imposer cette barbarie aux Français qui n’en veulent pas !

Nous sommes en droit de nous opposer et nous nous opposerons, y compris devant les arènes !

Désormais, nous attendons de vos services la garantie de respecter la liberté des citoyens Français, leur droit de manifester… Est-ce trop demander à l’actuel gouvernement français ?

Quoi qu’il en soit, nous serons présents, avec ou sans votre accord, devant les arènes pour dénoncer la barbarie qui s’y pratique."

L'appel de Brigitte Bardot à Manuel Valls

Le 10 mai 2013, Brigitte Bardot dénonce la volonté politique d'empêcher les citoyens français d'exprimer leur légitime opposition aux jeux cruels (voir lettre intégrale colonne de droite).

Rodhilan

Lynchage des opposants à la torture

imprimer

Partager