L'édito de Brigitte Bardot | Fondation Brigitte Bardot
1973 - Dernière image de BB au cinéma
1973 - Dernière image de BB au cinéma
1977 - Blanc Sablon (Canada)
1977 - Blanc Sablon (Canada)
Loup de Mongolie
Loup de Mongolie

L'édito de Brigitte Bardot

Édito de Brigitte Bardot publié dans l'Info Journal numéro 103

Larmes de révolte contre l’arme de la honte !

Oui je pleure, oui je suis choquée, révoltée contre « l’assassinat » (il n’y a pas d’autre mot) de ce pauvre cerf qui, après 5 heures de poursuite mortifère par un équipage de chasse à courre dans la forêt de Compiègne, s’était réfugié à bout de souffle, exténué dans un endroit privé où il a été assassiné par Alain Drach le tueur.

Comment admettre une telle horreur ?

Comment admettre une telle honte ?

Comment ne pas abolir cette chasse moyenâgeuse qui n’est actuellement pratiquée que par des sadiques dégénérés d’une aristocratie inhumaine ?

Ces pratiques révoltantes appelées « droit de suite » autorisent les fous sanguinaires à poursuivre la malheureuse bête dans n’importe quel endroit privé, pour soi-disant le « servir » c’est-à-dire le tuer, soit avec une dague, soit par tout autre moyen de mise à mort, lorsque le cerf est blessé – or celui-là n’était pas blessé – il s’était réfugié crevé, haletant, épuisé, devant la porte d’un garage à l’intérieur d’une propriété privée, close de barrières en bois.

Pauvre cerf qui croyait trouver refuge, enfin être protégé des hommes par des hommes.

Quelle noblesse cet animal magnifique, majestueux, animal couronné de ramures, animal féerique et royal, animal puissant, animal si supérieur à cette noblesse décadente qui jouit de sa supériorité infâme en l’épuisant, en le poursuivant à cheval, en voiture, avec une meute de chiens affamés pour le traquer à bout de force pour finalement avoir l’honneur et la jouissance de le frapper en plein cœur alors que, toujours debout mais épuisé, le cerf assassiné s’écroule enfin.

C’est un meurtre prémédité, un divertissement abject, immonde et pourtant légal !

Honte à la France de ne pas abolir la chasse à courre qui a été déjà abolie en Allemagne, en Angleterre, aux Pays-Bas, en Belgique, etc.

J’espère de tout mon cœur, de toutes mes larmes que le meurtre du cerf de Compiègne assassiné de deux coups de fusil par Alain Drach le 21 octobre 2017 ouvrira les yeux indifférents de nos politiques et que le gouvernement prendra enfin conscience de l’horreur que représente ce loisir en abolissant définitivement cette chasse à courre qui est une des hontes de la France.
 

Brigitte Bardot

imprimer

Partager