Cause animale : Monsieur le Président, pourquoi ne tenez-vous pas votre engagement pour les animaux ? | Fondation Brigitte Bardot

Cause animale : Monsieur le Président, pourquoi ne tenez-vous pas votre engagement pour les animaux ?

Pour notre Présidente : "Après 9 mois d’inaction pour les animaux, il est temps d’accoucher d’une réforme qui humaniserait votre mandat"

Retrouverez, ci-dessous l’intégralité de la lettre ouverte que Brigitte Bardot a adressée à Emmanuel Macron.

Monsieur le Président,
Le 7 mai 2017, il y a tout juste 9 mois, vous étiez élu 25ème président de la République française… Après ces 9 mois de « gestation », vous n’avez fait naitre aucun espoir pour les défenseurs des animaux et avez fait marche arrière sur des engagements qu’attendaient les Français.

« La vidéosurveillance dans les abattoirs, selon des modalités inspirées de la proposition de loi Falorni, sera mise en place »*… Voilà votre engagement de campagne !

Pourtant, neuf mois après, le Projet de loi issu des Etats Généraux de l’Alimentation ne reprend pas la mise en place de vidéos aux postes d’abattage. Votre ministre de l’Agriculture s’oppose à cette mesure de contrôle, pourtant adoptée par l’Assemblée Nationale après les scandales qui ont mis en lumière l’enfer des abattoirs.

Monsieur le Président, pourquoi ne tenez-vous pas votre engagement pour les animaux ?

Olivier Falorni, lui, ne trahira pas sa conviction et déposera un amendement que votre majorité au Parlement se doit de soutenir, comme vous vous y étiez engagé.

Par ailleurs, vos déclarations en faveur du retour des chasses présidentielles déshonorent votre fonction. Vos prédécesseurs, plus âgés mais peut-être plus modernes, avaient saisi l’évolution des mentalités. Quelle régression, quel archaïsme invraisemblable, juste pour flatter les loisirs d’une « caste »… Iriez-vous chasser le lion ou l’éléphant si un chef d’Etat africain vous y invitait ?

Après 9 mois d’inaction pour les animaux, il est temps d’accoucher d’une réforme qui humaniserait votre mandat. 

Arrêtez les reculades, la France doit aller en marche avant. Monsieur le Président, puis-je encore placer quelque espoir en vous ?

Brigitte Bardot

Présidente

imprimer

Partager