Fondation Brigitte Bardot

Non à l'expérimentation animale !

Date de mise en ligne : 19 Février 2019

public://petition/petition-experimentation.jpg
Destinataire(s) de la pétition
  • Monsieur le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

En Europe, plus de 12 millions d'animaux sont sacrifiés chaque année ! Avec une mention spécialement honteuse pour la France, pays qui tue le plus d'animaux de laboratoire parmi les États européens.


Oui aux méthode substitutives !


Aujourd'hui, de nombreux scientifiques refusent le "modèle" animal et basent leurs travaux sur la biologie moléculaire, les tests sur cellules humaines (en culture) ou sur peau artificielles, la simulation sur odinateur, etc.


Toutefois ces méthodes substitutives restent encore trop marginales, car insuffisamment soutenues par les Pouvoirs publics et trop peu enseignées... alors qu'elles sont l'avenir de la recherche !


Oui à l'objection de conscience !


La FBB oeuvre à la reconnaissance d'un droit à l'objection de conscience à l'expérimentation animale pour tous les citoyens français (étudiants, médecins...) qui, sur des critères éthiques, refusent d'expérimenter l'animal (vivant ou mort).


Ce droit existe déjà aux Pays-Bas et en Italie, il est conforme à la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme qui reconnait, à toute personne, un droit à la liberté de conscience.


Soutenez nos revendications auprès du ministre de la Recherche, signez la pétition !


Pour imprimer et distribuer la pétition, téléchargez-la ici !


 

Objectif : 50 000
13
 
SIGNER LA PÉTITION
(*) champs obligatoires
Vous allez recevoir un e-mail de confirmation, pour que votre signature soit prise en compte, ouvrez-le et cliquez sur le lien.
Signez nos autres pétitions
    Confidentialité de vos données

    La Fondation Brigitte Bardot protège vos informations personnelles et ne partage jamais les données avec des tiers.

    imprimer

    Partager

    Abattage rituel : enquête vidéo de la FBB dans un abattoir, lettre de Brigitte Bardot à Emmanuel Macron et pétition à signer !

    Interdit en Europe, l'abattage sans étourdissement est autorisé en France par dérogation pour les cultes juif et musulman. Depuis des années, il se généralise pour des raisons purement économiques. Il est temps de mettre fin à cette souffrance horrible et inutile !

    La FBB dévoile le 18 janvier 2019 une vidéo tournée dans un abattoir de l'Aveyron, en caméra cachée, au mois de décembre 2018 (voir la vidéo en bas de page).

    Ces images horribles montrent la réalité de la la souffrance animale dans les abattoirs français, qui pratiquent l'abattage sans étourdissement, que ce soit pour les rituels casher et halal ou par pure rentabilité économique. Ce mode d'abattage est légal en France, notre pays ayant demandé une dérogation à la loi européenne spécifiquement pour les cultes religieux.

    Brigitte Bardot interpelle le président français Emmanuel Macron dans une lettre publiée le même jour, lui demandant de mettre fin à cette pratique barbare. Ne pas procéder à l'étourdissement de l'animal avant sa mise à mort, c'est l'obliger à une lente agonie, en pleine conscience, qui peut durer jusqu'à 11 mn.

    Signez notre pétition pour interdire l'abattage sans étourdissement !

     

    Lettre de Brigitte Bardot à Emmanuel Macron, président de la République Française

    Télécharger la lettre de Brigitte Bardot à Emmanuel Macron (PDF)

    Paris, le 18 février 2019 

    Monsieur Emmanuel Macron 
    Président de la République 
    Palais de l’Elysée
    55 rue du Faubourg Saint-Honoré 

    75008 Paris 

     

    Monsieur le Président,

    Sept mois après notre entretien à l’Elysée, qui m’avait paru positif et encourageant, je suis plus que déçue par votre immobilisme face aux urgences que je vous ai présentées, vous qui n’avez pas perdu une seconde pour dégainer en faveur des chasseurs… Aujourd’hui, je vous demande de vous mettre En Marche pour les animaux ! L’attente sociétale n’a jamais été aussi forte et les Français ne comprennent pas votre inaction.

    Ma Fondation dévoile aujourd’hui même des images inédites, tournées à l’abattoir de Rodez, qui soulèvent le cœur et montrent toute l’horreur de l’abattage sans étourdissement. L’abattoir ne sera jamais un lieu de « bien-être » animal, c’est une évidence, mais nous avons le devoir de limiter autant que possible et sans délai la souffrance, l’épouvante, l’agonie des animaux égorgés à vif.

    Sur ces images, tournées il y a deux mois à Rodez, nous ne dénonçons pas d’infraction particulière, juste l’horreur quotidienne et la souffrance des bêtes égorgées en pleine conscience. Nous avons demandé à un vétérinaire de commenter ces images, son témoignage est sans appel :

    « Ces enregistrements laissent apparaître des signes de souffrances multiples, à savoir l’abattage lui-même, qui consiste à trancher la trachée, les veines jugulaires et les carotides alors que l’animal est conscient, source de douleur ; puis le flot de sang s’écoulant des artères vers l’appareil respiratoire, occasionnant un étouffement de l’animal qui cherche désespérément sa respiration. De plus comme le montrent les vidéos, l’agonie dure plusieurs minutes occasionnant ainsi pour l’animal un stress supplémentaire. »

    Tous les témoignages scientifiques vont dans ce sens, de la Fédération Vétérinaire Européenne : « du point de vue de la protection des animaux et par respect pour l’animal en tant qu’être sensible, la pratique consistant à abattre les animaux sans étourdissement préalable est inacceptable, quelles que soient les circonstances » ; à l’EFSA : « des coups destinés à provoquer une saignée rapide engendrent d’importantes destructions de tissus dans des zones fortement innervées. La baisse de tension rapide qui suit l’hémorragie est nettement ressentie par l’animal conscient et entraîne terreur et panique. L’animal conscient, souffre aussi quand son sang se répand dans sa trachée ». 

    L’INRA relève la longue agonie des bêtes abattues sans étourdissement : « chez les veaux et les bovins adultes, on observe une grande variabilité dans la perte de conscience des animaux, avec des extrêmes de 8 secondes à 11 minutes ».

    L’abattage sans étourdissement est aujourd’hui interdit en Autriche, en Suisse, en Norvège (2009), en Slovénie (2012), en Islande (2013), au Danemark (2014), en Belgique, dans les régions wallonne et flamande (2019)… Qu’attend la France ?

    La réglementation, européenne et nationale, exige l’étourdissement des bêtes avant leur abattage. La dérogation prise en France par décret, pour l’abattage halal et kasher, doit être abrogée… vous en avez le pouvoir !

    Monsieur le Président, il n’est plus temps de tergiverser sur la question, de se renvoyer la balle indéfiniment, regardez les images que nous dévoilons aujourd’hui, elles sont scandaleuses, choquantes, indignes et inacceptables d’un pays comme la France qui se prétend civilisé.

    Vous avez abandonné votre engagement d’équiper les abattoirs de caméras de contrôle, cela ne vous honore pas, mais vous ne pouvez plus tolérer que l’intolérable se produise, chaque jour en France, dans ces lieux de souffrance et de mort.

    Je vous demande, Monsieur le Président, de faire que la France rejoigne les pays qui imposent l’étourdissement des bêtes en toute circonstance lors de leur abattage. C’est une question de dignité, de devoir aussi, limiter la souffrance des animaux lors de leur abattage est un minimum. Vous avez tout accordé aux chasseurs, rééquilibrez la donne en appliquant, sans dérogation et sans délai, la réglementation européenne qui exige l’étourdissement des animaux au moment de leur mise à mort…

    Puis-je encore compter sur vous ?

    Brigitte Bardot
    Présidente"

    imprimer

    Partager

    Projet de porcherie industrielle : lettre ouverte de Brigitte Bardot au préfet des Hautes-Pyrénées (65)

    Brigitte Bardot interpelle le préfet sur la création d'un élevage industriel de cochons, lieu de souffrance pour les animaux et de pollution pour l'environnement.

    Dans une lettre ouverte publiée le 12 février 2019, Brigitte Bardot interpelle Brice Blondel, préfet des Hautes-Pyrénées, pour mettre fin au projet de création d'une porcherie industrielle à Ossun (65).

    Dans ces élevages profondément néfastes pour l'environnement, les cochons subissent des conditions de vie insoutenables, qui ne respectent en rien leurs besoins naturels.

     

    Télécharger le PDF de la lettre ouverte

     

    "Paris, le 12 février 2019

    Monsieur Brice Blondel 
    Préfecture des Hautes-Pyrénées
    Place du Général de Gaulle
    65000 Tarbes

    LETTRE OUVERTE

    Monsieur le Préfet,

    Ma Fondation est informée du projet de porcherie industrielle d’Ossun, « Fleury-Mérogis » des cochons comme l’a baptisé l’écrivain Christian Laborde, qui soulève à juste titre l’indignation des habitants de cette belle région.

    En France, 95% des cochons sont élevés en bâtiment, sur caillebotis cimentés, dans des conditions indignes : animaux mutilés, torturés… C’est une honte !

    S’il semble impossible de parler compassion avec les responsables de pareils camps de concentration, parlons au moins salubrité et de la menace que représente ce type d’élevage sur les milieux naturels. Outre l’évidente souffrance des bêtes, insupportable, les effets dévastateurs des porcheries sont connus de tous, ils sont catastrophiques.

    Dans ces conditions, comment envisager la création d’une nouvelle porcherie industrielle ? Il est temps de mettre un terme à ces usines mortifères de chair animale vivante.

    Dans quelques jours le Salon de l’Agriculture ouvrira ses portes, en vantant un élevage bucolique qui n’est qu’un leurre, un mensonge et une manipulation de l’opinion publique.

    Ne pouvant compter sur aucun membre de ce gouvernement aux ordres de la FNSEA et autres lobbies productivistes, il faut qu’un homme de pouvoir donne l’exemple, je vous demande d’être cet homme !

    Monsieur le Préfet, je place en vous mon espoir, nous avons les mêmes initiales, ne les trahissez pas !

    Brigitte Bardot
    Présidente"

     

    imprimer

    Partager

    Lettre ouverte de Brigitte Bardot à François de Rugy sur la chasse à l'oie cendrée, suivie de sa réponse au ministre

    Brigitte Bardot s'indigne d'un arrêté du ministre de l'Écologie autorisant la prolongation de la chasse à l'oie cendrée.

    Victoire pour les oies sauvages ! Saisi par les défenseurs de la faune sauvage, le Conseil d'État a suspendu le 7 février 2019 l'arrêté du ministère de la Transition écologique et solidaire qui prolongeait jusqu'à fin février la chasse des oies cendrées, et jusqu'au 10 février la chasse aux oies rieuses et aux oies des moissons. Pas moins de 4 000 oies cendrées auront ainsi la vie sauve grâce à cette décision, dont se félicite la Fondation Brigitte Bardot.

    Dès le 4 février, Brigitte Bardot interpellait dans une lettre ouverte François de Rugy, ministre de l'Écologie, au sujet d'un arrêté du 31 janvier prolongeant la chasse à l'oie cendrée.

    Télécharger la lettre en PDF

     

    "Paris, le 4 février 2019

    Monsieur François de Rugy

    Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie


    Lettre ouverte

     

    Monsieur le Ministre,

     

    HONTE ! Vous devriez avoir HONTE d’avoir usurpé la fonction de ministre de l’Ecologie pour laquelle vous êtes d’une nullité et d’une incompétence pitoyables et dangereuses.

    Ce poste ministériel indispensable exige une protection rigoureuse de la nature, de l’environnement et de la faune sauvage.

    Votre outrecuidance vient d’autoriser la prolongation de massacrer 4000 de ces magnifiques oies en pleine période migratoire jusqu’à fin février ! Cette dernière décision relève d’une traitrise à votre fonction, à une lâche soumission aux chasseurs devant lesquels vous vous agenouillez, mort de trouille, allant jusqu’à bafouer les directives européennes.

    C’est un délit grave, lamentable qui mérite votre destitution immédiate du poste que vous occupez. Vous n’êtes qu’un lâche assassin par chasseurs interposés. Je demande à ma Fondation de saisir le Conseil d’Etat pour casser cet arrêté.

    Je vous méprise car vous ignorez la valeur de la vie.

     

    Brigitte Bardot

    Présidente"

     

    Suite à la réponse de François de Rugy, Brigitte Bardot réagissait à l'argumentation du ministre, dans une nouvelle lettre ouverte publiée le 5 janvier 2019.

    Télécharger la lettre ouverte en PDF

     

    "Paris, le 5 février 2019

    Monsieur François de Rugy

    Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie


    Lettre ouverte

     

    Monsieur le Ministre de l’Ecolobby des chasseurs,

     

    Votre réponse à ma lettre est pathétique et de surcroit grotesque.

    Vous vous égarez en allant farfouiller pour me trouver des reproches concernant les « homosexuels », les « migrants » ou les « lopettes » qui n’ont rien à voir, il me semble, avec les fonctions ministérielles que vous devriez assumer !

    Par contre je vous rappelle que la prolongation des dates de chasse aux oies cendrées a fait l’objet d’une consultation publique où une majorité de citoyens s’est prononcée « CONTRE »… à quoi servent ces consultations publiques si le gouvernement n’en tient pas compte ? Pareil pour le « grand débat » ???

    Qu’elles soient en voie d’extinction ou pas, la fermeture de la chasse aux oies cendrées est fin janvier, directive européenne respectée par tous les pays de l’U.E..

    Si on devait exterminer tous ce qui n’est pas en voie d’extinction sur la planète, il n’en resterait pas grand-chose ! A part les cons qui résistent à tout, comme vous.

    Vous vous targuez d’avoir réintroduit deux ourses dans les Pyrénées ! Quel exploit ! Et vous m’écrivez naïvement qu’elles hibernent sereinement grâce à vos services !!! Mais sachez qu’en sortant de cette hibernation, elles seront la cible de tous les bergers chasseurs qui, comme moi, étaient contre cette réintroduction suicidaire. Ils ne vont pas vous demander votre avis, ils ont pour vous le même mépris que je vous porte. A part cet exploit héroïque, qu’avez-vous fait depuis que vous occupez ce poste ? RIEN !!!

    Alors pour rappel, vous ne vous êtes pas opposé aux travaux du G.C.O. (Grand Contournement Ouest) de Strasbourg, résultat à Vendenheim et Kolbsheim des arbres centenaires ont été abattus, une zone humide où vivaient en paix des animaux, oiseaux, petits mammifères et surtout les grands hamsters en voie de disparition, ont été ravagés pour transformer la nature en autoroute ! Etiez-vous au courant ?

    Si oui, pourquoi cette lamentable indifférence ? C’est votre boulot, vous êtes grassement payé pour ça ! Pareil pour le forage en Guyane accordé à « Total », près d’un récif corallien unique !

    Et la prise d’un arrêté interdisant l’exploitation des cétacés ?

    Et l’interdiction de l’exploitation des animaux sauvages dans les cirques ?

    Et l’interdiction de l’abominable chasse à la glu, du déterrage, de la chasse à courre ?

    Toutes ces exactions, ces abus dépendent de votre ministère qui ne les interdit pas mais, au contraire, continue à les autoriser.

    C’est à croire qu’un dysfonctionnement hormonal vous permet de jouir de la détresse et de la mort des animaux. Quelques cas similaires ont été reconnus lors de la seconde guerre mondiale. Ça se soigne !

    Sinon, comment pourriez-vous accepter qu’on tue chaque année en France 600 000 renards roux alors que ce prédateur joue un rôle essentiel dans nos écosystèmes ? Et devrait être protégé !

    Ma Fondation sauve, préserve, s’élève contre tous ces massacres d’animaux et de la nature, ma Fondation fait votre travail en adversité avec vous et sans les moyens dont vous disposez.

    J’attends votre prochaine prise de position sur les loups ! A flinguer, comme d’habitude.

    Contrairement à vous, je suis irréprochable et ne comptez pas sur moi pour une retenue ou une modération de mes propos. On ne me soumettra jamais !

    Je vous redis mon mépris car vous ignorez la valeur de la vie, la valeur tout court.

    Retournez à votre perchoir, il vous allait très bien pour une linotte.

    Brigitte Bardot

    Présidente"

    imprimer

    Partager

    Lettre de Brigitte Bardot au Conseil d'État sur la chasse à la glu

    Brigitte Bardot s'indigne auprès du Conseil d'État de l'autorisation de la chasse à glu pour piéger les oiseaux sauvages.

    Dans cette lettre adressée au Conseil d'État le lundi 21 janvier 2019, Brigitte Bardot interpelle Xavier de Lesquen, Rapporteur public, au sujet du maintien de la chasse à la glu pour piéger les oiseaux sauvages dans 5 départements français.

    Télécharger la lettre en PDF

     

    "Paris, le 21 janvier 2019

    Monsieur Xavier de Lesquen
    Conseil d’Etat
    1 Place du Palais Royal
    75001 Paris

     

    Monsieur,

    Votre décision, du 28 décembre dernier, de maintenir la scandaleuse et archaïque « chasse à la glu » dans cinq départements français est une honte, une trahison à votre devise d’agir « au nom du peuple Français ».

    Non, le peuple Français ne veut plus de ces pratiques barbares et les condamne !

    En rejetant la requête de la Ligue de Protection des Oiseaux, vous rejetez l’évolution de notre société qui s’inquiète désormais, mais peut-être trop tard, de l’effondrement de la biodiversité.

    Votre soumission aux chasseurs, cette minorité armée devant laquelle tous les politiques se couchent, est un acte lâche, coupable, une injure et un renoncement à protéger la nature.

    En 2019, comment peut-on justifier d’en être encore à piéger des oiseaux avec de la glu ?

    Je suis tellement écœurée par les pratiques tolérées dans mon pays, moi qui ai été l’image de la France dans le monde avant de mettre cette notoriété au service de la cause animale, je suis scandalisée.

    Ma Fondation va se rapprocher de la Commission européenne pour qu’une procédure soit engagée contre la France, nous devons sortir de cette honte dans laquelle vous nous avez englués !"

     

    Brigitte Bardot

    Présidente"

     

    imprimer

    Partager

    Halte aux abus scandaleux de la chasse !

    Date de mise en ligne : 12 Décembre 2018

    public://petition/chasse-diapo.jpg
    Destinataire(s) de la pétition
    • Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République Française.

    "À tous ceux qui, comme moi, méprisent,  vomissent, haïssent la lâcheté, la vulgarité des chasseurs qui, armés jusqu’aux dents, assassinent pour le plaisir et par milliers, l’innocence, la faiblesse d’animaux sans défense avec l’appui du Président Macron.


    Contre ce massacre ignoble, signez en nombre, je vous en supplie, cette pétition."


    Brigitte Bardot
    Présidente


    Pour imprimer et distribuer la pétition, téléchargez-la ici !


     


    Découvrez notre manifeste contre la chasse publié en pleine page dans le Parisien du 3 novembre 2018 !


     


    MANIFESTE


    APPEL DE 76 FONDATIONS ET ASSOCIATIONS CONTRE LES EXCÈS ET PROVOCATIONS DE LA CHASSE
     


    En cette rentrée, il n’est pas une journée sans nouvelle provocation de la part des dirigeants des instances cynégétiques et des élus qui les soutiennent : grande campagne visant à faire croire que les chasseurs sont les premiers écologistes de France ; annonce de la réouverture des chasses présidentielles ; cadeaux fiscaux aux plus riches d’entre eux avec la baisse du prix du permis national ; subventions scandaleuses de la part de certaines collectivités ; déclarations méprisantes de la part de responsables cynégétiques ; braconnage assumé publiquement dans la presse ; combats permanents contre la protection des espaces naturels et des espèces comme les prédateurs dont les mustélidés ; prosélytisme dans les écoles…


    Le tout sous la bienveillance manifeste de quelques élus en quête de voix, et ce jusqu’au plus haut sommet de l’État. 


    Les sondages sont constants, les Françaises et les Français ne se reconnaissent pas dans ces excès de violence, car ils en connaissent la réalité et les conséquences :


    •    100 à 200 accidents de chasse par an, avec 10 à 20 morts chaque année dont des promeneurs et des randonneurs ;


    •    Des pratiques barbares infligeant des souffrances inacceptables aux animaux : déterrage des blaireaux, utilisation de la glu, écrasement et étranglement des passereaux, conditions déplorables de détention des appelants, chasse à courre, etc. ;


    •    De trop nombreux responsables cynégétiques pris la main dans le sac pour braconnage ;


    •    15 millions d’animaux d’élevage lâchés dans la nature afin d’être tirés comme au ball-trap ;


    •    Des espèces en mauvais état de conservation pourtant chassées, dont 20 espèces d’oiseaux inscrites sur les listes rouges de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) ;


    •    6 000 tonnes de plomb déversées dans la nature chaque année avec des conséquences catastrophiques sur la santé et l’environnement (sans parler des dizaines de milliers de cartouches abandonnées) ;


    •    Des secteurs entiers interdits à la promenade comme si la nature n’appartenait qu’aux porteurs de fusils.


    Ça suffit ! Fortes de la confiance et de l’attente des Françaises et des Français, nos organisations exigent sans attendre :


    •    De remettre le permis de chasse national à son prix initial ;


    •   La fin des pratiques cruelles et moralement inacceptables, en particulier : la chasse à courre, la vénerie sous terre des renards et blaireaux, les piégeages dits « traditionnels » et la persécution des animaux considérés comme « susceptibles d’occasionner des dégâts » (anciennement appelés « nuisibles ») ;


    •    L’obtention du dimanche sans chasse pour un meilleur partage de l’espace public ;


    •    L’arrêt de l’élevage et des lâchers d’animaux à seule fin cynégétique ;


    •    Le retrait des espèces en mauvais état de conservation des listes chassables ;


    •    Le remplacement du plomb par l’acier dans les munitions ;


    •    La multiplication des contrôles et le renforcement des sanctions à l’encontre des contrevenants ;


    •    L’abandon du projet de réouverture des chasses présidentielles ;


    •    L’interdiction du prosélytisme de la chasse et des armes dans nos écoles.


    ALLIANCE DES OPPOSANTS À LA CHASSE - ANIMAL CROSS - APPEL DES LÉVRIERS - ASELA - ASSOCIATION ADEO ANIMALIS - ASSOCIATION CHATS DES RUES - ASSOCIATION ÉDUCATION ÉTHIQUE ANIMALE - ASSOCIATION FÉL’AIN - ASSOCIATION FERUS - ASSOCIATION GALGOS ANGEL - ASSOCIATION GREEN - ASSOCIATION LÉVRIERS SANS FRONTIÈRES - ASSOCIATION MILLE TRACES - ASSOCIATION PAMÊA - ASSOCIATION PERLE - ASSOCIATION  POUR  LA PROTECTION DES ANIMAUX SAUVAGES (ASPAS) - ASSOCIATION SAUVETAGE ET CHATS EN DÉTRESSE - ASSOCIATION STÉPHANE LAMART - LAEO FRANCE - ASSOCIATION UNE AUTRE CHANCE - ASSOCIATION  UNE  HISTOIRE  DE  GALGOS  -  ASSOCIATION  VÉNUS  -  ASSOCIATION  VIDA  -  AVES  FRANCE - CCE²A - CODE ANIMAL - CŒURS DE LÉVRIERS - COLLECTIF CCMA - COLLECTIF C’EST ASSEZ - COLLECTIF LE LOBBY DES 4 PATTES - COLLECTIF POUR L’ABOLITION DE LA CHASSE À COURRE (CACC) - COLLECTIF VESEA - COMITÉ DE SOUTIEN À LA CAUSE ANIMALE (CSCA) - CONFÉDÉRATION NATIONALE DÉFENSE DE L’ANIMAL - CONVENTION VIE ET NATURE (CVN) - ECO VOLONTAIRE INTERNATIONAL (EVI) - FÉDÉRATION CREL - FONDATION 30 MILLIONS D’AMIS - FONDATION ASSISTANCE AUX ANIMAUX - FONDATION BRIGITTE BARDOT - FONDATION DROIT ANIMAL, ÉTHIQUE ET SCIENCES - FONDATION POUR LA NATURE ET L’HOMME - FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT (FNE) - GALER’ANIMAL VALRAS-PLAGE  - GROUPE  ORNITHOLOGIQUE  ET NATURALISTE DU NORD PAS DE CALAIS - HUMANITÉ ET BIODIVERSITÉ - L214 - LA BERGERIE ET COMPAGNIE - LA FERME DES RESCAPÉS - LES CHATS LIBRES AIGUES MORTAIS - LES CHATS LIBRES D’AUBIN - LÉVRIERS DU SUD - LIGUE POUR LA PROTECTION DES OISEAUX (LPO) - MOUNTAIN WILDERNESS FRANCE - OFFICE POUR LES INSECTES ET LEUR ENVIRONNEMENT (OPIE) - OISEAUX ÉTHOLOGIE - ONE VOICE - PASSION LÉVRIERS - PATTOUNES DE JACOU - PETA - PÔLE GRANDS PRÉDATEURS - RÉGUL’ MATOUS - RÉSEAU ÉCOLE ET NATURE - SCOOBY FRANCE - SEA SHEPHERD - SOCIÉTÉ FRANÇAISE POUR L’ÉTUDE ET LA PROTECTION DES MAMMIFÈRES - SOCIÉTÉ HERPÉTOLOGIQUE DE FRANCE (SHF) - SOCIÉTÉ NATIONALE DE PROTECTION DE LA NATURE (SNPN) - SOCIÉTÉ PROTECTRICE DES ANIMAUX (SPA) - SOLIGALGOS - SOS ADOPTION 34 - SUR LES TRACES DU LOUP - TENDUA - TERRES DES BÊTES - UNE NOUVELLE CHANCE - WELFARM


     


    La presse en parle !


    Sud Ouest, Europe 1, LCI, BFMTV, France Info, Le Point, L'OBS, Paris Match, Jean-Marc Morandini, Huffington Post, Ouest France, 20 Minutes, France Bleu, La Provence, RTL Belgium, GEO...


     


    Objectif : 100 000
    19 928
     
    SIGNER LA PÉTITION
    (*) champs obligatoires
    Vous allez recevoir un e-mail de confirmation, pour que votre signature soit prise en compte, ouvrez-le et cliquez sur le lien.
    Signez nos autres pétitions
      Confidentialité de vos données

      Halte aux abus scandaleux de la chasse !

      imprimer

      Partager

      Demandez l'autocollant QR code de la Fondation !

      Un QR code est un code-barre qui renvoie vers un site internet lorsqu'il est capté par une application dédiée ou placé dans le viseur de l'appareil photo d'un téléphone mobile.

      L'autocollant QR code de la Fondation permet ainsi à toute personne de naviguer sur le site de la Fondation et d'en découvrir les dernières actualités ! 

      N’hésitez pas à demander l'autocollant QR code au service communication de la FBB en appelant le 01 45 05 94 55.

      imprimer

      Partager

      Communiqué de presse de Brigitte Bardot sur le grand Débat national

      Brigitte Bardot s'insurge de l'absence de la cause animale dans le grand Débat national.

      Dans un communiqué de presse publié ce mardi 15 janvier 2019, Brigitte Bardot dénonce l'absence de la protection des animaux dans les 34 propositions du grand Débat national.

      Elle regrette également que le Président Emmanuel Macron n'ait toujours pas répondu au manifeste dénonçant les excès de la chasse, signé par 76 associations de défense animale.

      Pour télécharger le communiqué de presse, cliquez ici.

       

      "Un « Grand Débat » National… pour RIEN !

       

      Les Français sont scandalisés, écœurés par le traitement réservé aux animaux, dernière roue du carrosse de Monsieur Macron, alors que les autres pays sont en marche et avancent sur la condition animale.

      Sur les 34 propositions du grand débat national, aucune ne concerne la condition animale… C’est une insulte, un mépris insupportable pour ce combat que je mène depuis 47 ans !

      Il y a six mois j’ai été reçue à l’Elysée, j’attends toujours l’autre rendez-vous promis par Emmanuel Macron qui prend bien moins de temps à répondre aux chasseurs et les couvrir de cadeaux. Notre manifeste « contre les excès et provocations de la chasse », signés par 76 Fondations et Associations représentant un nombre considérable d'adhérents, est resté lettre aussi morte que les animaux…

      Ce « grand débat national » n’est qu’un grand déballage de l’impuissance du gouvernement à agir, le ras-le-bol est immense, il y a urgence pour les millions d’animaux qui crèvent chaque jour en France !

      Ne jamais répondre à ces urgences vitales, à cette souffrance insupportable, est un signe de lâcheté monstrueuse.
       

      Brigitte Bardot

      Présidente"

      imprimer

      Partager

      Sauvetage de bovins amaigris dans les Yvelines

      Des dizaines d'animaux maigres étaient détenus dans une exploitation.

      À la demande des services vétérinaires des Yvelines (78), la Fondation Brigitte Bardot est intervenue le 14 décembre 2018 dans une exploitation pour secourir une trentaine de bovins amaigris et vivant dans des conditions déplorables. Une procédure a été ouverte.

      De nouveau, le 6 février 2019, la FBB a pris en charge 64 bovins supplémentaires, qui ont rejoint L'Arche de B.B. où ils vont enfin pouvoir se rétablir et couler des jours heureux.

      L'Arche de B.B. héberge déjà plus de 5 000 animaux de rente sauvés de l'abattoir.

      Le Parisien et L'Écho Républicain en parlent !

      imprimer

      Partager

      Des centaines de cochons d'Inde vivaient dans des cages d'où s'écoulaient leurs excréments...
      Des centaines de cochons d'Inde vivaient dans des cages d'où s'écoulaient leurs excréments...
      Certains animaux sont morts...
      Certains animaux sont morts...
      Derrière les vitrines des animaleries, le calvaire des animaux domestiques dans les élevages intensifs...
      Derrière les vitrines des animaleries, le calvaire des animaux domestiques dans les élevages intensifs...

      Sauvetage de 250 NACs d'un élevage intensif de Lapte (43)

      Derrière les vitrines des animaleries, le calvaire des animaux domestiques dans les élevages intensifs...

      Des milliers de lapins, cochons d’Inde, rats, souris et autres pauvres animaux étaient détenus dans d’abominables conditions dans un élevage-usine à Lapte (43). Suite à son interpellation, l'éleveur avait cessé son activité. La Fondation Brigitte Bardot est donc venue leur porter secours, aux côtés d'autres organisations de protection animale telles que la Fondation 30 Millions d'Amis, la SPA de Haute-Loire, la Fondation Assistance aux Animaux...

      Notre équipe a pris sous son aile 250 petits protégés pour leur offrir une vie meilleure dans l'une de nos structures...

      Pour Christophe Marie, Porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot : « Derrière les vitrines des animaleries se cache la sordide réalité des élevages, usines à chiots, à lapins et autres peluches vivantes de plus en plus nombreuses à être abandonnées après avoir servi de jouets pendant les fêtes. Les lapins nains font partie des animaux les plus abandonnés en France. Alors que la Grande-Bretagne vient d’annoncer l’arrêt de la vente des chiots et chatons en animalerie, la Fondation Brigitte Bardot appelle le gouvernement français à prendre les mêmes dispositions, et à contrôler scrupuleusement les élevages qui se multiplient et amplifient un trafic que nous n’arrivons plus à endiguer. A quoi sert de considérer, en droit, l’animal comme un être doué de sensibilité si, dans les faits, il est réduit au rang d’objet de consommation ? ».

       

      imprimer

      Partager

      Pages