Fondation Brigitte Bardot

Communiqué de presse de Brigitte Bardot sur le grand Débat national

Brigitte Bardot s'insurge de l'absence de la cause animale dans le grand Débat national.

Dans un communiqué de presse publié ce mardi 15 janvier 2019, Brigitte Bardot dénonce l'absence de la protection des animaux dans les 34 propositions du grand Débat national.

Elle regrette également que le Président Emmanuel Macron n'ait toujours pas répondu au manifeste dénonçant les excès de la chasse, signé par 76 associations de défense animale.

Pour télécharger le communiqué de presse, cliquez ici.

 

"Un « Grand Débat » National… pour RIEN !

 

Les Français sont scandalisés, écœurés par le traitement réservé aux animaux, dernière roue du carrosse de Monsieur Macron, alors que les autres pays sont en marche et avancent sur la condition animale.

Sur les 34 propositions du grand débat national, aucune ne concerne la condition animale… C’est une insulte, un mépris insupportable pour ce combat que je mène depuis 47 ans !

Il y a six mois j’ai été reçue à l’Elysée, j’attends toujours l’autre rendez-vous promis par Emmanuel Macron qui prend bien moins de temps à répondre aux chasseurs et les couvrir de cadeaux. Notre manifeste « contre les excès et provocations de la chasse », signés par 76 Fondations et Associations représentant un nombre considérable d'adhérents, est resté lettre aussi morte que les animaux…

Ce « grand débat national » n’est qu’un grand déballage de l’impuissance du gouvernement à agir, le ras-le-bol est immense, il y a urgence pour les millions d’animaux qui crèvent chaque jour en France !

Ne jamais répondre à ces urgences vitales, à cette souffrance insupportable, est un signe de lâcheté monstrueuse.
 

Brigitte Bardot

Présidente"

imprimer

Partager

Sauvetage de bovins amaigris dans les Yvelines

Des dizaines d'animaux maigres étaient détenus dans une exploitation.

La Fondation Brigitte Bardot est intervenue le 14 décembre 2018 dans une exploitation, à la demande des services vétérinaires des Yvelines, pour la prise en charge d’une trentaine de bovins amaigris.

Ils recevront tous les soins et l’attention nécessaires à leur rétablissement dans l’une de nos structures. Une procédure est ouverte.
 

Le Parisien en parle !

imprimer

Partager

Des centaines de cochons d'Inde vivaient dans des cages d'où s'écoulaient leurs excréments...
Des centaines de cochons d'Inde vivaient dans des cages d'où s'écoulaient leurs excréments...
Certains animaux sont morts...
Certains animaux sont morts...
Derrière les vitrines des animaleries, le calvaire des animaux domestiques dans les élevages intensifs...
Derrière les vitrines des animaleries, le calvaire des animaux domestiques dans les élevages intensifs...

Sauvetage de 250 NACs d'un élevage intensif de Lapte (43)

Derrière les vitrines des animaleries, le calvaire des animaux domestiques dans les élevages intensifs...

Des milliers de lapins, cochons d’Inde, rats, souris et autres pauvres animaux étaient détenus dans d’abominables conditions dans un élevage-usine à Lapte (43). Suite à son interpellation, l'éleveur avait cessé son activité. La Fondation Brigitte Bardot est donc venue leur porter secours, aux côtés d'autres organisations de protection animale telles que la Fondation 30 Millions d'Amis, la SPA de Haute-Loire, la Fondation Assistance aux Animaux...

Notre équipe a pris sous son aile 250 petits protégés pour leur offrir une vie meilleure dans l'une de nos structures...

Pour Christophe Marie, Porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot : « Derrière les vitrines des animaleries se cache la sordide réalité des élevages, usines à chiots, à lapins et autres peluches vivantes de plus en plus nombreuses à être abandonnées après avoir servi de jouets pendant les fêtes. Les lapins nains font partie des animaux les plus abandonnés en France. Alors que la Grande-Bretagne vient d’annoncer l’arrêt de la vente des chiots et chatons en animalerie, la Fondation Brigitte Bardot appelle le gouvernement français à prendre les mêmes dispositions, et à contrôler scrupuleusement les élevages qui se multiplient et amplifient un trafic que nous n’arrivons plus à endiguer. A quoi sert de considérer, en droit, l’animal comme un être doué de sensibilité si, dans les faits, il est réduit au rang d’objet de consommation ? ».

 

imprimer

Partager

Lettre ouverte de Brigitte Bardot au Président de la République

Brigitte Bardot demande à Emmanuel Macron un "miracle" de Noël pour les animaux.

Dans une lettre ouverte publiée ce mercredi 26 décembre 2018, Brigitte Bardot interpelle le Président de la République au sujet de la condition animale, lui demandant un "miracle" de Noël pour les animaux.

Pour télécharger la lettre ouverte, cliquez ici.

 

 

"Paris, le 26 décembre 2018


LETTRE OUVERTE

Monsieur le Président de la République
Emmanuel MACRON
Palais de l’Elysée



Noël est un petit miracle pour certains et je crois aux miracles !
S’il est difficile, parfois impossible, d’améliorer la condition humaine, il serait facile avec un peu d’attention, de compassion, de volonté d’améliorer la condition animale dont les souffrances muettes sont une honte pour la France.


Vous qui êtes un Européen convaincu, comment ne voyez-vous pas toutes les améliorations faites par les pays de l’U.E., à commencer par l’exemple que donne la Belgique par les réformes drastiques approuvées par le gouvernement de Carlo di Antonio, ministre de l’Environnement de Wallonie.


Lors de votre campagne, vous aviez assuré une vigilance des abattoirs avec une vidéo-surveillance indispensable dans ces lieux d’épouvante où 3 millions d’animaux sont sacrifiés chaque jour en France, dans des conditions de barbarie indignes et terrifiantes.


Vous devez tenir vos promesses, votre parole de Chef d’État.


Aucun être humain digne de ce nom ne peut accepter les atrocités commises sur les animaux destinés à notre consommation sans tenter d’adoucir leur calvaire, ou du moins de surveiller les manipulations atroces dont ils sont l’objet et appliquer l’étourdissement préalable à la saignée comme l’exigent les lois française et européenne.
D’autre part, votre allégeance aux chasseurs vous fait oublier la plus élémentaire humanité. Comment pouvez-vous accorder tant d’avantages, cas unique en Europe, à des tueurs d’animaux ?


Vous faites de la France un « Centre de loisirs pour extermination d’animaux » !


Dans l’émission de Morandini sur CNews, le 5 novembre, le Président de la Fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen face à mon représentant, Christophe Marie, a eu l’indécence de conclure l’entretien en affirmant : « c’est normal de tuer les animaux, on a cet héritage en nous, oui j’aime tuer les animaux ». Propos abjects.
Dans le chaos actuel, dans cette violence atroce, quel exemple pour la nouvelle génération ! Avec le soutien du Président de la République ! Un comble !
Nous venons de publier un MANIFESTE contre les abus de la chasse, signé par 76 fondations et associations de protection animale, que vous avez le devoir de prendre en considération.
Il est indigne d’un Président de fricoter, à la pêche aux voix, avec des individus d’une telle vulgarité, d’une telle cruauté, en parfaite contradiction avec 77 % de l’opinion publique hostile aux chasseurs.

La protection animale en France est livrée à un total abandon, à un je-m’en-foutisme général de la part du gouvernement qui laisse s’installer une lente décadence, engendrant de terrifiantes souffrances qui pourraient être évitées.


Gandhi, dans sa grande sagesse, avait dit : « On juge aussi une nation à la manière dont elle traite ses animaux. »


Si vous ne pouvez, hélas, améliorer le sort d’une humanité déshumanisée, en constante explosion démographique qui détruit petit à petit la planète, sa flore et sa faune, vous pouvez, vous devez rendre à l’animal la dignité et la place qu’il est en droit d’occuper dans des conditions acceptables dans notre France, comme l’ont fait les Wallons en Belgique.
Que ce Noël que je vous souhaite joli, apporte le miracle espéré pour les animaux et que cette nouvelle année vous soit et nous soit, ainsi qu’aux animaux, pleine de renouveau et d’espoirs positifs.

                                 
Brigitte Bardot
Présidente"

imprimer

Partager

Sondage : 70 % des Français opposés à la captivité des cétacés dans les parcs aquatiques !

À la veille de leur rencontre avec le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, l’association C’est Assez ! et les fondations 30 Millions d’Amis et Brigitte Bardot révèlent les résultats d’un sondage IFOP* exclusif sur la captivité des cétacés.

Depuis l’annulation pour vice de procédure par le Conseil d’Etat en janvier 2018 de l’ambitieux arrêté ministériel pris par Ségolène Royal en mai 2017 qui permettait l’interdiction de la reproduction des dauphins et des orques dans les delphinariums - ce qui signifiait à terme la fin de la captivité de ces animaux -, les associations de protection animale dénoncent un statu quo du gouvernement dont les cétacés sont les premières victimes.

 

Rencontre avec le ministre de l’Écologie

À la veille de leur rencontre avec le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy (12/12/2018), l’association C’est Assez ! et les fondations 30 Millions d’Amis et Brigitte Bardot ont souhaité montrer à quel point les Français veulent tourner définitivement le dos à la captivité des cétacés à des fins de divertissement. Les défenseurs des animaux demandent à la France de légiférer et de prendre des décisions audacieuses pour mettre fin à ces parcs, à l’instar de la Croatie, la Slovénie, l’Inde ou encore le Costa Rica. Pour nos organisations de protection animale, l’interdiction de la reproduction est non négociable, les Français y sont prêts et la demandent.

 

Les Français opposés à la captivité des cétacés...

Car si le sondage IFOP pour ces organisations de protection animale révèle que 7 Français sur 10 sont opposés à la captivité des dauphins et des orques dans des parcs aquatiques à des fins de divertissement, les quatre parcs aquatiques français (Marineland à Antibes, Planète Sauvage près de Nantes, le Parc Astérix à Plailly et le Moorea Dolphin Center à Tahiti) poursuivent leur « show » au mépris du bien-être animal.

 

... et très largement favorables à la création de sanctuaires marins

En parallèle, 86 % de nos concitoyens pensent que le gouvernement devrait au contraire encourager et accompagner la création de sanctuaires ou refuges marins pour accueillir ces cétacés captifs et les réhabituer à la vie sauvage. Une position sans appel. Pour Christine Grandjean, présidente de l’association C’est Assez ! : « Il est temps que la France soit courageuse en me1ant n à ces spectacles moyenâgeux et qu’elle perme1e enn à ces animaux de retrouver une vie plus proche de leurs besoins dans des refuges marins ».

 

Interdire la détention des ours polaires en France

Par ailleurs, interrogés sur la présence d’ours polaires dans les zoos situés dans des régions méditerranéennes, 82 % des Français y sont fermement opposés. Les trois organisations remettront à ce sujet au ministre de la Transition écologique et solidaire une pétition de plus de 210 000 signatures réclamant le transfert des ours Raspoutine et Flocke du Marineland d’Antibes (06) vers un parc davantage adapté à leur physiologie, dans le nord de l’Europe par exemple.

 

* Méthodologie : L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 996 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas après stratication par région et catégorie d’agglomération. Sondage réalisé en ligne du 20 au 21 novembre 2018.

 

Pour télécharger le communiqué de presse, cliquez ici.

 

Contacts médias :

C’est Assez ! : Christine Grandjean (06 74 03 89 77 / chgrandjean52@hotmail.com)

Fondation 30 Millions d’Amis : Christel Petit (06 14 43 11 72 / christel.petit@allegria.fr)

Fondation Brigitte Bardot : Brice Quintin (01 45 05 14 60 / brice.quintin@fondationbrigittebardot.fr)

imprimer

Partager

Expérimentation animale : la FBB et le collectif « Fermons le CEDS » reçus par le député Loïc Dombreval

Mercredi 5 décembre 2018, Loïc Dombreval, député LREM des Alpes-Maritimes et Président du groupe d’études « condition animale » de l’Assemblée Nationale, a reçu Michèle Scharapan du collectif « Fermons le CEDS* » et Christophe Marie porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot.

L’élu s’est vu remettre à cette occasion une pétition de 120 000 signatures demandant la fermeture du *Centre d’Elevage du Domaine des Souches (implanté à Mézilles dans l’Yonne), où sont « créés » des chiens golden retriever myopathe Duchenne, c’est-à-dire délibérément reproduits porteurs de cette myopathie, en plus de centaines d’autres chiens (beagles en particulier) destinés à approvisionner divers laboratoires.

 

Lors de cet échange très constructif, diverses pistes ont été abordées pour sortir du « modèle » animal ; certaines initiatives parlementaires sont d’ores et déjà prévues dans les prochaines semaines.

 

La pétition « pour la fermeture du CEDS et le développement de méthodes substitutives à l’animal » est toujours en ligne : https://www.mesopinions.com/petition/animaux/petition-fermeture-ceds-developpement-methodes-substitutives/26708

 

 

 

imprimer

Partager

Lettre ouverte de Brigitte Bardot au Président de la République du Bélarus

Les animaux errants connaissent un triste sort en Biélorussie.

Notre Présidente, Brigitte Bardot, interpellait le Président de la République du Bélarus concernant le sort des animaux des rues, souhaitant qu'une loi de protection animale soit élaborée.

Du fait d'une surpopulation de chats et de chiens errants, ces pauvres animaux connaissent un destin tragique. Cette situation émeut un grand nombre de personnes au sein de l'Union Européenne.

Plus de 800 signatures de citoyens du Bélarus ont été réunies pour dire « Merci » à notre Présidente ! La FBB a également été accueillie par l’Ambassadeur, Monsieur Pavel Latushka, qui lui a remis la réponse très encourageante du ministre des Affaires Étrangères remerciant notre Présidente pour ses « précieux conseils ». Un déplacement pour concrétiser l’action à venir est prévu !

 

Découvrez la lettre ouverte de Brigitte Bardot ci-dessous :

 

 

"Paris, le 27/11/2018
Monsieur Alexandre Loukachenko
Président de la République du Bélarus
Rue K.Marx 38
Minsk, 220016
Bielorussie



Lettre ouverte à Monsieur le Président,


Les animaux et particulièrement ceux des rues souffrent et meurent d’une manière si cruelle en Biélorussie que de plus en plus de voix outrées s’élèvent et s’adressent à ma Fondation. Capturés avec des appâts empoisonnés, tirés au fusil parfois en présence d’enfants, soumis sauvagement au diktat irrationnel et inhumain des autorités et services corrompus… les animaux des rues ont un destin qui scandalise et émeut au sein de l’Union Européenne. L’image de votre pays est très détériorée et seul un changement radical et prompt pourra y remédier.

Je vous supplie Monsieur le Président de faire le nécessaire pour que l’argent dépensé pour capturer et tuer soit reversé pour des programmes de stérilisations en collaboration avec les protecteurs locaux et des dispensaires/refuges pour les animaux malades ou en attente d’adoption. Notre expérience pourra vous guider dans ce processus. Une loi de protection animale avec des sanctions sévères pour les maltraitances doit être élaborée sans délai. Les protecteurs des animaux doivent être entendus et participer à cet effort humaniste de gestion responsable des animaux errants, le seul capable d’avoir des effets durables et de pouvoir intégrer votre pays à une politique européenne de respect global pour l’homme, la nature et les animaux.

J’attends de vous une réponse prompte et positive et je suis prête à envoyer un représentant de ma Fondation pour ouvrir la voie à une vision et une gestion sans souffrance de la surpopulation canine et féline.

Je suis passionnée de tout ce qui est votre folklore, vos traditions. Alors, ayez du courage, ne me décevez pas !

Avec tout mon espoir,



Brigitte Bardot
Présidente



Copie à :
- Monsieur Sergueï Rumas, Président du Conseil des Ministres
- Monsieur Vladimir Andreytchenko, Président de la Chambre des Députés"

imprimer

Partager

Sauvetage d'un cochon à Beaumontel (27)

Un cochon était en divagation depuis plusieurs mois sur la commune.

La Fondation Brigitte Bardot est venue au secours d'un cochon en état de divagation depuis plusieurs mois sur la commune de Beaumontel (27) le jeudi 08 novembre 2018.

Après s'être rapprochée de la mairie, notre équipe a pris en charge Philibert, baptisé ainsi par les habitants de la commune.

Il coulera désormais des jours heureux au sein de l'un de nos refuges !

imprimer

Partager

La Fondation présente ses actions au Dalaï-Lama

La Fondation Brigitte Bardot, présente en Inde ce mois-ci, a rendu visite au Dalaï-Lama à Dharamsala.

Depuis 1996, Sa Sainteté le Dalaï-lama est membre d’honneur de la Fondation Brigitte Bardot.

Nous l’informons donc ponctuellement de nos activités. Lors de notre dernière rencontre nous lui avons rapporté, entre autres, les résultats de nos programmes en Inde depuis 2006 où nous avons stérilisé près de 100 000 chiens à ce jour, sans compter les vaccinations et traitements divers. C’est avec beaucoup de joie que nous vous faisons profiter de ce moment de bon augure pour notre Fondation et ses nombreuses activités.

imprimer

Partager

La Fondation présente ses actions au Dalaï-Lama

La Fondation Brigitte Bardot, présente en Inde ce mois-ci, a rendu visite au Dalaï-Lama à Dharamsala.

Depuis 1996, Sa Sainteté le Dalaï-lama est membre d’honneur de la Fondation Brigitte Bardot.

Nous l’informons donc ponctuellement de nos activités. Lors de notre dernière rencontre nous lui avons rapporté, entre autres, les résultats de nos programmes en Inde depuis 2006 où nous avons stérilisé près de 100 000 chiens à ce jour, sans compter les vaccinations et traitements divers. C’est avec beaucoup de joie que nous vous faisons profiter de ce moment de bon augure pour notre Fondation et ses nombreuses activités.

imprimer

Partager

Pages