Fondation Brigitte Bardot

Brigitte Bardot confiante après son entretien avec Emmanuel Macron

Notre présidente, Brigitte Bardot, a été reçue ce mardi 24 juillet 2018, à 11 heures à l’Elysée par Emmanuel Macron.

Alors que la Présidente de la Fondation Brigitte Bardot n’a pas manqué de critiquer les positions pro-chasse du Président de la République et le positionnement scandaleux de son ministre de l’Agriculture, hostile à toute mesure favorable au bien être animal, l’entretien qui s’est tenu aujourd’hui (mardi 24 juillet 2018) à l’Elysée semble amorcer une prise de conscience du chef de l’Etat sur la condition animale.

« Je veux que la France soit championne du monde de la protection animale »

Lors de cet entretien, Brigitte Bardot a rappelé que si elle est l’icône mondiale de la protection animale, son pays le lui rend bien mal en étant la lanterne rouge européenne. L’objectif de cette rencontre, outre les différents sujets abordés sur lesquels nous attendons des engagements, était de dire combien l’attente sociétale est grande et combien la réponse politique n’est pas à la hauteur de cette attente.

Brigitte Bardot a d’abord rappelé au Président ses engagements de campagne, non tenus, concernant l’interdiction de vente aux consommateurs d’œufs issus de poules élevées en cages et l’installation de caméras dans les abattoirs. Actuellement la réponse du gouvernement est de laisser les filières s’organiser, quant aux vidéos elles seront expérimentées dans les abattoirs volontaires… autant dire que l’Etat ne s’engage pas.

Sur ces deux points, le Président souhaite revoir la position défendue par son ministre afin d’aller plus loin, notamment en agissant auprès de la grande distribution, mais aussi en renforçant les contrôles vétérinaires sur les postes d’abattage. Lors de cet entretien, nous avons en effet rappelé que notre demande d’installation de caméras de contrôles était à défaut de pouvoir disposer d’une cinquantaine d’enquêteurs vétérinaires supplémentaires sur la manipulation des animaux vivants. Le Président a entendu cet appel et s’est engagé à y répondre favorablement.

Abattage rituel

Le 1er combat de Brigitte Bardot, en 1962, a été d’imposer l’étourdissement des bêtes au moment de leur mise à mort. Aujourd’hui il n’est pas acceptable de déroger à cette règle en acceptant l’égorgement des bêtes en toute conscience et la souffrance, souvent dans une longue agonie, particulièrement en ce qui concerne les bovins. Le Président s’est engagé à étudier les pistes pour imposer cette insensibilisation des bêtes, en travaillant notamment auprès des représentants des cultes musulman et juif.
A cette occasion, Brigitte Bardot a fait état d’une nouvelle lettre reçue de Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, qui renouvelle son soutien et son accord de principe sur le recours à un étourdissement « réversible » (qui ne blesse ni entraîne la mort de l’animal), et des engagements pris par d’autres Etats membres de l’UE qui ne dérogent plus à l’obligation d’étourdir les bêtes y compris lors d’un abattage rituel.

Hippophagie

Autre combat porté depuis des décennies par Brigitte Bardot est l’interdiction de la consommation de viande de cheval en organisant la mise en « retraite » des animaux issus des courses, des centres équestres… Là encore, des pistes existent et ont été abordées, le Président s’est engagé à étudier nos demandes et à faire un point d’étapes avant la fin de l’année, lors d’un nouvel entretien, afin de nous présenter les engagements qu’il peut tenir.
Des nombreux autres sujets étaient présentés dans le dossier remis au Président (expérimentation animale, commerce des animaux de compagnie, élevages d’animaux pour la fourrure…), tous n’ont pu être abordés car le Président a pris le temps d’entendre les arguments présentés par Brigitte Bardot en cherchant, chaque fois, les mesures qui pourraient être prises durant son quinquennat.

Brigitte Bardot agréablement surprise par le Président

A sa sortie de l’Elysée, Brigitte Bardot n’a pas caché son enthousiasme "Moi qui n'étais pas une fervente de Macron, j'ai été très étonnée et très surprise de voir l'attention, le sérieux et la bonne disposition qu'il a eu envers nous", a-t-elle indiqué à l'AFP.

Lors de cet entretien, Brigitte Bardot était accompagnée par Laurence Parisot, Administrateur de la FBB, et Christophe Marie son Porte-parole.
 

La presse parle de la rencontre de notre Présidente avec Emmanuel Macron :
www.varmatin.com/politique/ce-qui-ressort-de-lentretien-sous-tension-entre-brigitte-bardot-et-emmanuel-macron-248250

http://www.lepoint.fr/societe/brigitte-bardot-plaide-la-cause-des-animaux-aupres-d-emmanuel-macron-24-07-2018-2238802_23.php

https://www.huffingtonpost.fr/2018/07/24/brigitte-bardot-raconte-son-entretien-pour-parler-cause-animale-avec-emmanuel-macron_a_23488618/

https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Recue-par-Macron-Bardot-veut-une-France-championne-du-monde-de-la-cause-animale-1565342

https://www.ledauphine.com/france-monde/2018/07/24/emmanuel-macron-a-brigitte-bardot-vous-allez-m-engueuler

http://www.europe1.fr/societe/brigitte-bardot-plaide-la-cause-des-animaux-aupres-demmanuel-macron-3718565

imprimer

Partager

Spectacle - Gaby mon amour

24 et 25 Septembre 2018

GABY MON AMOUR, les 24 et 25 Septembre à 20h au Théâtre Déjazet (41 boulevard du Temple 75003) à Paris
Un hommage à Gaby Deslys qui, dans les années 20, ouvrait la voie à la lutte pour la protection animale.
Plus d'information sur la page Facebook du spectacle :
https://www.facebook.com/gabymonamour/

imprimer

Partager

Campagne Cirque 2018

« Offrez-lui la liberté ! N’encouragez plus les cirques avec animaux. » Découvrez la campagne nationale d'affichage de la Fondation Brigitte Bardot contre l’exploitation des animaux sauvages dans les cirques

MAJ :

Notre nouvelle campagne Cirque existe aussi sous forme d’autocollants et de cartes postales, ces supports sont disponibles gratuitement sur simple demande auprès de la FBB (communication@fondationbrigittebardot.fr)
 

20 juillet 2018 : Après Paris et Bayonne, notre nouvelle campagne d'affichage contre les cirques avec animaux débarque dans le Finistère (29) et bientôt dans plusieurs autres villes de France !

En cette période d'été, divertissez-vous sans cautionner la souffrance !


Tous les animaux détenus dans les cirques ont des besoins spécifiques : un climat chaud pour certains, comme les lions, un climat plus frais pour d’autres, comme les ours.
Tous ont besoin d’espace, d’activités, de liens sociaux, d’eau et de nourriture en quantité suffisante.

Dans les cirques, ils sont « condamnés à perpétuité » : enfermés dans des enclos étriqués ou des cages de transport d’où ils ne sortent que pour faire leur « numéro de clown ».
Cet enfermement a des conséquences physiques et psychologiques dévastatrices.

Chaque année, la Fondation participe au sauvetage d’animaux issus de cirques et de zoos et organise la prise en charge de ces derniers par le financement d'aménagements spécifiques : Elephant Haven, Tonga Terre d'Accueil, Refuge de l'Arche....

Déjà 28 pays interdisent totalement la présence d'animaux, sauvages ou non, dans les cirques : Autriche, Belgique, Bolivie, Bulgarie, Chypre, Costa Rica, Croatie, Danemark, Estonie, Finlande, Grèce, Guatemala, Hongrie, Inde, Irlande, Israël, Italie, Lettonie, Liban, Malte, Mexique, Pays Bas, Pérou, Portugal, Roumanie, Singapour, Slovénie, Suède.
15 autres pays ont une interdiction partielle dans certaines villes ou certaines régions : Allemagne, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chili, Chine, Espagne, Etats-Unis, Norvège, Pologne, République Tchèque, Royaume-Unis, Slovaquie, Taïwan.

En France, de plus en plus de municipalités prennent des arrêtés refusant la présence de cirques avec animaux…

Mais qu’attend donc le gouvernement pour prendre les décisions qui s’imposent ?

Afin d’éveiller les consciences, la Fondation Brigitte Bardot lance, ce jour, une vaste campagne d’affichage nationale.
Tout l’été, près de 1400 panneaux seront présents à Paris et dans les principales villes côtières avec un message positif : « Offrez-lui la liberté ! N’encouragez plus les cirques avec animaux »

Le visuel est disponible en cliquant ici (format PDF).

 

Soutenez-nous également en signant la pétition pour interdire l’exploitation des animaux sauvages dans les cirques en France.

La campagne sera déclinée sous forme d’autocollants et de cartes postales, ces supports sont disponibles gratuitement sur simple demande auprès de la FBB (communication@fondationbrigittebardot.fr)

La presse parle de notre campagne :
Paris - Normandie : "À Dieppe, l’installation du cirque avec ses animaux fait polémique"

imprimer

Partager

Sauvetage de chats dans le 03

Les équipes de la Fondation sont intervenues le mercredi 04 juillet 2018 dans une commune de l'Allier.

La Fondation toujours sur le terrain : nos équipes ont réalisé un second sauvetage dans l’Allier, cette fois pour venir au secours de plusieurs chats.
Ils vont maintenant recevoir tous les soins appropriés dans nos structures.
 

imprimer

Partager

Sauvetage de 120 moutons dans l'Alier

Les équipes de la Fondation sont intervenue en début de matinée dans la commune d'Yzeure, pour venir au secours d'une centaine de moutons d’Ouessant.

La Fondation Brigitte Bardot a été directement sollicitée pour intervenir sur la commune d’Yzeure (03) afin de récupérer plus d’une centaine de moutons d’Ouessant laissés à l’abandon dans des pâtures qui jouxtent la prison.
Ils avaient été placés par une société d’éco-pâturage qui avait pour but de débroussailler et dont le propriétaire n’aurait pas satisfait les conditions de détention légales et sanitaires.
Ce matin, nos équipes sont donc intervenues dans 
les pâtures de la prison d’Yzeure et ont pris en charge 120 moutons. Ils sont maintenant en sécurité et vont venir rejoindre nos autres protégés dans nos structures en Normandie.

La presse parle de notre sauvetage :
https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/allier/moulins/moulins-fondation-brigitte-bardot-au-secours-120-moutons-1506263.html

imprimer

Partager

©Humane Society International
©Humane Society International
©Humane Society International
©Humane Society International
©Humane Society International
©Humane Society International

Yulin 2018

Aidez-nous dans notre combat pour que cesse ce festival de la honte et de l'horreur ! #StopYulin2018

Jeudi 21 juin, date du solstice d’été mais aussi la date qui marque le début du festival de la viande de chien et chat à Yulin. Pendant 9 jours les meilleurs amis de l'homme seront frappés, ébouillantés vivants, dépecés et dévorés...
Soutenez notre combat pour mettre fin à ce festival de l’horreur !

Signez notre pétition pour stopper ces atrocités : 
http://www.fondationbrigittebardot.fr/agir/petitions/yulin

imprimer

Partager

Animal's Pride 2018

Le dimanche 30 septembre 2018 à Bordeaux de 10h à 19h.

La seconde édition de l'Animal's Pride, organisée par l'association Vénus, se déroulera dimanche 30 septembre à Bordeaux

Plus d’informations sur la page Facebook de l’évènement.

imprimer

Partager

Lettre ouverte - Projet de ferme-usine de porcs à Escoubès (64)

"Quel esprit assez tordu peut-il concevoir d’enfermer, chaque année, 17 000 cochons dans des bâtiments industriels ?" Brigitte Bardot interpelle le Préfet des Pyrénées-Atlantiques sur le projet d'ouverture d'une ferme-usine de porcs.

Lettre Ouverte de la Fondation Brigitte Bardot
Retrouvez le texte intégral de la lettre ouverte de notre Présidente, Brigitte Bardot, adressée au Préfet des Pyrénées-Atlantique ci-dessous :

 

Monsieur le Préfet,

Vous le savez, le projet de ferme-usine de porcs à Escoubès soulève le cœur et l’indignation des défenseurs des animaux, de l’environnement, mais aussi d’agriculteurs responsables qui ne veulent pas faire de l’élevage une industrie qui tue les animaux, la nature et l’emploi.

Stéphane Travert se fiche de la condition animale, c’est un fait, mais contrairement à notre calamiteux ministre de l’Agriculture le projet qui est soumis à votre autorisation s’inscrit dans la durée, d’où l’extrême importance de faire aujourd’hui le bon choix.

Quel esprit assez tordu peut-il concevoir d’enfermer, chaque année, 17 000 cochons dans des bâtiments industriels ? Ces animaux mutilés, castrés à vif, dents meulées, queue coupée (en infraction avec la réglementation européenne), vivent dans un environnement carcéral, privés de leurs besoins biologiques.

Ces élevages nous plongent dans la honte, on ne peut accepter de faire subir cela à des êtres sensibles, bien plus intelligents que de nombreux humains qui, eux, ne font généralement preuve d’aucune humanité, d’aucune sensibilité.

Monsieur le Préfet, ne prenez pas exemple sur les élevages intensifs de Bretagne dont les conséquences sur la nature sont désastreuses, en plus de l’être sur la condition animale. Cette ferme-usine est scandaleuse, choquante, elle soulève une colère qui s’accentue chaque jour, vous avez le devoir de l’entendre et d’agir en conséquence.

Je compte infiniment sur vous pour stopper net cette escalade vers le toujours plus intensif, le toujours plus polluant, le toujours plus de souffrances et détresses animales.

Monsieur le Préfet, donnez un exemple d’humanité dans ce monde déshumanisé, vous pouvez le faire, je place mon espoir en vous et vous assure de mes sentiments confiants.

Brigitte Bardot
Présidente

 

imprimer

Partager

©Animaux en Péril
©Animaux en Péril
©Animaux en Péril
©Animaux en Péril

Sondage Fondation Brigitte Bardot sur la corrida

Combats d’animaux : les Français n’en veulent plus !

Dans un nouveau sondage Ifop* pour la Fondation Brigitte Bardot, les Français se déclarent majoritairement pour l’abolition des corridas et combats de coqs.

Condamnation de la cruauté

Les corridas et combats de coqs sont considérés par le code pénal comme étant des actes de cruauté bénéficiant de dérogations locales. A la question « les actes de cruauté commis envers un animal doivent-ils être condamnés sur l’ensemble du territoire français ? » la réponse est sans appel, c’est oui pour 95% des Français.



La mort en spectacle

« Selon vous, le supplice et la mise à mort d’un animal (comme dans une corrida ou un combat de coqs par exemple) peuvent-ils encore être considérés comme un spectacle en 2018 en France ? », là encore aucune hésitation, c’est non pour 80% des Français.



Doit-on abolir la barbarie ?

Les Français qui n’aiment généralement pas interdire sont quand même favorables, à 74%, à la suppression des corridas avec mise à mort des taureaux en France. Avec de tels résultats, espérons seulement que l’attente des Français soit satisfaite par un engagement du gouvernement…

 

Un député contre la corrida

Philippe Michel-Kleisbauer est député du Var. Il a accepté de répondre à nos questions.

Pourquoi est-il si difficile, en France, de remettre en cause les pratiques cruelles exercées envers les animaux alors que d’autres Etats membres de l’UE avancent sur le sujet ? Les lobbies ont-ils le pouvoir d’empêcher les élus d’agir.
Châteaubriand disait "une fois née une idée politique ne meurt jamais" . Afin qu'une idée aboutisse, trouve sa place dans la société, il lui faut arriver à maturité. La question n'est pas seulement ou nécessairement liée à la loi du nombre de ceux qui la portent. Elle est liée à son aboutissement, son achèvement. L'idée de la conscience des animaux qu'une souffrance leur est infligée a mis du temps pour s'installer dans à peu près tous les esprits. Ce stade atteint, la conscience collective que des souffrances gratuites, volontaires, ne pouvaient plus être infligées à des êtres vivants non-humains s'est développée. Aujourd'hui les humanistes savent que l'humanité doit être abordée dans l'ensemble du monde du vivant, dans le respect de la biodiversité. Ainsi il me semble que l'idée de mettre un terme aux corridas est quasi unanimement admise et doit trouver le jour. Comme vous le mesurez ma démarche se trouve, par nature, à l'opposé des actions brutales ou violentes choisies par certains.



Vous avez largement contribué à l’arrêt des corridas à Fréjus, seule commune du Var où ces combats étaient pratiqués, mais l’actuel maire a ouvert une brèche et autorise certains spectacles taurins. Craignez-vous un retour de la corrida à Fréjus ?
C'est très juste. Mon opposition aux corridas est très ancienne, connue de tous parce que clairement affichée et constante. Cette position de ma part s'est toujours faite dans le respect du contradictoire. Toutefois l'optimisme de certains "aficionados" qui se sont exprimés avec beaucoup de confiance sur le retour des corridas à Fréjus m'a poussé à agir rapidement, sans plus attendre, avant qu'il ne soit trop tard. Le programme que je présenterai aux Fréjusiens aux prochaines municipales est profondément tourné vers la protection de notre environnement, de nos espaces et espèces naturels, et voir ce spectacle revenir sur notre territoire serait pour moi l'échec d'un combat de longue haleine. 



Plutôt qu’interdire l’accès des arènes aux moins de 14 ans, comme certains députés le proposent, vous défendez une position plus radicale qui est celle d’une interdiction pure et simple des corridas (et combats de coqs). Notre Info-Journal est adressé à tous les parlementaires français (députés, sénateurs, eurodéputés), quels sont les arguments que vous souhaiteriez mettre en avant pour défendre votre proposition de loi ?
Tout simplement que cette idée que les animaux sont doués d'une conscience qui leur permet de comprendre qu'une souffrance leur est infligée est une idée aboutie. Qu'il en découle, nonobstant tout ce qui a pu permettre d'argumenter cette pratique par le passé, que l'idée que des hommes en réunion puissent affaiblir un animal jusqu'à sa mort pour le plaisir n'a plus sa place dans notre société. Sans renier le passé, sans condamner personne, je dis juste que cette pratique n'a plus sa place dans les consciences de notre époque qui ont évolué. 



Monsieur le Député, vous venez de présenter à l’Assemblée Nationale une proposition de loi visant à mettre fin à la corrida en France, avez-vous reçu le soutien d’autres élus ?
Quelques-uns ont spontanément répondu présent et apporté leur soutien. Leur courage et leur détermination est admirable. Ma conviction est que sur la durée du mandat le nombre va grandir. Les pressions sont certaines et je ne veux pas mettre mes collègues mal à l'aise, aussi il est important de laisser cette idée inéluctable suivre son cours. 

 

* « Les Français et la corrida », sondage Ifop pour la Fondation Brigitte Bardot (mai 2018)

imprimer

Partager

Salon VeggieWorld Octobre 2018 à Paris

La Fondation Brigitte Bardot sera présente au Salon VeggieWorld les 13 et 14 octobre 2018 qui se tiendra à Paris.

La nouvelle édition du salon VeggieWorld Paris – Automne se déroulera le week-end du 13 au 14 octobre 2018.

Nos équipes et bénévoles seront heureux de vous retrouver une nouvelle fois sur le stand J8, à l'espace CENTQUATRE-PARIS | 5 rue Curial | 75019 Paris.

A cette occasion, notre porte-parole, Christophe Marie, donnera une conférence : « Accueillir et Soigner, pour ne plus tuer ».

Le site de la Veggieworld

L'événement Facebook

imprimer

Partager

Pages