Fondation Brigitte Bardot

Sauvetage de Jango

Chien victime de mauvais traitements : mercredi 07 mars 2018, la Fondation prend en charge Jango, un chien staff.

MAJ 13/03/2018
Nouvelle victoire de la FBB : 1 an de prison ferme et interdiction de détenir un animal pendant 2 ans pour l’auteur de maltraitances sur un chien ! Jango nous est confié et va désormais pouvoir se refaire une santé auprès de nos équipes.

MAJ 08/03/2018
L’audience, en comparution immédiate, concernant le cas de Jango, le chien staff que nous avons récupéré hier, a lieu cet après-midi. Nous vous tiendrons informés des résultats.

Dans le cadre d’une procédure judiciaire, la Fondation s’est vue confier la garde d’un chien de race staff, qui aurait été victime de mauvais traitements. Baptisé Jango, il va rejoindre nos structures. La FBB va déposer plainte !

imprimer

Partager

La Fondation répond à l’édito du SNVEL sur les animaux sauvages dans les cirques

Dans un éditorial paru le 9 février 2018, le SNVEL (Syndicat National des Vétérinaires d’Exercice Libéral) exprimait sa position sur la question des animaux sauvages dans les cirques. Suite aux propos avancés dans cette lettre, la Fondation se devait de réagir et d’apporter une réponse.

Retrouvez l’intégralité de notre lettre ouverte au SNVEL ci-dessous.
 

Réponse au SNVEL
A propos des animaux sauvages dans les cirques

Dans un Edito du 9 février 2018*, le SNVEL répondait à la démarche de One Voice souhaitant connaître la position des organisations professionnelles vétérinaires sur la question des animaux sauvages dans les cirques.

Il faut savoir que l’Ordre des vétérinaires de France a déjà répondu à cette association en indiquant qu'il adhère à la recommandation prise par la Fédération des Vétérinaire d’Europe « de promouvoir l'interdiction de l'usage des mammifères sauvages dans le cadre de cirques itinérants »**, tout en précisant qu’elle avait été émise « suite à un long processus d'expertise et de validation scientifique ».

Nous nous permettons de revenir sur cet édito du 9 février, d’une part car la Fondation Brigitte Bardot soutient ouvertement l’interdiction de la présence d’animaux sauvages dans les cirques, et d’autre part car nous souhaitons répondre à l’accusation selon laquelle « le devenir de ces animaux, si l'interdiction de leur présence dans les spectacles intervenait, ne semble guère préoccuper les militants de l'interdiction ». 

Il est bon de rappeler que nous sommes contre toute forme de détention d’animaux à des fins de divertissement. Cela inclut donc les cirques, qu’ils soient itinérants ou non, d’autant que les animaux y sont utilisés dans des conditions particulièrement stressantes et qu’ils sont maintenus dans des cages ou enclos étroits tout au long de leur triste vie. Dans le cas des spectacles itinérants, ils sont en plus trimbalés de ville en ville, enfermés dans des camions pendant des heures.

Nous ne rejoignons pas le SNVEL sur la définition d’animaux sauvages. Le fait de mettre les mots « faune sauvage » et « captive » à la suite est un oxymore qui révèle l’étendue du problème de la captivité. Un lion est-il moins un lion parce qu’il est né en cage ? A-t-il des besoins physiologiques différents de ses semblables dans la savane ? Ses besoins biologiques, quels qu’ils soient, peuvent-ils être satisfaits au sein d’un cirque ? La Fédération des Vétérinaires d’Europe répond explicitement à ces questions : « L'utilisation de mammifères sauvages, en particulier les éléphants, les grands félins (lions et tigres) dans les cirques ambulants reflète une vue traditionnelle, mais dépassée, des animaux sauvages. Ces animaux ont la même constitution génétique que leurs congénères dans la nature et conservent leurs pulsions et besoins comportementaux instinctifs naturels. Les besoins des mammifères sauvages non domestiqués ne peuvent pas être satisfaits au sein d’un cirque itinérant; surtout en termes d’habitat et de capacité à exprimer des comportements normaux. » L’Ordre des vétérinaires de France rajoute que ces structures « ne peuvent satisfaire aux besoins physiologiques et sociaux de ces animaux ». 

Concernant le respect des lois, la Fondation Brigitte Bardot reçoit chaque année plusieurs dossiers de plaintes, provenant de nos enquêteurs ou de particuliers, qui dénoncent les cirques ne respectant pas les normes visées à l'arrêté du 18 mars 2011. Lorsqu’elles sont pertinentes, nous transmettons immédiatement ces plaintes aux autorités compétentes, mais le temps qu’elles se rendent sur place le cirque a bien souvent plié bagage. Sans parler des nombreux incidents aux conséquences parfois tragiques impliquant des animaux sauvages dans les cirques : 305 au sein de l’Union européenne entre 1995 et 2017*** , dont 49 rien qu’en France, et seulement pour les cas officiellement recensés. 

L’objectif d’interdiction de l’utilisation des animaux sauvages dans les cirques permettrait de mettre un terme à l’utilisation abusive d’espèces qui n’ont rien à faire sur une scène. Les français l’ont bien compris et soutiennent en large majorité une telle interdiction. A cette fin, les organisations travaillent ensemble à une réglementation appropriée, qui répondrait aux diverses problématiques posées par cette interdiction et dans l’optique de coopérer avec les circassiens. Insinuer que nous n’avons que faire du devenir de ces animaux est particulièrement choquant sachant que plusieurs centaines de milliers d’euros ont déjà été dépensés par la Fondation Brigitte Bardot en soutien aux sanctuaires français capables d’accueillir des mammifères sauvages : Elephant Haven, Tonga Terre d’accueil et le Refuge de l’Arche. En outre, nous collaborons actuellement à la création d’autres sanctuaires en Europe pour diverses espèces sauvages. Enfin, la Fondation a géré par le passé l’accueil de nombreux félins et participé à des saisies dans des cirques. Prenons l’exemple de l’hippopotame Tonga qui était en bien mauvais état avant que nous le transférions dans une réserve d’Afrique du sud. Il y coule encore des jours paisibles. 

A l’opposé, il est difficile d’envisager un sort plus triste que celui vécu par la tigresse Mevy, échappée de son cirque en novembre dernier et abattue dans les rues de Paris. D’autres animaux de cirque dont nous connaissions l’existence ont disparu sans laisser de trace...

Pour résumer, nous ne pouvons dénier à l’animal son droit de vivre libre dans son milieu naturel dans le seul but qu’il soit utilisé pour notre divertissement. Aucune méthode de dressage ne peut être jugée acceptable du moment qu’elle force l’animal à réaliser des numéros contre-nature qui, outre la détresse psychique, peuvent entraîner de lourdes séquelles physiologiques.

 

* :  lien vers l'édito du SNVEL
** : lien vers la déclaration du FVE
*** :  Wild Animals in EU Circuses, Problems, Risks and Solutions, Eurogroup for Animals, goo.gl/ebtjXu  

imprimer

Partager

Grand froid : la Fondation n'oublie pas les animaux vivant malheureusement dans la rue avec leur maître

Ce sont souvent les seuls et plus proches compagnons des SDF, avec qui ils partagent leurs conditions de vie terribles. La vague de froid, qui s’abat sur la France, les touchent bien cruellement. La Fondation continue d'agir pour leur apporter

Comme tout au long de l'année, la FBB vient en aide aux SDF et à leurs animaux en leur offrant de la nourriture et des soins vétérinaires.
Particulièrement en ces temps froids où la Fondation distribue des manteaux chauds, des imperméables et des couvertures pour les chiens.

imprimer

Partager

Eure : sauvetage de 8 chiots et de 5 chiens vivant dans des conditions déplorables.

Mardi 27 février 2018, dans le cadre d’une procédure judiciaire, une de nos équipes s’est rendue dans la région de Bernay (27) pour porter secours à des chiens de type Pitbull en raison de mauvais traitements et de reproduction illégale.

Sur place notre équipe est arrivée dans une véritable « maison de l’horreur ».
En partenariat avec la gendarmerie, nous avons pu intervenir et retirer des chiens détenus dans des conditions effroyables et, semble-t-il, dressés aux combats.
Les chiens ont été trouvés dans une maison pleine d’excréments et d’immondices, certains des chiens secourus sont aussi très maigres, mais peut-être sachant que nous venions à leur aide, ceux-ci se sont montrés très dociles.
Sur place, notre équipe a découvert les cadavres de chats et de lapins décapités, entre autre, probablement utilisés comme appâts...
Au total, ce sont 5 chiens adultes et 8 chiots qui ont été secourus. Ils sont maintenant sous la protection de la Fondation.

Les médias parlent de notre sauvetage :

http://www.paris-normandie.fr/accueil/eure--des-chiens-martyrs-recuperes-par-la-fondation-brigitte-bardot-ME12341850

https://actu.fr/normandie/saint-aubin-le-vertueux_27516/saint-aubin-vertueux-huit-chiots-cinq-chiens-sauves-maison-lhorreur_15707789.html

https://www.infonormandie.com/Elevage-clandestin-dans-l-Eure-les-chiens-vivaient-dans-des-conditions-deplorables_a19474.html

https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/eure/bernay/fondation-brigitte-bardot-sauve-dizaine-chiens-horreur-1431775.html

http://www.paris-normandie.fr/actualites/faits-divers/des-chiens-martyrises-dans-l-eure--l-eleveur-soupconne-de-maltraitance-remis-en-liberte-IF12356961

http://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/les-chiens-vivaient-dans-horribles-conditions-la-fondation-brigitte-bardot-intervient

https://www.20minutes.fr/societe/2229187-20180228-eure-dizaine-chiens-sauves-maison-horreur-fondation-brigitte-bardot

http://www.holidogtimes.com/fr/la-fondation-brigitte-bardot-sauve-13-chiens-et-chiots-prisonniers-de-cette-maison-de-lhorreur/#gs.w7Olksc

 

imprimer

Partager

Sauvetage de 13 équidés dans les Vosges (88)

Le mardi 27 février 2018, les équipes de la Fondation sont de nouveau sur le terrain, à Rambervillers, dans les Vosges pour sauver treize équidés aux conditions de vie inacceptables.

Début janvier, la Fondation Brigitte Bardot est sollicitée par les Services vétérinaires (DDPP) des Vosges pour la prise en charge de 13 équidés sur la commune vosgienne de Rambervillers.

Ce dossier est bien connu de notre Service Enquête depuis plusieurs années car les chevaux ont déjà fait la Une des journaux locaux.
Ce sont leurs conditions de vie catastrophiques qui sont à l’origine de notre action : une petite pâture de taille insuffisante pour autant d’animaux qui pataugent dans la boue en hiver et sans herbe en été.

Le propriétaire a été mis en demeure par la DDPP de réaliser un certain nombre d'aménagements en vue d'améliorer les conditions de vie des animaux au quotidien.
Malheureusement aucune amélioration n’a été apportée et la saisie des 13 équidés a été ordonnée fin février.

La Fondation Brigitte Bardot doit ainsi prendre en charge 5 juments âgées de 10 à 18 ans et 5 pouliches âgées de 2 à 3 ans qui seront accueillies dans nos structures.

Un autre refuge va prendre en charge les 3 étalons.

Les médias parlent de notre action :
https://www.vosgestelevision.tv/Fil-info/Rambervillers-Fondation-Bardot-vient-sauver-mTRY7Y256s.html

https://www.francebleu.fr/infos/societe/vosges-la-fondation-brigitte-bardot-saisit-de-force-une-dizaine-de-chevaux-negliges-1519739551

http://epinalinfos.fr/2018/02/fondation-brigitte-bardot-a-rambervillers-sauver-chevaux/

https://www.magnumlaradio.com/faits-divers/article/9144-vosges-maltraites-une-dizaine-de-chevaux-pris-en-charge-par-des-associations.html

https://www.vosgesmatin.fr/edition-de-saint-die/2018/02/28/des-chevaux-mis-sous-protection

https://www.vosgestelevision.tv/Journal/Journal-mardi-27-fevrier-lJK4Ndrwo.html

https://www.20minutes.fr/faits_divers/2228859-20180227-vosges-dizaine-chevaux-saisie-fondation-brigitte-bardot

http://www.ohmymag.com/best-friends/vosges-la-fondation-brigitte-bardot-sauve-des-chevaux-maltraites_art116476.html

 

 

imprimer

Partager

La FBB partenaire du projet de l’association Elephant Haven

Vendredi 16 février 2018, la FBB annonce son partenariat avec l’association Elephant Haven et le financement du projet de dortoir des éléphants.

Dans le cadre de la création de la première « maison de retraite » pour éléphants de France par l’association Elephant Haven, la Fondation Brigitte Bardot devient partenaire du projet.
Elle financera à hauteur de 350 000 € le dortoir des éléphants.

 

Pour libérer les éléphants exploités dans les cirques :

la Fondation Brigitte Bardot partenaire d’Elephant Haven

Un sanctuaire pour éléphants dans le Limousin cela peut surprendre, mais les porteurs du projet ont réalisé une étude sur les besoins des éléphants (asiatiques et africains) susceptibles d’être recueillis. Le terrain vallonné, boisé, loin de toute habitation au cœur du parc naturel régional du Périgord s’est vite distingué des autres sites initialement envisagés.

1er sanctuaire européen pour éléphants
Elephant Haven est né d’un constat : de plus en plus de pays européens* interdisent l’exploitation d’animaux sauvages dans les cirques et il reste une centaine d’éléphants exploités mais vieillissants, ces animaux souffrent de leurs conditions de détention totalement inadaptées à leurs besoins. Alors qu’ils parcourent dans la nature des dizaines de kilomètres chaque jour, en colonie hiérarchisée et soudée, prisonniers des cirques ils se retrouvent isolés dans des camions cages, les muscles atrophiés par manque d’exercice, malheureux esclaves condamnés à une vie de misère.

Les soigneurs animaliers, originaires de Belgique flamande, à l’origine d’Elephant Haven ont déplacé des montages pour faire vivre leur projet. Après l’achat du terrain (qui pourra ultérieurement être agrandi), l’obtention du permis de construire et de l’autorisation d’ouverture, il leur fallait encore trouver les fonds pour aménager le site avant l’arrivée des premiers rescapés. 

Sans lieu d’accueil, pas de sauvetage possible

Ce que nous avons appris au fil du temps c’est qu’une campagne de sensibilisation, de pétitions, d’appels pour tel ou tel éléphant en souffrance, tout cela ne sert à rien si nous ne sommes pas en mesure de proposer un lieu d’accueil pour l’animal en question. Les autorités peuvent constater les infractions, verbaliser, mais ne pourront procéder au retrait de l’animal. Nous l’avons constaté notamment lors de la saisie de l’hippopotame Tonga (cirque Zavatta) retardée pendant des mois afin d’organiser le transfert en Afrique du Sud faute de possibilité de placement en France.

Après cette expérience et quelques autres, nous avons participé à la création (et participons encore) de l’association Tonga Terre d’Accueil qui a permis le sauvetage de nombreux félins et primates (financement par la FBB de structures pour ces deux espèces).

En 2018, la Fondation financera également la réhabilitation d’enclos primates au refuge de l’Arche, refuge pionnier dans lequel la FBB a également financé une nouvelle quarantaine réglementaire qui a permis le sauvetage des deux macaques rescapés de la tuerie administrative de Labenne (Landes).

Un abri financé par la Fondation

Pour accueillir des éléphants, il faut prévoir une infrastructure à la hauteur de ces animaux. Même affaiblis par des années de captivité, ils restent des géants avec une force incomparablement supérieure à la nôtre. L’expertise du maître d’œuvre, la qualité et résistance des matériaux utilisés, tout cela a un coût et notre Fondation a dû investir pas moins de 350 000 € pour l’aménagement de l’abri d’hiver et adapté aux soins des animaux. Localement, une formidable chaîne de solidarité s’est créée, nombreux dons d’entreprises, participation active de bénévoles qui ont notamment réalisé la clôture d’enceinte.

En Marche vers la libération animale

Avec Elephant Haven, les victimes exploitées dans des cirques pourront bientôt trouver un havre de paix, bénéficier d’une « retraite » bien méritée… Dans quelques mois la structure pourra accueillir ses premiers éléphants, les autorités françaises ne pourront plus alors se cacher derrière de fausses excuses, elles devront se mettre en marche vers la libération des animaux de cirque et interdire leur exploitation comme l’ont déjà fait de nombreux pays européens. C’est le sens de l’histoire, évoluer vers une prise en compte de la sensibilité animale, remettre en cause certaines pratiques hier tolérées mais aujourd’hui considérées comme étant archaïque et cruelles… Tout ne se fera pas en un jour, hélas, mais ce projet est une pierre à l’édifice.

La Fondation Brigitte Bardot est partenaire principal d’Elephant Haven car si nous voulons obtenir, demain, la fin de l’exploitation des éléphants dans les cirques il faut y travailler dès aujourd’hui !

* Actuellement, 21 Etats membres ont adopté des restrictions quant à l’utilisation des animaux sauvages dans les cirques parmi lesquels 13 Etats l’ont complètement interdit (Autriche, Belgique, Bulgarie, Croatie, Chypre, Grèce, Irlande, Italie, Lettonie, Malte, Pays-Bas, Roumanie, Slovénie).
 

Les médias parlent de notre partenariat :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/haute-vienne/fondation-brigitte-bardot-visite-maison-retraite-elephants-1425485.html

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/la-fondation-brigitte-bardot-donne-350-000-euros-a-l-association-limousine-elephant-haven-1518804354

imprimer

Partager

Protection animale : Brigitte Bardot à Nicolas Hulot « des promesses, toujours des promesses »

Lettre ouverte de Brigitte Bardot à Nicolas Hulot

Retrouverez ci-dessous le texte intégral de la lettre ouverte que Brigitte Bardot vient d’adresser à Nicolas Hulot.
 

Monsieur Hulot,
 

Les harcèlements dont vous faites l’objet ne sont certainement pas destinés à la protection des animaux, dont vous semblez avoir oublié l’existence, trop occupé que vous êtes à courtiser Monsieur Macron et ses chasseurs alors que la France vous paye, non pas pour prendre des vacances, Monsieur Hulot, mais pour assumer le poste important que vous occupez au gouvernement.
 

Qu’est devenue la table ronde prévue début janvier qui devait discuter de tous les graves et urgents problèmes concernant les animaux ?
 

 

Des promesses toujours des promesses, de la mollesse toujours de la mollesse, vous nous décevez grave, qu’avez-vous fait de vos attributs qui pourtant défrayent la chronique, Monsieur le Ministre ?
 

Brigitte Bardot

Présidente

 

Version téléchargeable de la "Lettre Ouverte de Brigitte Bardot à Nicolas Hulot (PDF)"

imprimer

Partager

Animaux en souffrance : sauvetage FBB en Mayenne

Une nouvelle fois la détresse humaine a entraîné la détresse animale. Mercredi 14 février la Fondation intervenait à Averton (53) pour sauver une véritable arche de Noé.

Mise à jour du 15 février 2018 :
Au final, la Fondation a recueilli une véritable arche de Noé : 5 équidés (3 poneys Shetland, 1 cheval et 1 âne), une trentaine de palmipèdes (poules, oies, canards de barbaries et col verts), 1 chat, qui se repose dans notre infirmerie, lui qui fut retrouvé dans un pseudo-poulailler, 8 moutons, parmi lesquels 3 de race Ouessant, 4 chèvres, 3 lapins nains et 4 tourterelles.

Nos canards ont déjà pris possession de la fameuse Mare de la Mare-Auzou et le reste de nos nouveaux protégés reprennent des forces dans un environnement enfin adapté à leurs besoins.


Mercredi 14 février 2018 au matin, nos équipes ont bravé le froid et la neige pour venir au secours d’animaux en grande détresse.
Manque de fourrage, d’eau ou d’abris ou bien vivants dans des conditions loin de répondre à tous leurs besoins, c’est au final plus d’une cinquantaine d’animaux que nous avons pris en charge et qui vont rejoindre nos structures où ils recevront tous les soins adéquats.



Les médias parlent de notre intervention :
http://www.lecourrierdelamayenne.fr/actualite-24559-maltraitance-animale-une-intervention-a-averton.html

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/laval-53000/amaigris-les-equides-ont-ete-sauves-par-la-fondation-bardot-5565037

https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/mayenne/laval/mayenne-fondation-bardot-sauve-cinquantaine-animaux-1423825.html

https://actu.fr/pays-de-la-loire/averton_53013/maltraitance-animale-plus-50-animaux-sauves-averton-mayenne-pres-villaines-juhel-par-fondation-brigitte-bardot_15528993.html

https://www.francebleu.fr/infos/societe/le-sauvetage-d-une-cinquantaine-d-animaux-par-la-fondation-brigitte-bardot-a-averton-1518628250

http://www.varmatin.com/vie-locale/la-fondation-brigitte-bardot-et-le-refuge-equin-de-terre-plaine-recueillent-18-poneys-et-1-cheval-dans-le-var-208147

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/la-fondation-bardot-au-secours-de-70-animaux-5570338

imprimer

Partager

Sauvetage de Poneys dans le Var

Début février, un commissaire-priseur sollicite l’aide de la Fondation pour la prise en charge de plusieurs poneys chez un éleveur en cessation de paiements suite à de grosses difficultés familiales et financières.

L’élevage situé à Nans-les-Pins (Var) est placé en redressement judiciaire et le commissaire-priseur requière l’aide des associations de protection animale car aucun équidé n’a été vendu lors de la dernière vente aux enchères.

 

Tous les équidés sont en bon état d’entretien mais certains ne sont plus à jour des vaccins. Ils sont tous identifiés correctement.

 

Dans ce contexte particulier, la Fondation va prendre en charge 6 poneys âgés de 19 à 29 ans et un cheval âgé de 16 ans. Une autre association se chargera des animaux plus jeunes, ceux âgés de 4 à 13 ans afin de les proposer à l’adoption.


Les médias parlent de notre intervention :

http://www.varmatin.com/vie-locale/deux-associations-recueillent-dix-neuf-equides-a-nans-208147

imprimer

Partager

Coupe du Monde de Football en Russie : Brigitte Bardot interpelle Vladimir Poutine

Retrouverez, ci-dessous la version française de la lettre ouverte que Brigitte Bardot a adressée au président Russe Vladimir Poutine.
 

Monsieur le Président,

L’adoption d’une loi condamnant plus fermement les actes de cruauté envers les animaux a suscité l’espoir d’un changement de la condition animale en Russie… Malheureusement, il reste beaucoup à faire et je tiens à vous interpeler aujourd’hui sur deux situations particulièrement effroyables.

D’ici quelques mois, la Russie accueillera la 21e édition de la coupe du monde de football. A l’aube de cet événement sportif majeur, les yeux de la communauté internationale sont tournés vers vous et elle constate avec stupeur qu’un massacre de chiens et de chats a lieu dans de nombreuses villes russes. En acceptant cette tuerie de masse, vous favorisez la barbarie !

Je vous supplie d’arrêter immédiatement ce carnage immonde au profit de campagnes de stérilisation à grande échelle, bien plus efficaces, moins coûteuses et humaines.

Mais les souffrances animales ne s’arrêtent pas là. Chaque jour, en Russie, des ours, des chiens viverrins, des renards et des blaireaux sont mutilés dans de nombreux camps d'entraînement.
 

Ces animaux sont muselés et laissés sans défense pour entraîner les chiens de chasse. Maintenus à l'étroit dans de minuscules cages, ils ne sont sortis que pour être mordus et mis en pièces par ces chiens dressés. Toutes les pétitions et les efforts pour sauver ces animaux ont été vains, puisque l’entraînement des chiens de chasse avec des animaux sauvages est encore légal en Russie.

Cette souffrance, cette douleur, les blessures physiques et mentales subies par ces animaux continueront tant que la Russie ne mettra pas en application la loi que vous avez récemment passée.

Je maintiens ma confiance en vous, sachant que vous aurez la bonne initiative pour abolir ces horreurs.
 

Une fois de plus, je compte infiniment sur vous et vous transmets, Monsieur le Président, mes sentiments confiants.

Brigitte Bardot

Présidente

imprimer

Partager

Pages