Fondation Brigitte Bardot
En 2010, les 83 globicéphales tués dans cette baie ont été conduits à Kvivik pour être découpés, la plage ne pouvant contenir tous les cadavres
En 2010, les 83 globicéphales tués dans cette baie ont été conduits à Kvivik pour être découpés, la plage ne pouvant contenir tous les cadavres
Conférence de presse avec Pamela Anderson
Conférence de presse avec Pamela Anderson

2014 : Dauphins massacrés aux Iles Feroé

j'y étais, les militants ont fait tout leur possible

Fin août, 14 militants de Sea Shepherd ont été arrêtés au large des Îles Féroé, alors qu'ils essayaient d'empêcher un "grind" – une pêche traditionnelle qui consiste à rabattre des dauphins globicéphales sur une berge à l'aide de bateaux, et à les tuer une fois le bord rallié. La fondation Brigitte Bardot, partenaire de l'opération, était sur place.

Mi-juin 2014, les équipes de Sea Shepherd arrivent aux îles Féroé pour mener la plus ambitieuse mission de l'organisation : faire venir durant les trois mois d'été (période la plus propice aux massacres) près de 500 volontaires qui devront se relayer, à terre et en mer, afin de repérer les cétacés, avant les pêcheurs féringiens, pour les éloigner des côtes meurtrières.
Comme en 2010, la Fondation Brigitte Bardot est partenaire de l'opération. Elle finance l'affrètement du navire ambassadeur "le Columbus" et en tant que porte-parole de la FBB, je participe de nouveau à la mission auprès des volontaires Sea Shepherd.

1er grind* empêché par les activistes !

Le 30 juillet, en pleine tempête, les militants Sea Shepherd repèrent un groupe de globicéphales au nord de l'archipel. À cette période, de nombreux jeunes sont présents et certaines femelles sont gestantes, lorsque la mer se déchaîne les fjords peuvent être un refuge pour la nuit. Mais aux Féroé, les cétacés qui s'aventurent dans l'une des nombreuses baies n'y trouvent aucune sécurité, bien au contraire ils y sont pris au piège. Il faut faire vite car les pêcheurs ont, eux-aussi, leurs observateurs et ils savent où se trouvent les globis.
La mer est impraticable, le massacre est prévu pour la matinée suivante, les dauphins seront rabattus vers l'une des baies de chasse... Il reste une nuit pour agir, le "Thor" (l'un des quatre bateaux légers de la flotte Sea Shepherd dédiés à la mission) se rend dans le fjord, vite rejoint par le "Mike Galesi", avec pour objectif de repousser les cétacés vers la haute mer où ils seront moins en danger.
Dans cette région, le vent est violent, la pluie glaciale est aveuglante, la mer peut projeter n'importe quelle embarcation vers le fond, avec des vagues et des creux dépassant parfois les 10 mètres. Les pêcheurs savent qu'ils ne peuvent partir en mer, les militants connaissent eux-aussi les risques, mais s'il n'y a pas d'intervention cette nuit, les dauphins seront tués au matin sans doute possible. Alors, malgré le danger et la fatigue, la course contre la montre durera toute la nuit jusqu'à la "libération" du groupe, très loin des côtes meurtrières...

Le Brigitte Bardot entre en scène

Parmi la flotte placée sous la direction de Sea Shepherd France, le trimaran "Brigitte Bardot" fait une entrée remarquée, mi-août, aux Féroé en rejoignant les 5 autres bateaux déjà présents quelques jours avant l'arrivée de l'ultra rapide "Spitfire"...Durant l’été 2014, le Jolly Roger (pavillon pirate) aura été visible partout aux îles Féroé, en mer mais aussi à terre avec de nombreux véhicules et activistes arborant l’emblème Sea Shepherd.
Dans leur action, les militants ont reçu le soutien de nombreuses personnalités, certaines ayant même fait le déplacement jusqu’aux Féroé…

Le soutien des personnalités

Mi-juillet, les navigateurs Florence Arthaud et Eugène Riguidel rejoignent leur ami Jean-Yves Terlain, commandant du Columbus, à Suðuroy, l’île la plus au sud des Féroé (c’est dans cette île qu’un second grind sera évité, de peu, le 12 août).
L’actrice Pamela Anderson accompagnera les activistes sur différents sites d’observation et tiendra une conférence de presse face à des journalistes particulièrement hostiles… Le 5 août, la danseuse Sylvie Guillem et son mari le photographe Gilles Tapie arrivent à leur tour aux Féroé pour soutenir les militants de Sea Shepherd.

14 arrestations

Le 30 août en fin de journée, c’est le choc ! Un groupe de globicéphales est encerclé par des bateaux féringiens, les cétacés sont dirigés vers la baie meurtrière de Sandur sur l’île de Sandoy. Cette île, au centre de l’archipel, n’est pas la plus accessible pour les équipes de Sea Shepherd. Pourtant, il faudra seulement quelques minutes aux volontaires pour rejoindre la plage en tentant, dans un geste désespéré, de protéger les dauphins…
Le rapport de force est inégal, lorsque les trois bateaux rapides interviennent, ils sont immédiatement pris en chasse par les forces de l’ordre chargées d’empêcher toute interposition. Quatorze activistes sont arrêtés, parmi lesquels huit Français, ils passeront la nuit en prison avant de pouvoir rencontrer un avocat, les bateaux eux seront saisis jusqu’au procès prévu le 25 septembre.
Durant cette action, et malgré l’incroyable courage des activistes, 33 globicéphales ont été tués.

Objectif presque atteint…

Mieux que des mots, les chiffres parlent d'eux-mêmes. En 2013, alors qu'aucune force d'opposition n'était présente aux Féroé, 1306 cétacés ont été tués durant les mois de juillet, août et septembre... En 2014, grâce à la mobilisation des volontaires présents dans l'archipel, 33 victimes sont à déplorer et plusieurs massacres ont été évités. Preuve en est une nouvelle fois que l’action donne bien plus de résultats pour les animaux que d’hypothétiques négociations…

* Chaque année, plusieurs centaines de cétacés (1534 en 2013) sont massacrés aux îles Féroé, cette pratique s'appelle le "grind". Repérés au large, les dauphins sont encerclés par des bateaux de pêche puis dirigés vers l'une des 23 baies où l'abattage est autorisé. À l'aide de crochets introduits dans l'évent, reliés à une corde, les victimes sont tirées jusqu'à la plage où elles sont achevées au couteau.

imprimer

Partager

Photo Xavier Dauvin/FBB
Photo Xavier Dauvin/FBB
Photo Xavier Dauvin/FBB
Photo Xavier Dauvin/FBB
Photo Xavier Dauvin/FBB
Photo Xavier Dauvin/FBB
Des Vélos-taxis habillés aux couleurs de la Fondation et de Sea Shepherd sillonnent la capitale pour annoncer la présence du Brigitte Bardot sur la Seine
Des Vélos-taxis habillés aux couleurs de la Fondation et de Sea Shepherd sillonnent la capitale pour annoncer la présence du Brigitte Bardot sur la Seine

Le Brigitte Bardot pour la première fois à Paris !

Entre deux missions, le Brigitte Bardot, trimaran rapide de la flotte Sea Shepherd cofinancé par la Fondation, a fait escale pour la première fois à Paris.

De retour d’une campagne antibraconnage en Méditerranée et après avoir mené une mission, durant l'été 2014, aux îles Féroé pour protéger les dauphins victimes du plus grand massacre de mammifères marins
en Europe (opération GrindStop), le Brigitte Bardot est à Paris en janvier et février pour sensibiliser le public sur la nécessité de protéger les océans.

Amarré en plein coeur de Paris, entre le Pont de l' Alma et le Pont des Invalides, le bateau était ouvert aux visites les mercredi, samedi et dimanche.

La Fondation Brigitte Bardot a pu souhaiter la bienvenue à l'équipage du trimaran The MV Brigitte Bardot durant son escale parisienne. Outre la longue amitié qui unit Brigitte Bardot au Captain Paul Watson, dès 1977 sur la banquise canadienne, le trimaran porte le nom de notre Présidente pour marquer la coopération établit entre nos deux organisations (notamment pour l'achat de ce "TGV des mers" sur base 50/50).

Regarder ici le reportage de Télématin réalisé à l'occasion de la venue du Brigitte Bardot à Paris en 2015

Chasse aux massacreurs sur toutes les mers

L’objectif de ce navire unique : combattre les braconniers sur toutes les mers du globe.  Aussitôt après son baptême aux  chantiers navals de La Ciotat, le 25 mai 2011, le trimaran furtif se rend dans les eaux libyennes pour s’opposer à la pêche illégale au thon rouge et libérer les poissons pris au piège de filets clandestins.
Ensuite, il part en mission aux îles Féroé pour lutter contre les massacres de globicéphales puis en Antarctique pour défendre les baleines… Fin décembre 2011, alors que le Brigitte Bardot était en train de poursuivre le Nisshin Maru (baleinier japonais), une vague de six mètres s’écrase sur le pont et fissure la proue. Le capitaine Paul Watson, à bord du navire amiral le Steve Irwin, porte immédiatement assistance au bateau endommagé. L’équipage et le navire sont sauvés. Ce dernier sera réparé en Australie avant de reprendre ses chasses aux massacreurs des mers !

Plus d'informations : Sea Shepherd France - Officiel

imprimer

Partager

Centres de soins pour la faune sauvage : Indispensables !

Chaque année, la Fondation Brigitte Bardot apporte son soutien aux centres de soins pour la faune sauvage en France

En 2013, la Fondation Brigitte Bardot a alloué un budget en faveur de 14 centres de soins en France.  Ces centres de soins accueillent, soignent et relâchent des animaux sauvages blessés. Cette aide est destinée aux frais vétérinaires ou à la nourriture mais également à certains aménagements nécessaires à la bonne prise en charge des animaux ; il s’agit principalement de volières.


 

imprimer

Partager

Charb contre la chasse
Charb contre la chasse
Tignous contre la corrida
Tignous contre la corrida
Cabu contre la corrida
Cabu contre la corrida
Charb contre la chasse et la fourrure
Charb contre la chasse et la fourrure
Wolinski contre l'expérimentation
Wolinski contre l'expérimentation
Charb contre la corrida
Charb contre la corrida
Cabu contre la fourrure
Cabu contre la fourrure
Tignous pour la sauvegarde des pandas
Tignous pour la sauvegarde des pandas

Les animaux aussi sont Charlie !

La Fondation Brigitte Bardot rend hommage aux dessinateurs de Charlie Hebdo assasinés le 7 janvier 2015.

Parce qu'ils incarnaient de part leurs dessins la liberté d'expression si chère à la démocratie, ils ont payé de leur vie leurs traits d'humour au cours d'un massacre sans nom au sein même de leur rédaction.

Charb, Tignous, Wolinski et Cabu étaient de fervents defenseurs de la cause animale. Ce dernier venait d'offir un dessin à L214. Voici en hommage à leur talent quelques uns de leurs dessins.

Luce Lapin, journaliste en charge des animaux à Charlie Hebdo, qui relait frequemment les informations de la Fondation, fait partie des réscapés de cette tuerie, la Fondation est de tout coeur avec elle.

La Fondation s'associe également à la douleur des familles de toutes les victimes de cet attentat.

imprimer

Partager

Happening devant le Salon de L'Agriculture. photo Loan Ego
Happening devant le Salon de L'Agriculture. photo Loan Ego
Happening devant le Salon de L'Agriculture. photo Loan Ego
Happening devant le Salon de L'Agriculture. photo Loan Ego
Photo L214
Photo L214
Happening devant le Salon de L'Agriculture. photo Michel Pourny
Happening devant le Salon de L'Agriculture. photo Michel Pourny
Happening devant le Salon de L'Agriculture. photo Michel Pourny
Happening devant le Salon de L'Agriculture. photo Michel Pourny
Photo L214
Photo L214
Happening devant le Salon de L'Agriculture. photo Michel Pourny
Happening devant le Salon de L'Agriculture. photo Michel Pourny
Photo L214
Photo L214
Happening devant le Salon de L'Agriculture. photo Michel Pourny
Happening devant le Salon de L'Agriculture. photo Michel Pourny

Nouveaux projets d'élevages intensifs...

La Fondation Brigitte Bardot interpelle le ministre de l'Agriculture !

3000 porcs en bâtiment à Loueuse (Oise), ferme/usine de 1400 veaux dans la Creuse, 250.000 poules pondeuses à Beauval (Somme), 350.000 autres dans les Deux-Sèvres... Où nous mènera cette course folle vers une agriculture toujours plus productiviste ?

Le samedi 21 février 2015 à 14h , pour l’inauguration du Salon International de l’Agriculture et à l’appel de la Fondation Brigitte Bardot, de nombreux militants et organisations se sont mobilisés pour dénoncer la multiplication des "fermes/usines" et informer les visiteurs sur la condition des animaux dans les élevages.

Lire ici l'article de Paris Match et ici celui du Courrier Picard

Le 6 janvier 2015, la Fondation Brigitte Bardot interpelle Stéphane Le Foll sur la politique agricole menée par le gouvernement... Notre lettre au ministre :

Salon de l'Agriculture

Le salon international de l’Agriculture, "vitrine" marketing, loin de montrer ce qu’est aujourd’hui l’élevage en France, participe à la désinformation du public et à la tromperie du consommateur.

Durant ces journées de propagande, les organisations de défense des animaux sont bannies du salon dès lors qu’elles refusent de se plier au diktat imposé par les organisateurs. Impossible de montrer les conditions réelles d’élevage, le gavage, les mutilations et toutes les horreurs quotidiennes encouragées par la politique agricole de notre pays.

Le gouvernement encourage l'élevage intensif

A ce titre, nous condamnons la simplification des autorisations pour les élevages porcins de moins de 2000 bêtes, dispensés depuis janvier 2014 de toute enquête publique et soumis à un simple "enregistrement" pour tout agrandissement ou création.

Si la FNSEA soutient cette mesure aberrante qui encourage une production toujours plus intensive, polluante, dramatique, votre fonction ministérielle devrait vous amener à prendre de la distance vis-à-vis des lobbies de l’industrie qui n’ont une vision qu’à très court terme…

3000 porcs en bâtiment dans l'Oise

Vous représentez TOUS les Français, y compris ceux directement concernés par la création d’élevages intensifs ou leur agrandissement. Ils sont très préoccupés, souvent même hostiles comme nous le constatons actuellement à Loueuse (Oise) où une SCEA souhaite multiplier l’effectif de son élevage pour le porter à plus de 3000 porcs en bâtiment !

L’élevage porcin est probablement celui qui entraîne le plus de souffrances animales (mutilations des porcelets, enfermement dans un environnement inadapté…) et de très graves pollutions. Il est impensable d’autoriser l’extension de cet élevage intensif à Loueuse, proche de zones Natura 2000 et zones d’intérêt écologique, faunistique et floristique.

La Fondation Brigitte Bardot sollicite votre intervention sur ce dossier, vos services doivent s’opposer à ces élevages qui ne respectent ni les espèces, ni les milieux.

1400 veaux dans la Creuse

Après la ferme/usine des 1000 vaches qui s’est ouverte dans la Somme, portée par des industriels et non des éleveurs, un autre projet est sur le point d’aboutir, celui de la ferme/usine des 1400 veaux dans la Creuse.

Ces jeunes animaux, retirés à leur mère peu après leur naissance, seront maintenus en bâtiment, sans accès extérieur, avant d’être envoyés à l’abattoir et égorgés à vif, semble-t-il, (sans étourdissement préalable) pour couvrir le marché halal.

Détenir des ruminants sur sol bétonné est non seulement scandaleux, c’est aussi contre-nature et cela ne répond nullement aux "impératifs biologiques" de l’espèce qui doivent être respectés en application de l’article L214-1 du code rural. La Fondation Brigitte Bardot participera, le 31 janvier, au rassemblement d’opposition à cet élevage contraire aux valeurs que vous revendiquez… votre place devrait d’ailleurs être à nos côtés pour vous y opposer.

Monsieur le Ministre, ce choix d’une agriculture productiviste est suicidaire, tant pour les bêtes condamnées à "vivre" dans des conditions indignes, entassées par milliers dans des hangars, que pour les hommes devenus gestionnaires d’exploitation et non plus paysans…

250.000 poules dans la Somme... 350.000 dans les Deux-Sèvres

Autre exemple, à Beauval dans la Somme, ce poulailler géant qui emprisonnera, dans deux bâtiments et sans accès extérieur, 250 000 poules… Idem à Missé, dans les Deux-Sèvres, où la Préfecture a déjà donné son accord pour tripler la capacité d’un autre élevage qui passerait de 100 000 volailles à plus de 350 000 !

La France est dans un marché concurrentiel mondial, nous en sommes conscients, mais le choix d’une agriculture concentrationnaire n’est pas une fatalité. Les éleveurs français auraient tout à gagner (une majorité le souhaite) à développer une production de qualité, respectueuse des hommes, des animaux et des milieux plutôt que reproduire ce qui se fait de pire ailleurs.

D’ailleurs, producteurs et consommateurs peuvent/doivent se rejoindre dans une démarche "qualité"… c’est ce que devrait encourager le gouvernement !

Ministre de la protection animale ?

Le projet de loi "biodiversité" offre l’opportunité de prendre des mesures phares… Monsieur le Ministre, avant l’ouverture du sacro-saint salon de l’Agriculture où la condition animale n’a pas droit de cité, nous souhaiterions vous rencontrer afin de vous présenter nos attentes car vous n’êtes pas seulement le ministre des éleveurs et des pêcheurs, vous êtes aussi le ministre de la protection animale et ministre de tutelle de notre Fondation."

Salon de l'Agriculture 2015

La Fondation s'invite au débat sur les fermes usines

imprimer

Partager

Manifestation Anti Fourrure à Cannes

Manifestation Anti Fourrure à Cannes le 24 janvier 2015 de 14h à 17h.

DÉPART DE LA GARE DE CANNES, avec tractages, signatures de pétitions, et défilé à travers les rues de Cannes

Un stand sera installé afin d'informer, distribuer des tracts , vendre des autocollants et recueillir des signatures pour les pétitions contre la fourrure.

Évenement Facebook ICI
 

imprimer

Partager

Journée Sans Fourrure le 10 janvier 2015

La Fondation Brigitte Bardot soutient la « Journée Sans Fourrure » organisée dans plusieurs grandes villes de France le 10 janvier 2015.

La « Journée Sans Fourrure » est une journée d’action annuelle, qui tombe le premier samedi des soldes d’hiver, jour où les ventes de prêt-à-porter atteignent leur maximum.

Lancée en 2007 par Fourrure Torture, cette journée est une occasion de montrer l’opposition grandissante face à ce commerce basé sur l’exploitation des animaux à fourrure. De nombreux groupes et militants locaux tiennent des stands d’information et organisent des manifestations, afin d’alerter le public sur les dessous sordides de la production de fourrure.

Toutes les informations utiles ICI

Événement Facebook pour Lyon ICI

 

imprimer

Partager

Happenings contre la recherche animale à Paris, Reims et Caen

Halte à la recherche animale !

La Fondation Brigitte Bardot soutient les Happenings STOP aux animaux dans les labos organisés par le collectif International Campaigns qui auront lieu à Paris le 25 avril, Reims le 23 mai et Caen le 30 mai.

Paris

Paris, samedi 25 avril 2015, Place de l’Hôtel-de-Ville – 14h à 17h

Le collectif International Campaigns Ile-de-France organise toujours en soutien à l’ICE Stop Vivisection un nouveau happening géant contre l’expérimentation animale, des pratiques toujours cruelles envers les animaux et contreproductives pour la santé humaine.

DRESS CODE à respecter impérativement : être habillé en NOIR de la tête aux pieds notamment pour donner un caractère encore plus citoyen à ces protestations.

Toutes les infos ICI

Reims

Reims – Place de la Cathédrale – Samedi 23 mai 2015 – 14h à 17h

International Campaigns Nord organise un nouveau happening d’envergure en région, cette fois-ci à REIMS, une capitale régionale de l’expérimentation animale.

Toutes les infos ICI

Caen

Caen – Place du Théâtre – Samedi 30 mai 2015 – 14h à 17h

International Campaigns Normandie organise un nouveau happening d’envergure en région, cette fois-ci à CAEN, une capitale régionale de l’expérimentation animale.

Toutes les infos ICI

 

L'agenda complet des actions organisées par International Campaigns ICI

imprimer

Partager

Campagne choc contre le foie gras

Le 23 décembre 2014 La Fondation lançait une campagne « choc » contre le foie gras sur Radio Classique, France Bleu, France Info…que vous pouvez l'écouter en bas à droite de cette page. Le 24 décembre cette campagne était retirée des ondes

Voici le texte du spot :

« Elle – « cette fois je fais les choses en grand… »

Lui – « ma chérie, c’est pas vrai… tu achètes du foie gras ??? »

Elle – « non, je vais le faire moi-même : 80 millions de canetons naissent chaque année pour en produire.

Je vais m’en procurer, gaver les mâles, broyer les femelles, comme le font les industriels.

Lui – « et alors ?.. »

Elle – « alors ?  une fois malade, leur foie sera d’un volume 10 fois plus gros que la normale.

Mais quand on aime, on ne compte pas ! Tu vas te régaler ! »

Voix off - Le foie gras, ce n’est pas du plaisir, c’ est de la souffrance. Ne mangeons plus la maladie.

C’était un message de la Fondation Brigitte Bardot.

Plus d’informations sur fondationbrigittebardot.fr »

29 décembre 2014  : Le spot informatif de la Fondation est retiré des antennes radio

Alors que les filières viandes/produits laitiers matraquent les Français à longueur d’année, via des financements publics, de publicités trompeuses pour ne pas dire mensongères, le spot informatif* de la Fondation Brigitte Bardot sur la production de foie gras a été retiré des antennes radio du service public sous la pression de la filière foie gras.

Pourtant, les consommateurs ont le droit de savoir que la production de foie gras entraîne le broyage de millions de canetons femelles et la souffrance des mâles gavés avec force au point de rendre leur foie difforme et malade. Oui, le foie gras est bien le produit d’une maladie, la stéatose hépatique, la production française n’est pas « artisanale » mais industrielle, en batteries de cages… interdites, depuis 2011, partout ailleurs en Europe !

Pour Christophe Marie, Porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot :

« C’est doublement scandaleux, d’abord les conditions de gavage, puis cette censure qui s’abat systématiquement lorsqu’on dénonce l’exploitation animale. On ne doit pas rester insensible face à la barbarie, il faut dénoncer et abolir. Le foie gras c’est de l’élevage intensif, une production cruelle qui fait honte à la France, la Fondation Brigitte Bardot poursuivra son action afin de dissuader les consommateurs d’acheter de la torture en boîte. »

imprimer

Partager

Delphinarium = Prison Photo Gaiä
Delphinarium = Prison Photo Gaiä
Planète Sauvage vend des macaques à un laboratoire
Planète Sauvage vend des macaques à un laboratoire
Le zoo de Fréjus confie des animaux à un cirque
Le zoo de Fréjus confie des animaux à un cirque
Sauvetage hippopotame Tonga. Du cirque Zavatta à la liberté...
Sauvetage hippopotame Tonga. Du cirque Zavatta à la liberté...

Vente d'animaux aux cirques, labos... la face cachée des zoos !

Ségolène Royal interpellée par la Fondation Brigitte Bardot

Planète Sauvage vend des macaques à un laboratoire, le zoo de Fréjus confie des animaux à un cirque, le zoo d'Amnéville se lance dans le cirque et envisage de créer un delphinarium... Nous devons refuser ces dérives scandaleuses !

La Fondation Brigitte Bardot condamne depuis toujours l'expérimentation animale, le trafic des espèces sauvages, la captivité des animaux dans les cirques, delphinariums et zoos...

Un article récemment publié dans Reporterre révèle que certains laboratoires d'expérimentation se fournissent dans des zoos français. L'enquête porte notamment sur des macaques rhésus, fournis par le zoo Planète Sauvage de Port-Saint-Père (44), expérimentés par le laboratoire allemand Max-Planck dont les recherches portent sur les connexions des systèmes neurologiques, notamment via la trépanation de primates (non humains).

L'appel à Ségolène Royal

Le 17 décembre 2014, la Fondation Brigitte Bardot interpelle la ministre de l'Ecologie pour dénoncer une situation scandaleuse et l'immobilisme des autorités françaises (lettre intégrale PDF colonne de droite), extrait de la lettre en trois points :

Planète Sauvage (44)

"Ce zoo a déjà une triste réputation depuis l’ouverture d’un bassin prison où des dauphins sont condamnés à une misérable vie d’esclave, mais nous n’imaginions pas que cette structure alimentait les laboratoires d’expérimentation… Il y a un vrai problème avec les parcs zoologiques en France.

Zoo de Fréjus (83)

Il y a quelques jours je me suis rendu au zoo de Fréjus où les conditions de détention des animaux sont scandaleuses, particulièrement celles de l’éléphante détenue dans un espace ridicule, incompatible avec "les impératifs biologiques de son espèce" comme l’impose le code rural. Pauvre bête au comportement stéréotypé, rendue folle dans cet enclos carcéral.

Il y a quelques années, la Fondation Brigitte Bardot a saisi un hippopotame détenu, sans autorisation, par le cirque Zavatta dans des conditions ignobles. Cet animal provenait, déjà, du zoo de Fréjus… On se rend bien compte, par ces deux exemples, que le suivi des animaux provenant des parcs zoologiques n’est absolument pas assuré.

Pour l’hippopotame, notre Fondation l’a pris en charge et l’a transféré en Afrique du Sud, dans une réserve protégée, où il vit désormais dans des conditions optimales… mais qu’en est-il de tous les autres animaux victimes de ces réseaux frauduleux ?"

Zoo d'Amnéville (57)

En restant sur ce seul point de la captivité des animaux sauvages (il y a bien d’autres sujets aussi importants), les nouveaux projets du zoo d’Amnéville sont très préoccupants :

-       Le Tiger World, dont l’objectif est de "réhabiliter le cirque traditionnel¹",

-       La création d’un delphinarium pour emprisonner de nouveaux dauphins…

Le directeur du zoo d’Amnéville revendique "le fait d’être l’héritier des grands dresseurs de cirque¹", il n’a même plus à justifier ou couvrir son activité par un pseudo-alibi d’intérêt éducatif et scientifique, le laxisme ambiant autorisant les exploitants d’animaux à faire tout et n’importe quoi, en toute impunité…"

 

¹ Interview de Michel Louis, directeur du zoo d’Amnéville, au Républicain Lorrain

imprimer

Partager

Pages