Fondation Brigitte Bardot

Loup : Reportage sur France 2, écrivez au médiateur !

La chaîne de télévision France 2 a diffusé samedi 6 septembre dernier un reportage intitulé « les ravages du loup ». Les associations de CAP Loup ont écrit à la chaîne pour lui faire part de leur indignation face à teneur de ce reportage très mal informé et très partisan contre la protection du loup.

Nous vous invitons à écrire de même au médiateur de France 2 : demandez un meilleur traitement de l’information sur le dossier loup ! Ecrivez en utilisant vos mots. Vous pouvez vous inspirer du courrier envoyé par CAP Loup. Merci à tous

Le courrier de CAP Loup à France 2 le 10 septembre 2014

Monsieur,

Votre chaine a diffusé le samedi 6 septembre dernier, dans le journal de 20 heures, un reportage intitulé « Les ravages du loup ». Nos associations ont été interpellées par la teneur de ce reportage. En effet, le sujet a été traité de façon extrêmement partisane et parcellaire, sans rendre compte de la réalité du dossier. Le titre lui-même est d’emblée à charge. Vous évoquez 5 000 ovins tués possiblement par le loup en un an en France, mais ce nombre ne signifie pas grand-chose s’il n’est pas mis en perspective avec les 500 000 ovins tués dans le même temps par d’autres causes : maladies, accidents, pertes… Vous présentez le loup uniquement comme un problème, en oubliant de rappeler le rôle essentiel que joue cette espèce comme prédateur naturel dans les écosystèmes, en particulier dans les zones de montagne. Le loup, rappelons-le, se nourrit principalement d’ongulés sauvages. Vous évoquez les difficultés que peuvent rencontrer les éleveurs en présence du loup dans le Parc national du Mercantour, mais vous oubliez de rappeler que la vocation première d’un parc national est la protection de la nature. Or ce parc national accueille chaque année plus de 140 000 ovins, de façon souvent néfaste pour la biodiversité elle-même. Vous présentez votre sujet dit « Grand angle » par un tout petit angle sensationnaliste, sans jamais aborder les questions de fond liées aux vrais problèmes de la filière ovine : problèmes économiques, structuraux, peut-être moins attrayants à vos yeux, mais plus significatifs pour la compréhension du dossier « loup ». Vous faites intervenir longuement des éleveurs, des bergers, des chasseurs, mais vous ne donnez pas la parole aux scientifiques qui étudient le loup, ni aux associations de protection de la nature qui connaissent parfaitement le terrain et le dossier. C’est pourquoi, en réponse à ce reportage, nous vous demandons de pouvoir intervenir sur votre antenne à l’occasion d’un prochain sujet sur le loup diffusé à une heure de grande écoute, afin que nos concitoyens puissent bénéficier d’une vision plus large et mieux informée de ce dossier. Les associations de CAP Loup se tiennent à votre disposition. Dans l’attente, veuillez agréer, Monsieur, l’expression de nos salutations distinguées. Les associations de CAP Loup

Téléchargez ICI le courrier de CAP Loup du 10 septembre 2014 à France 2

Visionnez ICI le reportage du 6 septembre 2014 (à partir de 23 minutes 45 secondes)

A l’attention du médiateur de l’information
France 2
7 esplanade Henri de France
75907 Paris cedex 15

imprimer

Partager

Photos Michel Pourny
Photos Michel Pourny

Grand rassemblement unitaire pour les lévriers Galgos

La Fondation Brigitte Bardot soutient le grand rassemblement unitaire pour les lévriers organisé par Galgos Ethique Europe, le 23 avril 2016

A l'initative de Galgos Ethique Europe et du collectif européen pour la protection des Lévriers, un grand rassemblement unitaire pour les Lévriers aura lieu le 23 avril place du Trocadéro contre les atrocités commises sur les galgos et les podencos espagnols.
Au programme, compte rendu de la situation en Espagne,signatures de pétition, vente caritative au profit des galgos et podencos, etc.

Toutes les informations sur la page Facebook ICI

Lire aussi  : Galgos: l'appel de Brigitte Bardot à L'Espagne

 

Trocadéro

le 11 octobre 2014

imprimer

Partager

Diffusion du film "Des décennies de combat" le 28 septembre 2014

Le film réalisé par Allain Bougrain Dubourg diffusé à l'occasion des 80 ans de Brigitte Bardot

Dimanche 28 septembre  2014 à 20h35, la chaîne ANIMAUX (groupe AB) diffuse le documentaire Des décennies de combat consacré aux actions menées par Brigitte Bardot et sa Fondation en France et dans plus de 60 pays.

Le DVD est disponible sur le site de la Fondation : ICI

imprimer

Partager

Marche Internationale pour les animaux sauvages

Chaque année, le braconnage tue 35 000 éléphants et plus de 1 000 rhinocéros. La Fondation Brigitte Bardot soutient la Marche Mondiale pour les éléphants , les rhinocéros et les tigres.

Le 4 octobre 2015 aura lieu dans de nombreux pays la Marche Mondiale pour les éléphants et rhinocéros ( Global March for Elephants and Rhinos ) pour sensibiliser le public et les gouvernements à cette cause et à leur disparition programmée.

Plus de 120 villes dans le monde dont Paris participent à la "Global March for Elephants and Rhinos" (GMFER) pour dénoncer le braconnage et le commerce de l'ivoire et des cornes de rhinocéros.
Sur le site march4elephantsandrhinos.org : les objectifs et stratégies mis en place par la communauté internationale GMFER.
Page Facebook de la communauté : ICI

imprimer

Partager

Manifestation devant l'entreprise Pyrenex

Manifestation devant l'entreprise Pyrenex à Saint Severs (40) le 8 novrembre 2014.

La marque PYRENEX (originaire des Landes) produit (selon ses "propres" chiffres) entre 150 000 et 200 000 doudounes par an. Renards, Ratons-Laveurs et Chiens Viverins "ornent" d'une façon macabre et cruelle les bords de capuche !
Deux fois par an (février et novembre), Pyrenex organise une braderie géante pour liquider leur stock dans les entrepôts maison. Plus de 1500 personnes en 2013.

LES ORGANISATEURS VOUS DONNENT RDV, TRES NOMBREUX LE JOUR DE CETTE BRADERIE POUR SENSIBILISER LES ACHETEURS, QUI NE SONT PAS TOUJOURS AU COURANT DE LA REALITE...
Lieu du rassemblement : Avenue de l'Adour 40500 Saint Sever... à 10 h00

L'Événement Facebook ICI
 

imprimer

Partager

Abattage rituel : pour un étourdissement systématique des animaux.

Date de mise en ligne : 18 Février 2014

public://petition/PETITION2.jpg
Destinataire(s) de la pétition
  • Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République Française.

Si vous voulez soutenir mon combat en faveur de l’étourdissement systématique des animaux lors de l’abattage, je vous en prie, signez cette pétition  et faites-la signer autour de vous (famille, amis, voisins, collègues…).
Du fond du cœur, Merci !
Brigitte Bardot


 


Lettre ouverte adressée à François Hollande le 17 février 2014 :


 


Monsieur le Président,


Le Danemark impose, aujourd’hui même, l’étourdissement des bêtes lors d’un abattage rituel… Qu’attend donc la France pour, enfin, prendre cette mesure qui limiterait la souffrance de millions d’animaux ?


Je me suis rendue, il y a dix ans déjà, à la Mosquée de Paris pour demander le soutien des autorités musulmanes, ce soutien je l’ai obtenu !


Le Dr Dalil Boubakeur, Président du Conseil Français du Culte Musulman, a déclaré devant la presse (lors de notre entretien puis à différentes reprises) que l’étourdissement des animaux n’est pas incompatible avec la pratique du rituel.


Le ministre danois de l’Agriculture, Dan Jørgensen, est en poste depuis le 13 décembre dernier seulement, il a pris cette décision d’urgence en précisant que « les droits des animaux sont prioritaires par rapport aux droits religieux »… C’est précisément ce qu’un Etat laïque, comme la France, doit défendre !


La politique menée par les ministres français successifs a toujours été calamiteuse, en particulier le lobby exercé par Michèle Alliot-Marie qui, alors ministre de l’Intérieur, déclarait : « l’Etat doit protéger les traditions cultuelles, je pense à l’abattage rituel que rien ne doit pouvoir remettre en question, même au nom des droits reconnus à la protection animale ».


Ce discours lamentable est derrière nous, j’aimerais aujourd’hui entendre dans mon pays un ministre qui prenne position comme le fait Dan Jørgensen. Mais comme Stéphane Le Foll et Manuel Valls restent muets, je m’adresse à vous et vous supplie d’agir pour rendre illégal l’égorgement des bêtes dans une agonie insupportable, une souffrance évitable.


Inutile de perdre plus de temps, il suffit au gouvernement de reprendre à son compte la Proposition de loi de Sylvie Goy-Chavent et de s’inspirer de son travail sur la question de l’abattage rituel.


Monsieur le Président, éviter toute souffrance inutile est un devoir, une preuve d’humanisme, ces valeurs votre mouvement les défend, je le sais, nous en avons déjà parlé ensemble lors de notre entretien. Mais il faut agir, appliquer maintenant la devise du « changement » !


Je compte infiniment sur vous et espère pouvoir vous rencontrer prochainement afin de sceller un accord qui pourrait être historique pour la France qui doit rester la nation des Droits de l’Homme et devenir, aussi, celle des Droits de l’Animal !


Brigitte Bardot
Présidente


 


Objectif : 50 000
30 115
 
SIGNER LA PÉTITION
(*) champs obligatoires
Vous allez recevoir un e-mail de confirmation, pour que votre signature soit prise en compte, ouvrez-le et cliquez sur le lien.
Signez nos autres pétitions
    Confidentialité de vos données

    La Fondation Brigitte Bardot protège vos informations personnelles et ne partage jamais les données avec des tiers.

    imprimer

    Partager

    Aïd-el-Kebir 2013

    250 000 moutons égorgés à vif, sur 2 jours en France, pour le sacrifice rituel !

    En ce début octobre, la Fondation Brigitte Bardot a multiplié ses démarches pour tenter d’empêcher la mise en place d’un abattoir temporaire au centre de Belfort mais ni le maire, ni le Préfet ni même les services vétérinaires n’ont voulu entendre nos arguments.

    L’abattoir temporaire de Belfort n’est qu’un site parmi la soixantaine d’établissements agréés pour le sacrifice rituel, sur deux jours plus de 250.000 moutons sont égorgés à vif, sans étourdissement et dans la souffrance, sur le territoire français.

    Signez ici la pétition pour l’étourdissement systématique des animaux lors de l’abattage

    Intervention de la FBB sur le site de Trappes

    Mardi 15 octobre, 1er jour du sacrifice de l’Aïd-el-Kebir, la Fondation était présente sur le site de Trappes où 1100 moutons seront égorgés (contre 550 à Belfort). Pour les Musulmans, c’est jour de fête, pour les défenseurs des animaux que nous sommes, c’est l’horreur…

    Retrouver plus d’informations sur l’intervention de la FBB contre l’abattoir temporaire de Belfort ICI

    Aïd-el-Kebir 2012 : la FBB interpelle le président de l’Assemblée nationale sur un site d’abattage… Voir compte-rendu ICI

    Lire l'article de L214 et la déclaration de Tarik Ramadan.  Aïd-el-Kebir : il existe une alternative au sacrifice ICI

     

    Aïd-el-Kebir 2013

    1 100 moutons égorgés à Trappes (78)

    imprimer

    Partager

    Marc Vallaud (CCE²A) ; Jean-Paul Bonnetain (Préfet) ; Christophe Marie (FBB) ; Alison Piquet (Pro Anima).
    Marc Vallaud (CCE²A) ; Jean-Paul Bonnetain (Préfet) ; Christophe Marie (FBB) ; Alison Piquet (Pro Anima).
    Photo Michel Pourny
    Photo Michel Pourny
    Photo Michel Pourny
    Photo Michel Pourny
    Photo Michel Pourny
    Photo Michel Pourny

    Expérimentation animale : Mézilles 2012, manifestation à Auxerre

    Après Green Hill, Mézilles ?

    Cette année encore, la Fondation soutenait la Manifestation contre le CEDS ( Centre d’Elevage des Souches)

    La Fondation Brigitte Bardot soutenait le CCE²A, Collectif contre l’Expérimentation et l’Exploitation Animales lors de la troisième grande manifestation contre le CEDS/ Centre d’élevage du Domaine des Souches, situé à Mézilles dans l’Yonne (89), qui se déroulait à AUXERRE le 08 septembre 2012. Plus de mille personnes étaient présentes pour dénoncer l’existence d’un des plus grands élevages de chiens destinés à l’expérimentation animale et interpeller les décideurs sur l’urgence d’une réelle promotion des méthodes substitutives comme annoncée lors de la campagne électorale de M Le Président de la République Française, M. Hollande.

    Cette année, après l'extraordinaire exemple italien, il fallait frapper plus fort et la manifestation s'est déplacée au cœur de la Préfecture de l'Yonne afin de sensibiliser un plus large public et faire connaître aux Auxerrois la complicité, la collaboration, de l'élevage de Mézilles dans l'expérimentation et le sacrifice de milliers de chiens.

    Face à la forte mobilisation, à la légitimité des revendications portées par les opposants à la vivisection, mais aussi face à l'accueil positif de la population, le Préfet de l'Yonne a accepté d'ouvrir ses portes aux représentants de la Fondation Brigitte Bardot, du CCE²A et du Comité Scientifique Pro Anima.  Le Préfet s'est engagé à faire remonter, aux ministères concernés, nos revendications portant aussi sur le financement public de méthodes substitutives à l'expérimentation animale

    La plupart des chiens élevés à Mézilles sont « utilisés » en thérapie génique et sont de ce fait soumis à d’horribles et inutiles souffrances, alors qu’il est aujourd’hui admis par la communauté scientifique que la totalité des essais cliniques de thérapie génique ont été de lourds échecs. (cf. la Lettre de Pro Anima ). Lors de ce troisième opus, nous avons donc demandé la fermeture de ce centre qui est l’un des plus grands fournisseurs de laboratoires d’Europe.

    Voici un bref historique des démarches entreprises :


    2010:
    juin : Tentative de communication avec l’éleveur et demande d’inspection citoyenne indépendante : restées sans réponse.
    30 octobre : Manifestation à Mézilles contre le CEDS, regroupant plus de 300 personnes

    2011:
    6 septembre : Lettre de la Fondation Brigitte Bardot à l’éleveur.(voir ci-contre)
    7 septembre : Réponse de l’éleveur à la FBB, dont voici ci-dessous un extrait :« Il pourra vous être proposé dans le courant de l’année une rencontre […] en association avec des représentants du GIRCOR […]. Nous suggérerons la présence à cette réunion d’autres éleveurs et acteurs impliqués dans l’Expérimentation Animale [… ]. »
    30 septembre : Manifestation à Mézilles contre le CEDS, regroupant plus de 500 personnes.Refus catégorique de l’éleveur d’une inspection de son élevage.
    21 décembre : Courrier du CCE²A expliquant que le collectif a lui aussi des exigences quant au déroulement d’une éventuelle rencontre avec l’éleveur.

    2012 :
    9 mars :  Courrier de l’éleveur, M Carré, qui nous indique que :« L’activité du CEDS n’est qu’un petit maillon de la chaîne de l’expérimentation animale (…) » et que « le GIRCOR a donné son accord pour rencontrer un ou deux représentants du CCE²A afin de leur expliquer la recherche biomédicale et la place des animaux dans cette activité (…). »
    Contrairement au contenu de son courrier du 07.09.11, qui laissait entendre sa présence et celle d’autres éleveurs en plus du représentant du GIRCOR, M. Carré éleveur depuis 1974 (et président du centre d’enfouissement de déchets de Ronchères) se cache en minimisant son implication personnelle et botte en touche en renvoyant à une hypothétique discussion avec le GIRCOR qui n’est autre que le fer de lance de l’expérimentation animale.

     

    A lire aussi:

    Expérimentation animale - 2500 beagles libérés en Italie

    Expérimentation animale - Les raisons d'agir

    Expérimentation Animale- Elections 2012. Attentes de la Fondation Brigitte Bardot et réponses des candidats

    32 macaques condamnés à mort par le laboratoire Ricerca

    Air France - Air Souffrance .Stop au transport des animaux pour les labos !

    Semaine mondiale pour la libération des animaux de laboratoire

    Produits non testés sur les animaux : bientôt la fin de l’expérimentation animale pour les cosmétiques en Europe !

    A.L.F. le film...En salles le 7 novembre 2012

    imprimer

    Partager

    Destruction d'animaux sauvages

    Brigitte Bardot écrit au Préfet du Var

    Le 22 Août 2012, Brigitte Bardot écrit au Préfet du Var pour exprimer son mécontentement par rapport à la destruction des loups et des sangliers dans son département.

    Monsieur le Préfet,

     

    Je suis scandalisée par la chasse ignoble faite actuellement, dans mon département et que je considère comme une provocation. Cette extermination de sangliers et aux autres animaux sauvages, y compris aux loups, pourtant protégés est abjecte !

     

    En signant un arrêté qui autorise, à compter du 8 août dernier et durant 2 mois, un lieutenant de louveterie à « réduire la population de sangliers, renards, blaireaux, ragondins » sur la commune du Thoronet, vous avez purement et simplement légalisé un massacre.

     

    Cette chasse que vous autorisez s'effectue en tout temps, en tout lieu et à l'aide de moyens généralement interdits comme l'utilisation d'armes munies de silencieux, de sources lumineuses et même de véhicules.

     

    Certaines infrastructures, comme le refuge du Thoronet, vivent un enfer depuis la signature de votre arrêté. Les animaux domestiques complètement affolés par les tirs s'enfuient paniqués ! C'est un véritable cauchemar qui va encore durer de longues semaines.

     

    Mais dans quel monde vit-on ? Comment peut-on légitimer et accepter des massacres qui me révoltent et me font honte ?

     

    Je vous demande instamment d'abroger cet arrêté qui trouble l'ordre public, la tranquillité des habitants et des animaux domestiques, et vous abstenir à l’avenir de promouvoir ce genre de tuerie sans nom.

     

    Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en l'expression de mes sentiments écœurés.

     

    Brigitte Bardot

    Présidente

    imprimer

    Partager

    La place réservée au loups en France, la Fondation réagit

    L'attaque supposée d'une bergerie par un loup et la prise de position de José Bové en faveur de l'abattage de ce grand prédateur relance le débat de l'avenir du loup en France.

    Le 9 août 2012, à Lagarde-d’Apt, au pied du Mont Ventoux dans le Vaucluse, un troupeau de brebis a été la cible d'un attaque supposée de loups. Sur les 130 bêtes que comptait le troupeau, au moins neuf ont été tuées et sept autres ont du être  euthanasiées.

    Quelques semaines auparavant, une série d’attaques de troupeaux sur le causse Méjean, en Lozère, avait provoqué une réaction sans équivoque de José Bové. L'eurodéputé écologiste avait déclaré sur radio Totem : «Si le loup risque d’attaquer un troupeau, la meilleure façon de faire, c’est de prendre le fusil et de tirer».

    Christophe Marie, notre porte-parole, est intervenu le 13 août sur les ondes d'Europe 1 pour dénoncer la politique française favorable à l'abattage. Pour écouter l'émission, voir ci-contre.

    De nombreuses solutions pour sauvegarder les loups sans toucher aux valeurs pastorales

    Les chiens Patou ou "Pastou" (de "pastre", berger) sont des gros chiens blancs d'origine Pyrénéenne. Longtemps compagnons du berger, l'aidant à protéger son troupeau, leur utilisation avait quasiment disparu au début du siècle avec la raréfaction des prédateurs. Ce chien représente une aide précieuse pour les bergers qui en possèdent encore trop peu.

    Les enclos de nuit, placés à côté de la cabane du berger favorisent la sécurité des troupeaux.

    Une surveillance accrue et une augmentation du nombre des pâtres sont des alternatives efficaces qui permettraient la cohabitation pacifique de ce grand prédateur qu'est le loup avec les troupeaux de moutons et de brebis dans les alpages français.

     

    imprimer

    Partager

    Pages