Fondation Brigitte Bardot

Journée d'information à Bordeaux

L'association Venus, soutenue par la Fondation Brigitte Bardot organise une journée de sensibilisation à Bordeaux le 25 avril 2015

Samedi 25 avril mai 2015 :  à Partir de 11h place Saint projet.

Stand contre l'hippophagie avec entre autre, signature de pétitions.
 
 

imprimer

Partager

Photos X Dauvin / Fondation Brigitte Bardot
Photos X Dauvin / Fondation Brigitte Bardot

28 chevaux sauvés par la Fondation

La Fondation Brigitte Bardot et plusieurs associations de défense des animaux ont mis hors de danger 169 animaux

Le 2 avril 2015, La Fondation Brigitte Bardot était présente dans une petite commune de l'Allier afin de participer à un sauvetage d'envergure chez un éleveur.

Prés de 90 bovins, une soixantaine de chevaux et une vingtaine d'ovins ont pu être sauvés lors de la saisie.

La Fondation Brigitte Bardot à pris en charge 28 chevaux, dont plusieurs juments et pouliches

Lire ICI l'article de la Montagne

imprimer

Partager

Happening pour dénoncer l'hypocrisie de la viande "éthique"

La viande bio n'est pas heureuse

La Fondation Brigitte Bardot soutient le Happening organisé par le collectif 269 Life France à Paris le samedi 4 avril, pour dénoncer la face cachée de la viande vendue comme "éthique".

Le marketing de la viande biologique est trompeur et nous laisse penser que nous pouvons consommer de la viande "bio", tout en respectant le bien-être des animaux. Ceci est bien loin de la réalité ! L’objectif de cette action est de rappeler aux consommateurs, qu'il n'y a rien d'éthique à consommer la chair d'un animal, que ce soit de la viande bio ou industrielle .

Collectif 269 Life France

Infos pratiques :

Lieu : 47 rue Jacques Hillairet - Paris 75012 (sur la place devant le Biocoop)

Quand : samedi 4 avril, de 14H30 à 17H

 

 

imprimer

Partager

Allain Bougrain Dubourg, Ségolène Royal, Yann Arthus Bertrand, réunion au ministère. Photos © Bernard Suard / MEDDE-MELTR
Allain Bougrain Dubourg, Ségolène Royal, Yann Arthus Bertrand, réunion au ministère. Photos © Bernard Suard / MEDDE-MELTR

Trafic d'ivoire : La France poursuit son action !

Après la destruction, en février 2014, de ses stocks d’ivoire (698 défenses brutes ou travaillées et 15 357 pièces) et l’adoption d’un plan d’actions de “lutte contre le braconnage d’éléphants et contre le trafic d’ivoire et d’autres espèces protégées”, la France a franchi une nouvelle étape en suspendant la délivrance de certificats d’exportation d’ivoire brut.

Le 20 janvier 2015, à l’initiative de l’association Robin des Bois, 37 organisations africaines, asiatiques, américaines et européennes, parmi lesquelles la Fondation Brigitte Bardot, interpellent la ministre française de l’Écologie pour lui demander d’interdire « toute commercialisation et exportation d’ivoire ».
En effet, rien que pour le dernier trimestre 2014, au moins 118 défenses entières ont été mises aux enchères en France… du jamais vu depuis 1990 et l’entrée en vigueur d’un « moratoire » sur les ventes d’ivoire à l’international. Ces ventes sont censées porter sur de l’ivoire ancien, introduit en France avant l’interdiction, mais sous couvert de l’ivoire légal, des filières écoulent de l’ivoire illégal. En Afrique et en Asie, 35 000 à 40 000 éléphants sont braconnés chaque année pour répondre à la demande des pays asiatiques, notamment de la Chine. La France ne doit pas devenir complice des tueries perpétrées en Afrique contre les éléphants, mais aussi contre les rangers qui tentent, avec trop peu de moyens, de les protéger. Le 28 janvier, une réunion « de crise » est organisée au ministère de l’Écologie, en présence de Ségolène Royal, pour recevoir les organisations signataires de l’appel, échanger avec elles afin de connaître leurs attentes,et présenter des mesures.

La France ne délivrera plus de certificats d’exportation d’ivoire brut

Les principales mesures présentées par la ministre de l’Écologie sont : suspension immédiate de la délivrance des certificats d’exportation d’ivoire brut ; appel aux autres États membres de l’Union européenne pour interdire à leur tour les exportations d’ivoire brut ; coopération renforcée entre les services du ministère de l’Écologie et les douanes et relance du plan de coopération interministériel destiné à améliorer la synergie entre les services afin de rendre la lutte contre la fraude plus efficace ; nouvelle opération de destruction d’ivoire illégal en 2015…

Sanctions renforcées

Les infractions sont des délits actuellement passibles, au titre du Code de l’environnement, d’un an d’emprisonnement et de 15 000 €
d’amende ou, en cas de trafic en bande organisée, de 7 ans d’emprisonnement et 150 000 € d’amende. Ces amendes vont être augmentées à 150 000 € et 750 000 € respectivement (projet de loi « biodiversité »). Après la drogue, la contrefaçon et le trafic d’êtres humains, le trafic des espèces menacées est le 4e au monde. La criminalité organisée liée aux espèces sauvages est devenue une menace sérieuse, non seulement pour la conservation de la biodiversité, l’économie et le patrimoine culturel, mais aussi pour la sécurité et la stabilité politique de nombreux pays.

25 millions d’euros pour soutenir des programmes de conservation Pour 2014-2015, la France prévoit de poursuivre son effort dans la lutte contre le braconnage des éléphants et autres espèces menacées en Afrique subsaharienne, à hauteur de 25 millions d’euros dont 14 millions dans deux pays cibles, le Gabon et le Mozambique, dans le cadre de mécanismes de conversion de dettes. Cette politique de la France est encourageante, elle s’inscrit d’ailleurs dans une préoccupation communautaire puisque le Parlement européen a adopté, le 15 janvier 2014, une résolution condamnant la criminalité faunique afin de lutter plus efficacement contre le braconnage.

imprimer

Partager

Alès 2015 : 3 manifestations contre la corrida

Cette année encore, la Fondation Brigitte Bardot soutient l'action menée à Alès contre la tauromachie.

Malgré la forte mobilisation anti-corrida observée à Alés en 2013 et 2014, les afficionados de la tauromachie ont pu assister au spectacle. Le déclenchement d’un plan Vigipirate de niveau 3 en 2014 a fortement contrarié le déroulement de la manifestation. C'est pourquoi cette année l'action s'articulera autour d'un happening.

Trois manifestations, une le Samedi 16 mai, et 2 le dimanche 17

    Samedi 16 mai : rendez-vous à 15h fin prévue vers 19h
    Dimanche 17 mai : rendez-vous à 9h30  jusqu’à environ 13h
    Dimanche 17 mai : rendez-vous à 17h  jusqu’à environ 20h

Lieu de rendez-vous pour les trois jours : devant la clinique Bonnefon, le long du Gardon à Alès

Le site anticorrida ICI

L'édition 2014 ICI

L'édition 2013 ICI

imprimer

Partager

Quand l'industrie de la viande nous mène en barquette : rencontre débat

Mardi 31 mars 2015 à la librairie Picard & Epona

La Fondation Brigitte Bardot était présente à une conférence/débat à l'occasion de la présentation du livre d'Anne de Loisy  : "Bon appétit ! Quand l'industrie de la viande nous mène en barquette"

Sylvie Goy-Chavent, Sénatrice de l'Ain, rapporteure de la mission d'information (Sénat) sur la filière viande en France, et auteure de la Proposition de Loi visant à rendre obligatoire l'étourdissement des animaux lors d'un abattage rituel, était présente ainsi que Christophe Marie, notre Porte-parole.

Quand l'industrie de la viande nous mène en barquette

Manger de la viande : un risque ou un plaisir ? Une enquête approfondie sur un sujet encore largement tabou...

Depuis la crise de la vache folle, notre pays se targue d'avoir l'une des meilleures viandes au monde et d'être à la pointe de la sécurité alimentaire. Le message des industriels de la viande se veut clair et rassurant : "La viande est tracée  et contrôlée de la fourche à la fourchette." Les Français peuvent savourer en paix.

Cela tombe bien, nous consommons en moyenne 84 kilos de viande par personne et par an. L'envers du décor est beaucoup moins idyllique.

Page événement facebook ICI

Librairie Picard & Epona

imprimer

Partager

La maltraitance animale au service du théâtre contemporain

Lors de chaque représentation de "Et balancez mes cendres sur Mickey", des rongeurs sont maltraités sur scène. La Fondation Brigitte Bardot incite les défenseurs des animaux à dénoncer le spectacle.

Rodrigo Garcia est un auteur et metteur en scène argentin reconnu pour son côté très provocateur. Non content d'avoir suscité l'indignation des amis des animaux dans son "spectacle" Accidens, où un homard, d'abord suspendu à un crochet, était coupé en deux d'un coup de hachoir...il recommence cette fois avec des hamsters qu'il tente de noyer et qu'il repêche in extrémis.

La Fondation Brigitte Bardot dénonce cette pièce , à l'affiche fin mars au Théâtre Liberté à Toulon. N'hésitez à faire part de votre mécontentement auprès du théâtre (04.98.07.01.01, contact@theatreliberte.fr)

Une pétition contre les provocations de Rodrigo Garcia est en ligne ICI

imprimer

Partager

Conférence Pierre Enoff : pour une relation épanouie avec les chevaux

Les mercredis 8 avril et 3 juin 2015 à Paris

Et si on nous avait menti sur le monde des chevaux ?

Nous avons tous en nous l’amour des chevaux, mais pour bien les aimer, il convient de les connaître. Démontant une à une les croyances installées dans le monde équestre traditionnel, Pierre ENOFF nous propose de découvrir leur vrai quotidien de vie et de redéfinir la relation inter espèce que nous entretenons avec ce noble animal.

Remettre en cause les valeurs éducatives, les dogmes hérités de l’époque militaire qui sévissent aujourd’hui pour enfin établir une relation épanouie avec les chevaux.

C’est en faisant appel à ses observations scientifiques, menées depuis plus d’une trentaine d’années, que Pierre présente sans concession les causes des pathologies liées aux conditions de vie désastreuses que nous imposons aux chevaux.

En spécialiste de la locomotion équine Pierre démontre, avec sérieux, passion et une pointe d’humour, les dégâts provoqués par le ferrage. Pierre prend le monde du cheval comme prétexte pour bousculer nos certitudes, nos consciences et nous renvoie à nos propres contradictions, à nos propres interrogations relationnelles. Il nous ouvre les yeux.

Une conférence dérangeante, vivante et emplie d’un savoir transmis, chose rare, avec des mots de tous les jours. 

La conférence sera suivie d'une séance de signature du dernier ouvrage de Pierre ENOFF "Le Silence des Chevaux".

8 avril et 3 juin 2015, 19 h 30 à L'ENTREPOT - 7 rue Francis de Pressensé, 75014 Paris (M Pernety)

imprimer

Partager

Une nouvelle fois prouvé : consommer de la viande de chien et de chat peut s'avérer dangereux pour la santé

Bien qu'illégale, la consommation de viande de chien est encore fréquente dans l'archipel des Philippines. Treize personnes viennent d'en subir les conséquences.

Treize personnes (quatre adultes et neuf enfants) ont été prises en charge après avoir mangé du chien dont les tests ont révélé ensuite qu'il était enragé. Les autorités sanitaires sont en train d'administrer à toutes les personnes concernées les doses requises de vaccin antirabique pour éviter que cette maladie mortelle ne se déclare.

Il est illégal aux Philippines d'abattre les chiens pour manger leur viande. Malheureusement,  le niveau de vie très bas d'une partie de la population perpétue et entretient cette économie souterraine.

La Fondation, qui dénonce la consommation de chien et de chat à travers le monde, insiste sur les risques sanitaires que peut engendrer celle-ci.

Philippines

Trafic de chiens

imprimer

Partager

Photos chatslibres.over-blog.com et catclub.fr
Photos chatslibres.over-blog.com et catclub.fr

Fermeture contrainte du refuge de Puteaux

Le 12 février 2015, l’association Assistance aux Chats Libres de Puteaux (A.C.L.P.) a reçu un courrier de la mairie de Puteaux (92800) qui lui demande de quitter les lieux pour le 15 mai prochain. Ceci est le fait d’une importante opération immobilière, le terrain va être vendu à un promoteur.

Le 3 mars 2015, la Fondation Brigitte Bardot adresse une lettre à la mairie de Puteaux dans laquelle elle insiste sur la nécessité de touver des locaux adaptés pour l'association.

L’association a été créée en 1987 et occupe depuis cette date un refuge mis à la disposition par la mairie et dans lequel sont accueillis des chats en attente de leur adoption ou d’être relâchés après tatouage et stérilisation. En 1995, une convention de bail précaire a été signée entre l’A.C.L.P. et la mairie.
En 2014, l'ancienne maison du gardien dans un cimetière a été proposée (150 m2), ce projet a aussi été présenté dans la presse par la mairie (Le Parisien 18 mars 2014, voir sur la gauche). On peut y lire : "Nous faisons des propositions à l'association et lorsqu'ils auront accepté, nous les déménagerons". Malheureusement ce qui leur a été octroyé ne correspond pas à la description qui avait été donnée. En effet, au lieu des 150m2 il n’y a que deux petites pièces de la maison dans lesquelles il est impossible d'aménager un nouveau refuge.
De ce fait aujourd’hui l’association n’a plus que 2 mois pour quitter les lieux !
Si aucune solution n’est trouvée d’ici là les bénévoles se retrouvent à la rue avec 40 chats, dont une bonne partie n’est malheureusement pas adoptable.

Pour aider l’association vous pouvez signer la pétition ICI ou vous proposer pour adopter certains chats.

Page Facebook de l'Association

Lire ICI l'article du Parisien du 5 mars 2015

Lire ICI la réponse apportée par la Mairie de Puteaux.

Le 16 mars 2015, l'Assistance aux Chats Libres de Puteaux (A.C.L.P.) s'adressait à la mairie de Puteaux, lire la lettre ICI

imprimer

Partager

Pages