Brigitte Bardot et Nicolas Hulot : la polémique | Fondation Brigitte Bardot

Brigitte Bardot et Nicolas Hulot : la polémique

Le samedi 11 août 2018, notre Présidente s’exprime dans Var-Matin : le Ministre devrait « donner sa démission ».

Dans cette interview, elle interpelle Nicolas Hulot sur la récente consultation publique lancée autour des chasses traditionnelles.

Un franc-parler qui fait grand bruit

Fidèle à son franc-parler, Brigitte Bardot le qualifie de « trouillard de première classe » ou encore « d’indécis ». Des mots forts qui pointent l’inaction du ministre de la Transition Ecologique et Solidaire. Christophe Marie, notre porte-parole, rappelle d’ailleurs dans les Grandes Gueules de RMC que « quand il est arrivé au gouvernement, il a été promu ministre d’Etat, il a donc réellement un pouvoir et même un devoir d’agir. Le coup de gueule de Brigitte est justement de dire « à quoi sert-il ? » ».

Des critiques justifiées

Pour Christophe Marie, le coup de gueule est à la hauteur de la déception face à Hulot ; celle de ne pas l’entendre sur des dossiers importants.

Il est important de rappeler que l’arrivée au pouvoir de Nicolas Hulot avait suscité de vifs espoirs pour la protection animale. Brigitte Bardot l’avait d’ailleurs félicité par le biais de deux courriers « Bravo, grâce à vous nous allons pouvoir enfin améliorer le sort des animaux sauvages qui vous attendent depuis trop longtemps » - « Je vous félicite pour votre nomination qui nous donne l’espoir d’un changement pour la condition animale. […] C’est pourquoi, je vous demande de ne pas répéter les erreurs passées, avec un énième et inutile « plan loups », et d’organiser un recensement des moyens de protection mis en place par les éleveurs. ».

Dossier après dossier, Nicolas Hulot n’a montré qu’inaction ou régression pour la cause animale : autorisation de l’abattage de 40 loups, arrêté qui se fait attendre en faveur des cétacés malgré les réunions auxquelles la Fondation a participé…

Désormais, le ministre doit choisir : agir ou partir.

 

La presse en parle, voici quelques liens

imprimer

Partager