Il se met en scène en maltraitant un chat… | Fondation Brigitte Bardot

Il se met en scène en maltraitant un chat…

Dans une vidéo publiée sur son profil Facebook, un Marseillais se met en scène en frappant un chat… la Fondation réagit.

Après avoir violenté cruellement un chat en le lançant contre un immeuble, un jeune homme de 25 ans a été arrêté ce matin par la police, il est toujours en garde à vue au commissariat du 15e arrondissement de Marseille... La Fondation Brigitte Bardot porte plainte pour sévices graves et acte de cruauté.

La vidéo du chat violemment jeté contre un immeuble par "Farid de la Morlette" n'est plus visible sur le net, peu importe, la Fondation Brigitte Bardot a une copie et pourra donc agir contre ce tortionnaire (d'une grande lâcheté).
Rappel, en France les actes de cruauté sur animaux sont passibles de 2 ans d'emprisonnement et 30.000 € d'amende.

D’abord, il y a ce manque d’empathie, insupportable, cette lâcheté de prendre un être sans défense, confiant, de le martyriser par amusement. Et puis il y a cette démarche particulière de se mettre en scène, pour faire le "buzz" justement.

L’acte filmé relève de sévices graves sur animaux, condamnés à deux ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende (art. 521-1 du code pénal). C’est pourquoi la Fondation Brigitte Bardot a porté plainte pour acte de cruauté comme elle le fait, chaque année, pour plusieurs centaines d’autres dossiers.

Justice, pas vengeance

C’est un fait, les forces de l’ordre ont été très réactives dans cette affaire. Mis en garde à vue dès vendredi, l’auteur de l’acte passe en comparution immédiate ce lundi 3 février devant le tribunal correctionnel de Marseille (l’audience pourrait toutefois être reportée). Procédure accélérée pour tenter de calmer une vive émotion qui s’est vite transformée en vindicte populaire.

Pétitions, manifestations… La mobilisation est forte, elle est justifiée mais ne doit pas entraîner des propos intolérables. Dès samedi, la FBB a appelé ses sympathisants à ne pas tenir de propos racistes, d’incitation à la haine…

La condamnation doit être dissuasive

Les réseaux sociaux, internet d’une manière globale, offrent une visibilité immédiate, une tribune qui peut encourager certaines personnes à se mettre en scène dans une sorte de "télé-réalité". Il faut casser cette spirale vers toujours plus de vidéos macabres, il est indispensable d’obtenir une sanction à la hauteur des sévices infligés au chaton Oscar (qui s’en est heureusement tiré), faire tomber le mythe de l’impunité.

Maintenant il ne faut pas se leurrer, tant que la torture animale sera tolérée dans les arènes de France, tant que le ministre de l’Intérieur en fera l’apologie, il sera impossible de tenir un discours cohérent, dissuasif, la torture est indéfendable et elle doit être abolie !

Lire ICI L'article de 20minutes.fr

Lire ICI L'article de bfmtv.com

Lire ICI L'article de laprovence.com

Le lundi 3 février, Le tribunal correctionnel de Marseille condamne à un an de prison ferme Farid G.
Lire ICI L'article de Metronews.fr

BFM TV

Christophe Marie s'exprime au micro d'Olivier Truchot à propos de la condamnation prononcée le 3 février à Marseille

imprimer

Partager