La Guadeloupe (FR) choisit le massacre des chiens à grande échelle, comme la Roumanie. | Fondation Brigitte Bardot

La Guadeloupe (FR) choisit le massacre des chiens à grande échelle, comme la Roumanie.

La gestion des animaux errants en Guadeloupe relève d'une politique irresponsable, barbare et inefficace. Les associations nationales et internationales disent Stop.

Depuis des années, afin de gérer efficacement le problème de la prolifération des chiens et des chats sur l'Ile de la Guadeloupe, les associations de protection animale proposent leur aide pour les stériliser et agir ainsi sur le long terme. AUCUN élu (Préfet, maires ou Région) ne s’est donné la peine d’apporter une réponse aux dossiers envoyés par les associations.

Bizarrement encouragés par la Direction des Services Vétérinaires et la Région, les élus choisissent comme seule solution de distribuer généreusement les revenus de leurs communes aux fourrières (établissements privés) pour éliminer les chiens et chats abandonnés, devenus errants !

Il y a quelques années la commune de Baie Mahaut donnait 100 000 euros par année pour tuer 100 chiens, cela continue peut-être, nous n’avons pas de chiffres récents.

Un génocide qui rapporte gros et toujours renouvelé !

Dernièrement, c’est la commune de Morne à l’Eau qui décide de donner plus de 320 euros par animal à la fourrière pour tuer 47 chiens, soit 15 000 euros ! Cette commune étant emblématique du gaspillage de l'argent public car toutes les communes donnent des sommes très importantes aux deux fourrières de l'île, pour une solution inefficace et barbare.  A l'heure où l'argent manque pour tant de causes sociales on est en droit de se poser des questions.

Si les mairies ont une obligation d’avoir une convention de fourrière, rien ne les empêche d'attribuer une partie des subventions à un programme de stérilisation d'envergure. Toutes les propositions dans ce sens aux autorités sont restées sans réponse à ce jour.

Signez la pétition ICI

imprimer

Partager