Manifestation contre un projet d'abattoir halal à Guéret (Creuse) | Fondation Brigitte Bardot
29 mars 2014 à Guéret. Photo Michel Pourny
29 mars 2014 à Guéret. Photo Michel Pourny
29 mars 2014 à Guéret. Photo Michel Pourny
29 mars 2014 à Guéret. Photo Michel Pourny
29 mars 2014 à Guéret. Photo Michel Pourny
29 mars 2014 à Guéret. Photo Michel Pourny
29 mars 2014 à Guéret. Photo Michel Pourny
29 mars 2014 à Guéret. Photo Michel Pourny
29 mars 2014 à Guéret. Photo Michel Pourny
29 mars 2014 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny
13 avril 2013 à Guéret. Photo Michel Pourny

Manifestation contre un projet d'abattoir halal à Guéret (Creuse)

Le 29 mars 2014

Cette année encore, la Fondation Brigitte Bardot soutenait la 4ème manifestation unitaire contre l'abattage sans étourdissement.

La manifestation 2014

Le collectif Narg, soutenu par la Fondation Brigitte Bardot,  organisait le 29 mars 2014 une marche réunissant tous les citoyens, consommateurs et militants de la cause animale pour manifester leur opposition à l'abattage sans étourdissement et au projet d'abattoir de Guéret (projet dont l'abandon a été officiellement annoncé le 17 mars dernier).

600 personnes avaient fait le déplacementpour dénoncer La souffrance animale et demander l'information, la liberté de conscience et de religion des consommateurs ainsi que la prévention des risques sanitaires.

Un récent sondage IPSOS (à la demande de l'OABA et de One Voice) démontre que pour plus de 80% des français, éviter les souffrances animales lors de l'abattage est un impératif, plus de 70% réclament un étiquetage des viandes concernant le mode d'abattage et 6 consommateurs sur 10 se détourneraient des produits carnés s'ils savaient que l'animal à souffert lors de sa mise à mort.

17 mars 2014 - Le projet est abandonné !

La société Sovialim annonce qu'elle met fin à son projet d'abattoir à Guéret face à l'acharnement des opposants et le peu de soutien des élus locaux... La mobilisation a été payante !

La manifestation 2013

Le collectif N.A.R.G.* (soutenu par la Fondation Brigitte Bardot) organisait, le 13 avril 2013, une journée d'action à Guéret pour dénoncer le projet d'abattoir halal. 600 manifestants se retouvaient dans les rue de la capitale de la Creuse, scandant les slogans : « Abattage à vif, barbarie », « Guéret sanglante, démocratie perdante », ou de façon plus ciblée « Élus bourreaux des animaux ». Pour cette troisième édition, des autocars étaient partis de Paris, Lyon, Bordeaux, et Dijon pour rejoindre le cortège.

Cet établissement de torture ne doit pas voir le jour !

L'abattage sans étourdissement, c'est un animal que l'on force à entrer dans une machine de torture qui va l'empêcher de se débattre lorsqu'il voit arriver un énorme couteau, qui lui tranche la gorge, en s'y reprenant à plusieurs fois (dans la plupart des cas). Il va ensuite agoniser pendant de longues minutes, la gorge tranchée, pédalant de douleur et de détresse sur un sol souillé d'excréments et de sang.

Le projet d’abattoir rituel de Guéret est un symbole fort, celui du détournement de la dérogation européenne à l'étourdissement et de l'acceptation de la souffrance animale et de risques sanitaires, financés par des fonds publics. Premier projet d'Europe de ce type (tous les autres abattoirs pratiquant l'abattage sans étourdissement étant mixtes), cet établissement ne doit pas voir le jour !

 

La lettre de brigitte Bardot

Dans une lettre adressée à Michel Vergnier, Président de la Communauté de Communes de Guéret Saint-Vaury, Brigitte Bardot dénonce une "effroyable régression", une "insupportable barbarie infligée aux bêtes sacrifiées".

S’appuyant sur un récent rapport d’expertise scientifique de l’INRA, la Présidente de la Fondation Brigitte Bardot rappelle que les bovins peuvent mettre jusqu’à 14 minutes pour perdre conscience après avoir eu la gorge tranchée : "Quatorze minutes durant lesquelles la vache s’étouffe dans son sang, c’est inhumain, dégueulasse, d’infliger cette torture inutile aux animaux et je ne peux pas croire que les éleveurs acceptent cela ou alors c’est vraiment qu’ils n’ont aucune empathie envers leurs bêtes. "

Les milieux scientifiques avec nous contre la cruauté de l'abattage rituel

  • Pour le Président du Syndicat des Vétérinaires d’Ile-de-France : « les images de ces pauvres bêtes étouffant et souffrant pour rien ne peuvent que révolter un homme en général et un vétérinaire en particulier, habitué qu’il est à diminuer la douleur de ses patients grâce aux anesthésiques et antalgiques » ;
  • Le Syndicat National des Vétérinaires d’exercice libéral a adopté, de son côté, une motion demandant « le recours à des méthodes permettant de mettre un terme à la longue agonie des animaux égorgés lors des abattages rituels » ;
  • La position de la Fédération des Vétérinaires d’Europe est encore plus directe : « Du point de vue de la protection des animaux et par respect pour l’animal en tant qu’être sensible, la pratique consistant à abattre les animaux sans étourdissement préalable est inacceptable, quelles que soient les circonstances ».

Les consommateurs trompés

Ce type d’abattage se généralise pourtant au point que, dans les abattoirs d’Île-de-France, 100% des bêtes destinées à la consommation générale sont égorgées en toute conscience !

Ces abattages concernent tous les consommateurs puisqu’aujourd’hui, 60% de la viande issue d’animaux égorgés selon le rite musulman et plus de 70% de la viande issue d’animaux égorgés selon le rite juif se retrouvent dans le circuit classique à l’insu des consommateurs.

La Fondation Brigitte Bardot dénonce cette généralisation de l’abattage rituel et invite ses sympathisants à ne plus consommer de viande car il est désormais impossible de connaître les conditions d’abattage des animaux donc, dans le doute, le mieux est encore de s’abstenir pour ne pas être complice !

Abattage rituel

Manifestation 2014 à Gueret

Abattage rituel

Interview de Brigitte Bardot

imprimer

Partager