Ferme-usine de 1000 vaches laitières | Fondation Brigitte Bardot
Les premières vaches laitières arrivées début septembre à la ferme des 1 000 vaches
Les premières vaches laitières arrivées début septembre à la ferme des 1 000 vaches
Blocus devant la ferme des 1000 vaches. 16 septembre 2014
Blocus devant la ferme des 1000 vaches. 16 septembre 2014
Christophe Marie et Muriel de L214 devant l'immense bâtiment de Ducrat
Christophe Marie et Muriel de L214 devant l'immense bâtiment de Ducrat
La ferme des 1000 vaches
La ferme des 1000 vaches
Rassemblement du 29 mai 2014 devant le Palais de Justice de Paris.  Photo Michel Pourny.
Rassemblement du 29 mai 2014 devant le Palais de Justice de Paris. Photo Michel Pourny.
3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris Photo Michel Pourny
3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris Photo Michel Pourny
3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris Photo Michel Pourny
3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris Photo Michel Pourny
3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris Photo Michel Pourny
3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris Photo Michel Pourny
3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris Photo Michel Pourny
3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris Photo Michel Pourny
3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris Photo Michel Pourny
3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris Photo Michel Pourny
Rassemblement du 29 mai 2014 devant le Palais de Justice de Paris.  Photo Michel Pourny.
Rassemblement du 29 mai 2014 devant le Palais de Justice de Paris. Photo Michel Pourny.
3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris Photo Michel Pourny
3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris Photo Michel Pourny
3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris Photo Michel Pourny
3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris Photo Michel Pourny

Ferme-usine de 1000 vaches laitières

Projet d'élevage intensif dans la Somme : 1000 vaches laitières et 750 veaux enfermés dans un bâtiment !

Condition animale, pollution, santé publique, environnement… Tous les arguments sont bons pour condamner le projet de ferme-usine dans la Somme, plus gros élevage intensif de vaches laitières en France

3 juillet 2015 : La Fondation Brigitte Bardot propose d’accueillir les 300 vaches laitières détenues illégalement dans l’élevage de la honte !

Alors que la Préfète de la Somme a pris un arrêté mettant en demeure l’exploitant de la ferme-usine des « 1000 vaches » de réduire son cheptel à 500 vaches laitières (contre 796 actuellement), sous un délai de 15 jours à compter d’aujourd’hui, Brigitte Bardot est intervenue auprès de Stéphane Le Foll afin de proposer la prise en charge des animaux par sa Fondation reconnue d’utilité publique.

Lire la lettre ouverte ici

16 septembre 2014 : Brigitte Bardot intervient de nouveau auprès de Préfète de la Somme

En février 2012, j’intervenais auprès de votre prédécesseur pour dénoncer la ferme/usine des 1000 vaches, épouvantable projet contraire à l’Article L214-1 du code Rural :

« Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce »

Enfermer des ruminants sur un sol bétonné, les priver de la lumière du jour, bloquer des vaches dans des boxes métalliques pour les relier à des machines à traire, les inséminer à la chaine, envoyer leur veau à l’abattoir pour prélever toujours plus de lait… Tout cela est monstrueux, inhumain, à vomir !

J’ai alerté les ministres de l’Agriculture, de l’Ecologie et même François Hollande, tout le monde semble d’accord pour dénoncer cette horreur mais personne, parmi les instances dirigeantes, n’est intervenu pour l’empêcher. Le gouvernement a prétendu que la capacité de l’usine serait « limitée » à 500 vaches mais nous savons désormais que cela est faux.

Ma Fondation est partenaire de l’association NOVISSEN et j’ai, publiquement, apporté mon soutien aux militants de la Confédération Paysanne toujours poursuivis pour leur action de démantèlement de la salle de traite. Nos efforts n’ont servi à rien puisque les premières vaches sont arrivées ce week-end…

La colère est grande et la mobilisation s’organise. Stéphane Le Foll et Ségolène Royal prétendent qu’ils ne soutiennent pas ce « modèle » d’élevage mais, encore une fois, personne ne fait rien contre cette industrie qui condamne à mort animaux, petits exploitants, et menace l’environnement.

Je fais donc appel à vous, Madame la Préfète, en qui je place mon dernier espoir d’un changement, d’un sursaut d’intelligence, de sensibilité et d’humanité. C’est aujourd’hui que la France doit faire barrage à ces élevages monstrueux, demain il sera trop tard pour la nature, les hommes et les animaux

Aidez-nous !

Brigitte Bardot

Présidente
 

18 juillet 2014 : après avoir pris connaissance de la réponse de François Hollande, Brigitte Bardot intervient de nouveau auprès de l’Elysée

"Je suis obligée de revenir à la charge car l’enjeu est d’importance puisqu’il s’agit du premier élevage laitier intensif, de cette dimension, soumettant tant d’animaux à une incarcération industrielle faite de béton et d’acier, où toutes les étapes de leur quotidien seront effectuées électriquement et mécaniquement à la chaîne, privant à vie les vaches d’un environnement et d’un "confort" minimum, les considérant comme de vulgaires objets producteurs massifs de lait.

C’est inadmissible, inhumain et éthiquement parlant scandaleux !

Que cette usine à vaches en compte 1000, 500 ou même une dizaine est une honte, un exemple lamentable, une brèche ouverte à une suite ininterrompue, en parfait désaccord avec l’Art. L214-1 du code rural : "Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce".
Il serait lamentable que la France, déjà "lanterne rouge" de la protection animale en Europe, accepte ce nouveau genre d’élevage absolument "hors-norme" qui, outre le scandaleux sort réservé aux animaux, ruinerait les petits éleveurs.
Je vous demande avec insistance, Monsieur le Président, de vous pencher sérieusement sur ce triste projet plus urgent que certains autres qui semblent prendre le pas sur les véritables urgences.


Brigitte Bardot

La lettre de Brigitte Bardot est téléchargeable ICI

Le 15 juillet 2014 , le Président de la République répond au courrier de Brigitte Bardot du 29 mai : "Vous le savez, la politique agricole du Gouvernement vise à privilégier la valeur ajoutée et l’emploi plutôt que l’agrandissement des exploitations. C’est ainsi que dans le cadre de la négociation de la réforme de la politique agricole commune, la France s’est battue pour établir une majoration des aides pour les exploitations de moins de 52 hectares… Au cas particulier, l’autorité préfectorale n’a pas autorisé le projet initial portant sur 1000 vaches et l’a ramené à 500 animaux pour tenir compte de l’insuffisance de la capacité d’épandage".

29 mai 2014 : L'appel de BB à François Hollande en soutien aux militants de la Confédération Paysanne "dignes de l'ordre du Mérite agricole"

Monsieur le Président, Cher François Hollande,

Depuis plusieurs années maintenant, ma Fondation dénonce l’épouvantable usine aux « 1000 vaches » qui s’est construite dans la Somme et qui ne respecte pas l’Article L214-1 du code Rural : « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ».

Enfermer des ruminants sur un sol bétonné, les priver de la lumière du jour, bloquer ces vaches dans des boxes métalliques pour les relier à des machines à traire, les inséminer à la chaine, envoyer leur veau à l’abattoir pour prélever toujours plus de lait… Tout cela est monstrueux, inhumain, à vomir !Cela n’a plus rien à voir avec l’agriculture, c’est de l’industrie intensive où l’animal est robotisé et qui condamne à mort des milliers de petits éleveurs.

Je suis de tout cœur avec les militants de la Confédération Paysanne qui ont eu le courage d’agir pour tenter d’enrayer cette machine infernale et meurtrière. Les cinq militants en garde à vue, qui ne sont pas des voyous mais ont agi dans l’intérêt général, sont dignes de l’Ordre du Mérite agricole et ne devraient pas être enfermés dans une cellule.

C’est pourquoi je vous demande d’intervenir personnellement, de répondre à ma demande comme vous l’aviez fait pour les éléphantes menacées d’euthanasie à Lyon. Vos ministres de l’Agriculture et de l’Ecologie ont été interpellés par le porte-parole de la Confédération Paysanne, ils ont affiché un mépris absolument scandaleux et inacceptable.  Monsieur le Président, je compte sur vous, nous ne voulons pas de ces élevages industriels qui ne respectent ni les hommes, ni les bêtes, ni le code Rural, ni la moindre éthique humaine.

Merci de répondre à ce nouvel appel !

Avec espoir et confiance,

Brigitte Bardot

Le 19 novembre 2013, suite à la diffusion du reportage de France 2 sur l'avancement du projet de la ferme usine de la Somme, Brigitte Bardot s'exprime dans le Courrier picard. Lire l'article ICI

A lire aussi : l'article Trois questions à Novissen, association opposée au projet de ferme-usine dit des 1000 vaches ICI

Dimanche 3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris

Des centaines de personnes ont manifesté  «contre le gigantisme de l’élevage industriel» et en particulier contre le projet de la ferme géante dite «des 1.000 vaches» laitières dans la Somme à l'appel du collectif local Novissen* (acronyme de NOs VIllages Se Soucient de leur ENvironnement.)
La manifestation, qui réunissait de nombreuses organisations de protection animale est partie en début d’après-midi de la gare Montparnasse en direction du Salon de l’agriculture, Porte de Versailles.

Dix cars venant de province étaient montés à Paris pour manifester, certains de Picardie, d’autres de Bourgogne contre un projet d’extension de poulailler ou de Bretagne contre une maternité porcine géante.

Une pétition est maintenant en ligne. N'hésitez pas à la signer ici !

 

Vendredi 17 février 2012 - Brigitte Bardot écrit au Préfet de la Somme

"Monsieur le Préfet,

Le 18 février, de nombreux Picards manifesteront près de la sous-préfecture d’Abbeville contre un projet d’élevage intensif condamnant 1000 vaches laitières et 750 veaux à "vivre" dans des conditions carcérales et de souffrance insupportables.

Cette "ferme-usine" symbolise la dérive de l’élevage intensif en France, tuant au passage les petits producteurs et condamnant les animaux à l’enfer.

Selon l’Art. L214-1 du Code rural "Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce". L’usine prévue sur les communes de Drucat et Buigny-Saint-Maclou ne répond pas à cette exigence.

Il n’est pas tolérable d’enfermer 1000 vaches dans un bâtiment, sur une surface individuelle ridicule. Tous ces ruminants privés de pâturage ne sortiront de leur "usine" que pour être transportés dans des conditions indignes puis égorgés dans un abattoir, c’est dégueulasse!

Idem pour les veaux arrachés à leur mère puis entassés dans des camions qui les conduiront à la mort. Nous n’avons pas le droit de fermer les yeux sur cette exploitation scandaleuse, quotidienne, cette épouvante pour les animaux et cette honte pour l’humanité.

C’est pourquoi je tiens à m’associer aux Picards qui se mobilisent actuellement contre ce projet. Je vous demande d’entendre leurs revendications, leur colère, on ne doit plus tolérer l’intolérable, la France ne doit pas recréer des camps de concentration animaliers!

Je compte sur votre humanité et vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en l’assurance de mes sentiments écœurés.

Brigitte Bardot"

Rappel des risques

Vidéo saisissante d'Arnaud d'Amiens

Extrait du JT de France 2

18 novembre 2013

imprimer

Partager