Projet de porcherie industrielle : lettre ouverte de Brigitte Bardot au préfet des Hautes-Pyrénées (65) | Fondation Brigitte Bardot

Projet de porcherie industrielle : lettre ouverte de Brigitte Bardot au préfet des Hautes-Pyrénées (65)

Brigitte Bardot interpelle le préfet sur la création d'un élevage industriel de cochons, lieu de souffrance pour les animaux et de pollution pour l'environnement.

Dans une lettre ouverte publiée le 12 février 2019, Brigitte Bardot interpelle Brice Blondel, préfet des Hautes-Pyrénées, pour mettre fin au projet de création d'une porcherie industrielle à Ossun (65).

Dans ces élevages profondément néfastes pour l'environnement, les cochons subissent des conditions de vie insoutenables, qui ne respectent en rien leurs besoins naturels.

 

Télécharger le PDF de la lettre ouverte

 

"Paris, le 12 février 2019

Monsieur Brice Blondel 
Préfecture des Hautes-Pyrénées
Place du Général de Gaulle
65000 Tarbes

LETTRE OUVERTE

Monsieur le Préfet,

Ma Fondation est informée du projet de porcherie industrielle d’Ossun, « Fleury-Mérogis » des cochons comme l’a baptisé l’écrivain Christian Laborde, qui soulève à juste titre l’indignation des habitants de cette belle région.

En France, 95% des cochons sont élevés en bâtiment, sur caillebotis cimentés, dans des conditions indignes : animaux mutilés, torturés… C’est une honte !

S’il semble impossible de parler compassion avec les responsables de pareils camps de concentration, parlons au moins salubrité et de la menace que représente ce type d’élevage sur les milieux naturels. Outre l’évidente souffrance des bêtes, insupportable, les effets dévastateurs des porcheries sont connus de tous, ils sont catastrophiques.

Dans ces conditions, comment envisager la création d’une nouvelle porcherie industrielle ? Il est temps de mettre un terme à ces usines mortifères de chair animale vivante.

Dans quelques jours le Salon de l’Agriculture ouvrira ses portes, en vantant un élevage bucolique qui n’est qu’un leurre, un mensonge et une manipulation de l’opinion publique.

Ne pouvant compter sur aucun membre de ce gouvernement aux ordres de la FNSEA et autres lobbies productivistes, il faut qu’un homme de pouvoir donne l’exemple, je vous demande d’être cet homme !

Monsieur le Préfet, je place en vous mon espoir, nous avons les mêmes initiales, ne les trahissez pas !

Brigitte Bardot
Présidente"

 

imprimer

Partager