Foie gras : vers la fin du gavage ! Proposition de loi à l'Assemblée Nationale | Fondation Brigitte Bardot
Pamela Anderson
Pamela Anderson
Christophe Marie, laurence Abeille et Michel Vandenbosch. Photo GAÏA
Christophe Marie, laurence Abeille et Michel Vandenbosch. Photo GAÏA
Laurence Abeille, députée Europe-Ecologie Les Verts du Val-de-Marne
Laurence Abeille, députée Europe-Ecologie Les Verts du Val-de-Marne
Le professeur Donald M.Broom, Laurence Abeille, Pamela Anderson, Delphine Wespiser
Le professeur Donald M.Broom, Laurence Abeille, Pamela Anderson, Delphine Wespiser
Michel Vandenbosch (GAÏA), Delphine Wespiser, Pamela Anderson, Paul Watson
Michel Vandenbosch (GAÏA), Delphine Wespiser, Pamela Anderson, Paul Watson
Photo GAÏA
Photo GAÏA
Laurence Abeille, députée Europe-Ecologie Les Verts du Val-de-Marne
Laurence Abeille, députée Europe-Ecologie Les Verts du Val-de-Marne
Photo GAÏA
Photo GAÏA

Foie gras : vers la fin du gavage ! Proposition de loi à l'Assemblée Nationale

Ce mardi 19 janvier 2016, la FBB était à l'Assemblée Nationale en compagnie de la députée Laurence Abeille, de l’association belge GAIA, du professeur Donald M.Broom et de Pamela Anderson.

Mardi 19 janvier 2016 restera une date historique dans la lutte contre la cruauté du gavage des canards et des oies. Toutes les caméras sont braquées sur Pamela Anderson venue, à la demande de la Fondation Brigitte Bardot, soutenir la proposition de loi de la députée Laurence Abeille visant à « interdire le gavage despalmipèdes pour la production de foie gras ».

Une conférence de presse exceptionnelle puisque l’Assemblée nationale n’avait pas connu une telle effervescence depuis longtemps. Parmi les intervenants, le professeur Donald M. Broom  était venu présenter le rapport scientifique de l’université de Cambridge, dont il est le coauteur, qui évalue les conséquences néfastes du gavage sur le bien-être des canards.
Également présents à cette conférence, le Président de l’association GAIA, Michel Vandenbosch, à l’initiative de ce rapport scientifique et le porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, Christophe Marie, venu présenter le résultat d’un sondage IFOP commandé par la FBB.

Rapport scientifique

En décembre 2015, un nouveau rapport scientifique, réalisé à la demande de l’association belge GAIA par la prestigieuse université de Cambridge (Royaume-Uni), visant à évaluer les conséquences de la production de foie gras sur le bien-être des canards a été présenté. Les résultats de ce rapport sont sans équivoque, la pratique du gavage est fortement préjudiciable au bien-être des canards. Il rejoint ainsi les conclusions du rapport du comité scientifique de la Commission européenne publié en 1998 : « Le gavage, tel qu’il est pratiqué aujourd’hui, est préjudiciable au bien-être des oiseaux ». D’après la directive 98/58/CE du Conseil du 20 juillet 1998 (Art. 14) concernant la protection des animaux dans les élevages : « Aucun animal n’est alimenté ou abreuvé de telle sorte qu’il en résulte des souffrances ou des dommages inutiles. »

Un foie dix fois supérieur au volume normal

Pour la production de foie gras, les oiseaux sont forcés deux fois par jour d’avaler une bouillie de maïs projetée par une pompe pneumatique jusqu’à l’apparition d’un état pathologique du foie : la stéatose hépatique. Pour ce faire, le gaveur saisit le cou de l’animal et y introduit un long tube métallique jusqu’à l’oesophage. À la fin de la période de gavage, le foie des animaux a atteint un volume dix fois supérieur au volume normal. Les canards peinent à se déplacer et halètent pour réguler leur température corporelle. On remarque aussi très souvent chez les oiseaux des lésions au cou, des inflammations et des infections. Sur les 12 jours qui marquent la période de gavage, le taux de mortalité des oiseaux est de 10 à 20 fois plus élevé que dans des élevages de canards de chair. En outre, la production de foie gras entraîne l’élimination (par broyage ou gazage) de millions d’individus femelles dont le foie, trop veineux, est inapte à la consommation en tant que foie gras.

Le gavage interdit dans plusieurs pays

Douze pays de l’Union européenne interdisent formellement le gavage ou interprètent les lois de protection
animale comme condamnant de facto cette pratique. Seuls 5 pays de l’UE produisent du foie gras (France, Espagne, Bulgarie, Hongrie, Belgique). Le gavage est également interdit en Israël, Suisse, Norvège, Argentine, Turquie ainsi que dans l’État de Californie aux États-Unis.

Proposition de loi

Lors de la conférence de presse organisée à l’Assemblée nationale, la députée écologiste Laurence Abeille a présenté une proposition de loi visant à interdire « le gavage des palmipèdes pour la production de foie gras ». Démarche courageuse, soutenue par la Fondation Brigitte Bardot et par une grande majorité de Français…

70 % des Français opposés au gavage

Dans un sondage IFOP pour la Fondation Brigitte Bardot « les Français et la pratique du gavage », janvier 2016, à la question « pour produire du foie gras, sachant qu’il existe des alternatives, seriez-vous favorable à l’interdiction du gavage ? », 70 % des Français répondent oui. L’interdiction du gavage est donc largement partagée et encore davantage chez les plus jeunes (76 % chez les moins de 35 ans). La production de foie gras entraîne la destruction de millions de canetons femelles, broyés vivants, car seuls les canards mâles sont gavés, à la question « cette pratique d’élevage vous semble-t-elle acceptable », 78 % des Français répondent non… Ils sont par ailleurs 65 % à considérer que la pratique du gavage est source de souffrance pour les oies et les canards. Il est donc temps de mettre un terme à cette pratique archaïque, barbare, qu’est le gavage. Face aux lobbies de l’industrie (la production de foie gras en est une), il sera difficile d’obtenir une interdiction en France, alors l’urgence est de cesser l’achat et la consommation de ce concentré de souffrance.

imprimer

Partager