Fin du calvaire pour Bolita et Charbon ! | Fondation Brigitte Bardot

Fin du calvaire pour Bolita et Charbon !

La Fondation reçoit constamment des appels de particuliers ou d’associations dénonçant les conditions de détention d’animaux, les agissements de propriétaires peu scrupuleux

Au secours de Bolita

Mme G. enquêtrice bénévole de la Fondation Brigitte Bardot a été contactée en février 2011 par une association locale qui dénonce un cas de maltraitance sur une jument handicapée. Face à ce témoignage, elle se rend aussitôt, chez M. R., éleveur qui détient cette jument. A son arrivée, Mme G. voit la jument en question. L’animal est maigre avec un genou très enflé ce qui entraîne une importante boiterie de l’antérieur droit.

Elle s’entretient alors avec M. R. pour en apprendre davantage. Il élève des chevaux de polo, et a acheté Bolita lorsqu’elle est arrivée d’Argentine (qui en réalité s’appelait Pelotita). Lors d’un transport, le van a eu un accident et la jument a été blessée mais jamais soignée. Cela ne l’a pas empêché le propriétaire de la faire pouliner et de vouloir s'en séparer une fois son poulain sevré.

M. R. accepte de céder à titre gracieux la jument à la Fondation. Devant l’état de misère de la jument, un vétérinaire a été dépêché le jour-même pour un bilan complet et notamment pour faire des radios de son genou.

Dès le lendemain, Bolita rejoint une association de protection locale. L’examen vétérinaire confirme une ancienne fracture non soignée. Son pronostic vital est engagé et selon le vétérinaire son état est irréversible. Qui plus est, la jument est en constante souffrance. La fracture n’ayant pas été soignée, les os se sont soudés tant bien que mal au fil du temps.

Durant 4 mois, la Fondation lui a fait prodiguer tous les traitements possibles pour la soulager de ses douleurs et lui redonner l'envie de se battre. Mais son état empirait de jour en jour et un abcès est même apparu sur le sabot de son antérieur valide l’obligeant à se coucher. Ses soigneurs l’ont relevée maintes fois mais le sort s’acharnait sur elle et devant une telle souffrance, et après plusieurs avis vétérinaires, nous avons dû nous résoudre à l’endormir définitivement.

Charbon vivait attaché à un arbre

Septembre 201, la Fondation Brigitte Bardot est alertée du sort du petit poney Charbon (qui en réalité est enregistré auprès des Haras Nationaux sous le nom de Coca). Selon le plaignant, il vit nuit et jour attaché à un arbre par une courte chaîne et il n’a pas accès à un point d’eau. Quand il n’est pas attaché, il est enfermé dans un petit "box" confiné et sans aucune lumière.

La Fondation envoie aussitôt un enquêteur. Malheureusement, il ne peut que constater les faits. Le propriétaire est un homme alcoolique connu dans le coin pour tuer ses chiens d’une balle dans la tête lorsqu’il a trop bu! Il dit ne pas donner d’eau à son poney parce qu’il en a peur et ne veut donc pas s’en approcher. Notre enquêteur obtient la cession de Charbon pour la Fondation et décide de le garder auprès de lui avec ses autres équidés.

imprimer

Partager