Scandale de la viande de cheval : Brigitte Bardot réagit à la diffusion d'"Envoyé Spécial" | Fondation Brigitte Bardot

Scandale de la viande de cheval : Brigitte Bardot réagit à la diffusion d'"Envoyé Spécial"

Donnons à cet animal le statut qu’il mérite en le faisant passer « d’animal de rente » à « animal de compagnie»

Le scandale de la viande de cheval.

Dénoncé officiellement et publiquement sans concession le jeudi 13 juin à 20h50 dans l’émission « Envoyé spécial » - France 2.

Lorsqu’un membre est gangréné, il faut l’amputer !

La seule et unique manière de démanteler rapidement l’immonde trafic mondial de la « viande de cheval » est de rendre légalement à cet animal le statut qu’il mérite en le faisant passer « d’animal de rente » à « animal domestique ». On ne peut amalgamer « la plus noble conquête de l’homme » à du bétail !

Le scandaleux mélange des genres dénoncé dans les plats préparés « Spanghero » n’a été suivi d’aucune enquête sérieuse et approfondie qu’aurait du exiger M. Le Foll, ministre de l’agriculture, que le consommateur était en droit d’espérer.

L’affaire est plus ou moins tombée dans l’oubli et toutes ces magouilles de filières mafieuses de viande ont continué leurs trafics sans avoir aucun problème.

Mais le scandale est revenu en puissance grâce à « Envoyé spécial » éclaboussant sans concession tous les responsables d’une mafia internationale sur laquelle notre gouvernement se garde bien d’intervenir. En poussant leur enquête en caméra cachée à la limite de la légalité autorisée, ne se souciant peu des âmes sensibles, approfondissant les recherches des différents A.D.N même dans les déchets les plus immondes appelés « MINERAI » dans le jargon de ces empoisonneurs professionnels, cette émission en découvrant la honte et l’horreur cachées a fait le travail qui aurait du être assumé par les responsables gouvernementaux de l’agriculture en France et dans les pays concernés non seulement ce trafic immonde, malsain mais extrêmement lucratif massacre par milliers les chevaux qui en sont les premières et malheureuses victimes, mais aussi met en danger la santé du consommateur auquel on fait ingurgiter d’infâmes bouillies d’abats, de déchets porteurs parfois de parasites comme la TRICHINOSE ou pire encore le CLENBUTEROL ou le PHENYLBUTAZONE avec lesquels certains chevaux impropres à la consommation ont été traités, mais qui finissent sans contrôle sur le marché, il n’y a pas de petits profits !

Pire encore : les étiquetages sont mensongers. Dernièrement dans le rayon froid d’un supermarché sur 3 plats préparés certifiés PUR BŒUF, 2 ont été identifiés comme pur cheval ! Quelle honte !!

La Belgique, l’Italie et la France restent les plus gros consommateurs encore au 21ème siècle de la viande de cheval. Les Etats-Unis vendent leurs chevaux réformés au Canada français. C’est au Québec que se trouvent un nombre impressionnant d’abattoirs pour chevaux. C’est à la chaîne, comme chez Renault qu’on les assassine au nombre de 600 par jour. L’enfer de l’enfer. Ensuite on trie les carcasses et on nous expédie le tout super congelé par tonnes de containers, cela passe par la Belgique qui se sert, ensuite la France, puis direction l’Italie.

Mais l’autre filière encore plus misérable et écœurante nous arrive des pays de l’est qui malgré leur pauvreté ne consomment pas de cheval. Alors ils nous envoient par camions de la mort tous leurs vieux chevaux, ceux qui ne leur sont plus d’aucune utilité, tenant à peine debout harassés, par l’esclavage subi toute leur vie, certains aveugles ou boiteux, des juments pleines, des poulains, tout ça entassés n’importe comment qui après avoir passé ce dernier voyage dans des conditions inhumaines de transport arrivant parfois morts à destination, se retrouvent exécutés sauvagement par les tueurs d’abattoirs et finissent dans les assiettes de ceux qui ont encore l’envie écœurante de digérer leur agonie.

Je me bats depuis le début des années 80, avec autant de volonté et de courage que pour les phoques pour tenter de sensibiliser l’opinion publique en dénonçant avec force cette intolérable et inhumaine habitude gastronomique sur la dangerosité de cette viande rapidement porteuse de parasites comme la TRICHINOSE, ce qui explique que les cantines l’ont interdite et qu’elle est peu appréciée des restaurateurs.

Dans un sondage IFOP de mars 2013, 64% des Français se disent favorables au changement juridique du cheval afin de lui éviter l’abattoir.

Nicolas Dupont-Aignan, député de l’Essonne va d’ici peu déposer une proposition de loi « visant à modifier le statut juridique du cheval le faisant passer d’animal de rente à animal de compagnie ».

Aidez-moi je vous en supplie à faire passer cette loi si importante, aidez-moi à soutenir ce dur combat contre la barbarie, afin de mettre définitivement un terme à toute cette horreur. Que la plus noble conquête de l’homme retrouve la dignité qui lui est due.

Je vous embrasse pleine d’espoir.

Brigitte Bardot

Juin 2013

imprimer

Partager