Importation de viande chevaline du Canada : Brigitte Bardot réagit | Fondation Brigitte Bardot

Importation de viande chevaline du Canada : Brigitte Bardot réagit

Alors que l’Union européenne interdit l'importation de viande chevaline depuis le Mexique, Brigitte Bardot s'adresse au commissaire européen Vytenis Andriukaitis afin d'étendre cette interdiction au Canada.

Monsieur le Commissaire,

Le 1er mars, l’Union européenne interdisait l’importation de viande chevaline en provenance du Mexique, ce pays étant dans l’incapacité d’assurer des contrôles attestant de la présence, ou non, dans cette viande de substances interdites en Europe.

Cette mesure nécessaire ne doit pas se limiter aux viandes importées du Mexique, le dernier rapport de l’Office Alimentaire et Vétérinaire sur la production, au Canada, de viande chevaline relève les mêmes doutes. Il est donc impératif d’agir avec la même fermeté et d’arrêter l’importation, dans l’Union européenne, de la viande chevaline provenant des abattoirs canadiens.

Ma Fondation soutient l’action entreprise auprès de vous par Humane Society International, il relève de vos compétences et responsabilités de veiller à protéger les consommateurs européens. L’absence de contrôles fiables au Mexique et au Canada sur ces viandes, particulièrement exposées aux produits chimiques non autorisés dans l’Union européenne, justifie pleinement une mesure drastique d’interdiction.

Nous sommes dans le principe de précaution, mais pour une fois ce principe n’entraînera pas la destruction massive d’animaux, comme nous l’avons vécu lors de précédentes crises sanitaires, il rejoint la préoccupation de nombreux citoyens européens. En effet, derrière les risques sanitaires, il y a aussi des cas de maltraitance sur les chevaux transportés durant des jours, à travers les Etats-Unis, jusqu’aux abattoirs canadiens ou mexicains.

Monsieur le Commissaire, je compte sur votre intervention immédiate, l’Union européenne ne doit plus autoriser l’importation de ces viandes douteuses, qui entraînent un risque sanitaire certain et une maltraitance animale avérée.

J’aimerais que les consommateurs, par choix éthique, ne consomment plus cette viande qui conduit à l’abattoir la plus noble conquête de l’homme… Quelle honte de traiter ainsi un animal qui nous accompagne et nous aide depuis des millénaires !

Je place mon espoir en vous et vous transmets mes remerciements anticipés.

Brigitte Bardot

Présidente

 

imprimer

Partager