Nadja et Pistache sauvés de la Boucherie ! | Fondation Brigitte Bardot
Chevaux | Sauvés de l'abattoir
Chevaux
Sauvés de l'abattoir

Nadja et Pistache sauvés de la Boucherie !

Chaque année ce sont près de 310 250 équidés qui prennent la route de l’abattoir. 72 % sont des chevaux légers et 21 % des chevaux lourds dont la moitié n’atteint pas les 2 ans ! Bien qu’une baisse de la consommation de viande chevaline ait été constatée, le nombre d’animaux tués est croissant. Toutes les semaines, nous recevons de nombreux appels ou mails pour sauver toutes sortes d’équidés de l’abattoir. Malheureusement, comme beaucoup d’associations, nos structures sont surchargées mais nous essayons de trouver une solution pour tous ces équidés.

Nadja, petit hongre aveugle

Comment se débarrasser d’un équidé « encombrant »? En le vendant à un maquignon! C’est ce qui est arrivé à Nadja qui s’est alors retrouvé à la foire aux chevaux de Gavray dans la Manche.

Nombreux sont les parents qui pour faire plaisir à leurs enfants, leur achètent un poney sans savoir que celui-ci peut vivre jusqu’à 40 ans.

Nadja fut acheté jeune, comme "cadeau", par la famille M. demeurant en Bretagne. A l’époque les enfants choyaient leurs compagnons mais aujourd’hui, ils sont grands et ne s’intéressent plus au poney qui est oublié dans le fond du jardin (de moins d’un hectare). Il est de trop.

La famille prend alors contact avec un marchand pour s’en débarrasser rapidement et le lui vend 50 €. Malheureusement, Nadja est maintenant vieux (24 ans) et ses chances de trouver une nouvelle famille sont minimes. Il se retrouve sur la foire aux chevaux à Gavray au prix de 150 €.

La Fondation Brigitte Bardot est alors contactée par Mme U. enquêtrice bénévole qui nous fait part du triste sort qui attend ce petit hongre borgne si personne ne le rachète. Hors de question pour la Fondation Brigitte Bardot de laisser partir ce vieux cheval dans les couloirs de la mort. Grâce à l’intervention rapide de notre enquêtrice, Nadja a pu intégrer notre refuge de la Mare Auzou dès le lendemain. Suite à la visite vétérinaire d’entrée, on apprend qu’il n’est pas seulement borgne mais bel et bien aveugle. Nous contactons alors les anciens propriétaires, ils ne s’en étaient même pas rendu compte

Pistache, sauvée grâce à ses voisins

Nous prenons aussitôt contact avec le propriétaire M. J., qui nous apprend qu’il a racheté cette jument 1 an auparavant à l’abattoir du coin, souhaitant en faire un cheval d’attelage. Or, il n’arrive pas à « dresser » Pistache et ne trouvant pas d’acheteur, il souhaite désormais s’en débarrasser. Comme tout agriculteur qui se respecte il la revend 1000 €. La Fondation rachète alors rapidement cette jument afin de l’accueillir au sein d’une de ses pensions dans laquelle se trouvent d’autres chevaux de la Fondation.

imprimer

Partager