Lettre ouverte au Préfet du Var | Fondation Brigitte Bardot

Lettre ouverte au Préfet du Var

Le 11 août 2015, Brigitte Bardot interpelle le Préfet du Var, afin qu'il intervienne face à l'état lamentable du zoo de Fréjus.

 

Monsieur le Préfet,

 

Vous êtes en fonction dans le Var depuis quelques mois maintenant et je tiens à vous alerter d’une situation scandaleuse, qui ne fait qu’empirer depuis des années avec la bienveillance coupable des services de l’Etat. Je parle de ce mouroir qu’est le zoo de Fréjus, une honte où les bêtes sont maintenues dans des conditions indignes, qui ne répondent nullement aux « impératifs biologiques » des espèces exhibées comme l’impose pourtant le code rural.

 

Ma Fondation a été reçue par les services vétérinaires du Var, des engagements ont été pris pour enrichir les enclos, réaménager l’espace de ce zoo en tenant compte des besoins de ces malheureux animaux captifs, notamment les éléphants dont la détresse est insupportable.

 

Nous avons été patients, confiants, mais chaque minute passée à attendre une hypothétique amélioration est une minute de calvaire pour les animaux condamnés à perpétuité, emprisonnés dans les geôles de cet immonde zoo. Moi je ne veux plus attendre, je ne veux plus fermer les yeux et m’en remettre à ceux qui font des promesses sans jamais les tenir… Il faut agir, agir vite car nous ne devons plus tolérer l’intolérable !

 

Il y a quelques années ma Fondation a transféré, en Afrique du Sud, un hippopotame saisi dans un cirque Zavatta, non capacitaire, qui avait été cédé par le zoo de Fréjus. La preuve que derrière les grilles de cette prison, des petits arrangements entre amis s’organisent…

 

Monsieur le Préfet, je vous demande de faire preuve de la plus grande fermeté face aux dirigeants de ce zoo qui, par leur je-m’en-foutisme, insultent et provoquent l’autorité que vous représentez dans le Var.

 

S’il s’agissait d’un refuge accueillant des animaux en souffrance, vos services auraient fait preuve de la plus grande intransigeance, alors j’aimerais que cette rigueur ne soit pas à sens unique et qu’elle soit dirigée, aussi, envers ceux qui exploitent les animaux.

 

Je compte sur votre intervention immédiate et place en vous l’espoir qu’il me reste.

 

                                                                                   Brigitte Bardot

                                                                                   Présidente

imprimer

Partager