La FBB partenaire du projet de l’association Elephant Haven | Fondation Brigitte Bardot

La FBB partenaire du projet de l’association Elephant Haven

Vendredi 16 février 2018, la FBB annonce son partenariat avec l’association Elephant Haven et le financement du projet de dortoir des éléphants.

Dans le cadre de la création de la première « maison de retraite » pour éléphants de France par l’association Elephant Haven, la Fondation Brigitte Bardot devient partenaire du projet.
Elle financera à hauteur de 350 000 € le dortoir des éléphants.

 

Pour libérer les éléphants exploités dans les cirques :

la Fondation Brigitte Bardot partenaire d’Elephant Haven

Un sanctuaire pour éléphants dans le Limousin cela peut surprendre, mais les porteurs du projet ont réalisé une étude sur les besoins des éléphants (asiatiques et africains) susceptibles d’être recueillis. Le terrain vallonné, boisé, loin de toute habitation au cœur du parc naturel régional du Périgord s’est vite distingué des autres sites initialement envisagés.

1er sanctuaire européen pour éléphants
Elephant Haven est né d’un constat : de plus en plus de pays européens* interdisent l’exploitation d’animaux sauvages dans les cirques et il reste une centaine d’éléphants exploités mais vieillissants, ces animaux souffrent de leurs conditions de détention totalement inadaptées à leurs besoins. Alors qu’ils parcourent dans la nature des dizaines de kilomètres chaque jour, en colonie hiérarchisée et soudée, prisonniers des cirques ils se retrouvent isolés dans des camions cages, les muscles atrophiés par manque d’exercice, malheureux esclaves condamnés à une vie de misère.

Les soigneurs animaliers, originaires de Belgique flamande, à l’origine d’Elephant Haven ont déplacé des montages pour faire vivre leur projet. Après l’achat du terrain (qui pourra ultérieurement être agrandi), l’obtention du permis de construire et de l’autorisation d’ouverture, il leur fallait encore trouver les fonds pour aménager le site avant l’arrivée des premiers rescapés. 

Sans lieu d’accueil, pas de sauvetage possible

Ce que nous avons appris au fil du temps c’est qu’une campagne de sensibilisation, de pétitions, d’appels pour tel ou tel éléphant en souffrance, tout cela ne sert à rien si nous ne sommes pas en mesure de proposer un lieu d’accueil pour l’animal en question. Les autorités peuvent constater les infractions, verbaliser, mais ne pourront procéder au retrait de l’animal. Nous l’avons constaté notamment lors de la saisie de l’hippopotame Tonga (cirque Zavatta) retardée pendant des mois afin d’organiser le transfert en Afrique du Sud faute de possibilité de placement en France.

Après cette expérience et quelques autres, nous avons participé à la création (et participons encore) de l’association Tonga Terre d’Accueil qui a permis le sauvetage de nombreux félins et primates (financement par la FBB de structures pour ces deux espèces).

En 2018, la Fondation financera également la réhabilitation d’enclos primates au refuge de l’Arche, refuge pionnier dans lequel la FBB a également financé une nouvelle quarantaine réglementaire qui a permis le sauvetage des deux macaques rescapés de la tuerie administrative de Labenne (Landes).

Un abri financé par la Fondation

Pour accueillir des éléphants, il faut prévoir une infrastructure à la hauteur de ces animaux. Même affaiblis par des années de captivité, ils restent des géants avec une force incomparablement supérieure à la nôtre. L’expertise du maître d’œuvre, la qualité et résistance des matériaux utilisés, tout cela a un coût et notre Fondation a dû investir pas moins de 350 000 € pour l’aménagement de l’abri d’hiver et adapté aux soins des animaux. Localement, une formidable chaîne de solidarité s’est créée, nombreux dons d’entreprises, participation active de bénévoles qui ont notamment réalisé la clôture d’enceinte.

En Marche vers la libération animale

Avec Elephant Haven, les victimes exploitées dans des cirques pourront bientôt trouver un havre de paix, bénéficier d’une « retraite » bien méritée… Dans quelques mois la structure pourra accueillir ses premiers éléphants, les autorités françaises ne pourront plus alors se cacher derrière de fausses excuses, elles devront se mettre en marche vers la libération des animaux de cirque et interdire leur exploitation comme l’ont déjà fait de nombreux pays européens. C’est le sens de l’histoire, évoluer vers une prise en compte de la sensibilité animale, remettre en cause certaines pratiques hier tolérées mais aujourd’hui considérées comme étant archaïque et cruelles… Tout ne se fera pas en un jour, hélas, mais ce projet est une pierre à l’édifice.

La Fondation Brigitte Bardot est partenaire principal d’Elephant Haven car si nous voulons obtenir, demain, la fin de l’exploitation des éléphants dans les cirques il faut y travailler dès aujourd’hui !

* Actuellement, 21 Etats membres ont adopté des restrictions quant à l’utilisation des animaux sauvages dans les cirques parmi lesquels 13 Etats l’ont complètement interdit (Autriche, Belgique, Bulgarie, Croatie, Chypre, Grèce, Irlande, Italie, Lettonie, Malte, Pays-Bas, Roumanie, Slovénie).
 

Les médias parlent de notre partenariat :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/haute-vienne/fondation-brigitte-bardot-visite-maison-retraite-elephants-1425485.html

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/la-fondation-brigitte-bardot-donne-350-000-euros-a-l-association-limousine-elephant-haven-1518804354

imprimer

Partager