La guerre du requin est déclarée à la Réunion | Fondation Brigitte Bardot

La guerre du requin est déclarée à la Réunion

Crise requin à la Réunion : chronique d'un hold-up !

10 associations (5 nationales, 5 réunionnaises) s'unissent autour d'un manifeste commun à signer par le plus grand nombre pour stopper le massacre des requins côtiers de la Réunion.

Depuis deux ans, la "crise requin" qui frappe l’Ile de la Réunion ne fait que s’envenimer. Elle a atteint son paroxysme dernièrement.

Aujourd’hui, la raison a perdu tout droit de cité et nous assistons à un véritable hold-up sur ce dossier qui nous concerne tous mais qui a été phagocyté par une poignée d'individus, peu représentatifs de la population réunionnaise.

Vous pouvez soutenir notre manifeste en signant la pétition ICI

Un Préfet shérif à la Réunion

La décision récente du Préfet de la Reunion ouvre la chasse aux sorcières : 45 requins bouledogue et 45 requins tigre - espèces dont le statut IUCN est "quasi menacé"- sont ainsi promis à une mort certaine. Une décision unilatérale aux relents moyenâgeux, prise par un préfet qui avoue lui même ne pas savoir où il va : "Nous avançons à tâtons mais ça n’est pas une raison pour ne pas le faire", sans aucune consultation publique, sans aucune validation scientifique et avec des deniers qui ne lui appartiennent pas. Tout le monde sait bien que la mort de ces 90 individus (hors prises accessoires) ne règlera pas le problème. La chasse aux requins relève donc de l'offrande sacrificielle sur l'autel du clientélisme, ce qui autorise à s'interroger sur le réel développement de notre société dite "civilisée".

La situation est devenue tellement ubuesque qu’il est aujourd’hui question de valider le projet CAP REQUIN (programme de pêche à long terme). Pêcher le requin aux frais de l’Etat (et donc à nos frais) est si lucratif pour les heureux élus que les pêcheurs locaux en sont déjà à se disputer le bout de gras : "Ca rapporte plus que de chasser l’espadon ou le thon !", peut on déjà lire dans la presse locale.

Image désastreuse de la Réunion

La gestion catastrophique de cette crise par l'Etat français est déjà en train d'entacher l'image de la Réunion à l'étranger. Ce patrimoine mondial de l’Humanité classé à l’UNESCO est en train de devenir "cette île où l’on tue massivement les requins" comme on peut déjà le lire dans la presse internationale.

Dans le même temps, la Réserve Marine, accusée à tort d’être un “garde manger” pour les requins est contrainte au mutisme par l’Etat alors même que ses détracteurs se déchaînent librement contre elle dans les médias et sur les réseaux sociaux, allant même dernièrement jusqu’à la traiter “d’assassin”.

C’est dans ce contexte non républicain que plusieurs associations se sont regroupées autour d’un manifeste demandant à l’Etat français de revoir sa copie de toute urgence et de justifier ses prises de décision.

Ce texte, également disponible en anglais, est très largement diffusé sur les réseaux internationaux. Les associations, clubs de plongée, clubs de surf, entreprises sont invitées à le signer en se rapprochant de l’association de leur choix parmi les associations auteurs/premiers signataires du manifeste.

Appel au soutien du manifeste

Parrallèlement à cela, une pétition reprenant le texte est mise en ligne sur Change.org (colonne de droite), elle peut être signée par tous ceux qui adhèrent à son contenu et exigent que l’Etat français motive ses prises de décisions par des arguments scientifiques valables, et cesse de sacrifier les intérêts essentiels du plus grand nombre aux intérêts superflus de quelques-uns.

Une réserve marine intègre, un écosystème marin riche et équilibré, un récif corallien en bonne santé, tel est l’intérêt commun, tel est le patrimoine mondial de l’Humanité que l'UNESCO a choisi de reconnaître en 2010, celui qui servira à l’épanouissement économique, culturel et environnemental de la génération actuelle et des générations futures. Tel est le patrimoine qui fera rayonner l'image de La Réunion à l'international. C’est cela que l’Etat français se doit de protéger en priorité. Or c'est cela qu'il est en train de sacrifier.

Vous pouvez soutenir notre manifeste en signant la pétition ICI

imprimer

Partager