Sauvetages | Fondation Brigitte Bardot
Fifi, le sanglier
Fifi, le sanglier
Tonga l'hippopotame dans un environnement naturel
Tonga l'hippopotame dans un environnement naturel
En route vers un monde meilleur
En route vers un monde meilleur

Les raisons d’agir

Condamnés à mort, ils sont sauvés par la Fondation

Souvent alertée par les médias, des particuliers ou d’autres associations, la Fondation Brigitte Bardot intervient pour trouver des solutions de placement à de nombreux animaux sauvages menacés de mort. Ces animaux sauvages sont souvent détenus de manière illégale ou bien dans de mauvaises conditions et doivent être placés dans des structures adaptées sous peine d’être abattus ou bien euthanasiés. Une course contre la montre s’en suit pour les sauver …

Il faut sauver Bambi, Fifi et Zouzou

L’abattage ou l’euthanasie d’un animal ne doit jamais être une solution satisfaisante pour tout être humain sensible que cet animal soit détenu légalement ou illégalement d’ailleurs. Dans la majorité des cas, les animaux s’habituent très vite à la présence des hommes et ne pourraient pas être relâchés dans leur milieu naturel car ils ne savent pas trouver leur nourriture tout seul…

La législation française est très stricte à ce sujet et n’autorise la détention d’animaux sauvages chez des particuliers uniquement dans des cas bien précis. Ainsi, pour certaines espèces comme le wallaby de Benett, les daims et les sangliers, il est nécessaire d’obtenir une autorisation préfectorale de détention pour pouvoir garder l’animal en question tout en respectant des conditions de détention bien définies.

Souvent, les particuliers ignorent totalement la loi et se retrouvent en infraction bien malgré eux… Ils pensaient faire une bonne action en sauvant un animal d’une mort certaine et font la une des journaux pour essayer de lui sauver la vie une seconde fois.

Les histoires de ce genre sont nombreuses: celle du renard Zouzou en Dordogne a défrayé la chronique en juillet 2011 peu après la fin heureuse de la laie Fifi sauvée par M. Wenger près de Châteauroux. Dernièrement, c’est la chevrette Bambi qui a suscité la mobilisation du public face à la détresse de ses propriétaires refusant de s’en séparer…

Notre position

La Fondation Brigitte Bardot est opposée à la détention d’animaux sauvages chez des particuliers. En effet, nous nous devons de respecter le caractère sauvage de ces animaux qui n’ont rien à faire au milieu des humains, chouchoutés, embrassés, caressés mais retenus captifs et dénaturés.

Renard, sanglier ou faon dans la cuisine ...

Lors d’une promenade en forêts, si vous découvrez un renardeau, un marcassin ou bien un faon que vous pensez abandonné, ne le touchez pas ! Sa mère n’est pas très loin et reviendra le chercher …Toutefois, il arrive que certains animaux soient blessés et incapables de se débrouiller … le bon réflexe est d’alerter immédiatement le centre de soins le plus proche afin que l’animal soit pris en charge par des spécialistes. Ne garder jamais un animal sauvage chez vous sans en mesurer les inévitables conséquences. En effet, l’imprégnation de l’animal rendra impossible son retour à la nature…

Zèbre, wallaby et magots dans le jardin…

Des animaux plus exotiques doivent aussi être secourus. Ainsi, la Fondation Brigitte Bardot a été sollicitée pour sauver un fennec, un zèbre, un wallaby, une tortue pelomedusa ainsi que des chimpanzés et de nombreux magots.Bien entendu, tous ces animaux exotiques doivent bénéficier de structures adaptées et conformes à la législation française.

Animaux saisis dans les cirques

Les gens du cirque clament haut et fort l’amour qu’ils portent à leurs animaux… malheureusement, cet amour peut se manifester par des actes de maltraitance! Quand les autorités décident de confisquer un animal sauvage, il faut lui trouver un site d’accueil adapté. La Fondation Brigitte Bardot soutient depuis de nombreuses années le Refuge de l’Arche ainsi que la nouvelle structure créée après le sauvetage de l’hippopotame Tonga et qui porte son nom.

imprimer

Partager