Lettre ouverte au maire d'Appietto en Corse | Fondation Brigitte Bardot

Lettre ouverte au maire d'Appietto en Corse

Lettre ouverte de la Fondation Brigitte Bardot au maire de la ville d'Appietto en Corse pour dénoncer un nouveau spectacle de montreur d’ours, de loups et de rapaces prévu les 25, 26 et 27 novembre prochains.

Monsieur le Maire,

Nous venons d’apprendre la tenue d’un spectacle de montreur d’ours, de loups et de rapaces prévu les 25, 26 et 27 novembre prochains dans le cadre du marché de Noël organisé par votre ville sur le plateau de Saint-Cyr. De nombreuses associations mènent actuellement une action de sensibilisation* à ce sujet auprès des mairies et nous souhaitons vous faire part de nos arguments.

Savez-vous notamment que l’ours est l’une des espèces les plus persécutées par l’homme dans le monde : combats d’ours au Pakistan, fermes d’élevage pour la bile en Chine, ours dansants dans les Balkans, sans compter le lourd tribut qu’il paie aux chasseurs (et ceci même en France !). Depuis de nombreuses années, des campagnes internationales sont menées pour dénoncer l’utilisation scandaleuse de ces animaux dans certains pays où ces coutumes moyenâgeuses sont encore pratiquées. Des avancées non négligeables sont obtenues ; c’est le cas en Bulgarie où la Fondation a aménagé le premier parc d’accueil pour ours dansants dans les Balkans avec le soutien des autorités bulgares.

Nous en appelons à vos qualités de cœur afin que vous preniez conscience du caractère indigne et immoral de telles exhibitions dans lesquelles la nature même de l’animal est inhibée, asservie pour le seul plaisir de l’homme. Il ne faut pas oublier que la plupart du temps, ces animaux sont enfermés dans leur petite cage et trimbalés sur les routes de France, d’une ville à l’autre. Pour 1 heure de spectacle par jour, combien de km vivent-ils enfermés ? Ne pensez-vous pas que cela relève également d’une certaine forme de maltraitance ?

Par ailleurs, qu’en est-il de la sécurité du public lors de telles exhibitions ? L’ours, même asservi, reste un animal sauvage avec des réactions imprévisibles… Faudra-t-il, encore une fois, qu’un accident mortel se produise pour que les bonnes décisions soient enfin prises !

Par ailleurs, la détention de ces animaux sauvages est très réglementée et fait l’objet de nombreux contrôles de la part de l’ONCFS et des Services Vétérinaires. Ainsi, vous devez savoir que le dresseur Jean-Philippe Roman fait l’objet d’une procédure pour détention irrégulière d’espèces non domestiques et qu’il doit passer devant le Tribunal Correctionnel de Valence le 2 décembre prochain. Nous alertons également l’ONCFS à ce sujet.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Maire, en l’expression de nos salutations distinguées.

imprimer

Partager