Corrida inscrite au patrimoine immatériel... | Fondation Brigitte Bardot

Corrida inscrite au patrimoine immatériel...

La Honte !

Le 22 avril 2011, les milieux taurins se gargarisent, la tauromachie vient en effet d’être recensée au patrimoine culturel immatériel de la France… Brigitte Bardot intervient aussitôt sur RTL et se dit scandalisée : "ce sont des choses barbares et sanguinaires, qui n'ont rien à voir avec la culture française".

Chronologie

Le 23 avril, la Fondation Brigitte Bardot intervient aux JT de France 3 et de TF1 pour dénoncer la décision du ministère de la Culture qui glorifie un acte de cruauté, passible de 30 000 € d’amende et de 2 ans d’emprisonnement, qui ne relève pas de la "culture" mais bien de la torture animale.

Le 25 avril, Brigitte Bardot adresse une lettre ouverte à Frédéric Mitterrand, ministre de "l’Inculture", et déclare "vous venez de faire la plus grosse connerie de votre vie !". La Présidente de la Fondation Brigitte Bardot invite le ministre à revenir sur sa décision : "Seuls les imbéciles ne changeant pas d’avis il serait encore temps de revenir sur cette scandaleuse décision, mais à croire votre manière de vous comporter je crains que votre Q.I. n’atteigne pas la moyenne nécessaire à ce démenti urgent."

Frédéric Mitterrand répond à Brigitte Bardot

Le 27 avril, interrogé par l’AFP, le ministre répond à Brigitte Bardot qu’il n’a "pas de sympathie particulière pour la tauromachie, ni pour la chasse à courre, ni pour la mise à mort des animaux pour la fourrure, ni pour le transport des animaux dans des conditions dégradantes", Frédéric Mitterrand ajoute : "L'inscription de la tauromachie dans un simple inventaire patrimonial qui est fait chaque année par le ministère de la Culture n'a pas d'autre valeur que d'appartenir à un inventaire, ça ne veut absolument pas dire que le ministère de la Culture soutiendra ou soutiendrait la candidature de la tauromachie au patrimoine immatériel de l'Unesco." Le lendemain, le ministre est l’invité de Christophe Barbier sur LCI, là il est encore plus catégorique sur la tauromachie, à la question "vous ne la présenterez pas pour le patrimoine immatériel de l’UNESCO ?" Frédéric Mitterrand répond : "Jamais, jamais, jamais" et ajoute "j’ai le plus grand respect pour les combats de Brigitte Bardot. Ce respect le ministre le confirmera par une lettre adressée à notre présidente et un appel téléphonique à la Madrague au cours duquel Brigitte Bardot et Frédéric Mitterrand s’entendront sur le fait que la corrida ne fait nullement partie du patrimoine "culturel" des Français.

L’action se poursuit

En dépit de ce sévère camouflet infligé aux pro-corridas, ce qui est légitime car la tauromachie est un acte de barbarie, la FBB souhaite toutefois maintenir la pression auprès du ministère de la Culture tant que la corrida restera inscrite à l’inventaire du patrimoine culturel de la France.

Le 28 avril, 50 députés de toute tendance politique adressent un appel au ministre de la Culture via un communiqué de presse au titre accusateur "la torture inscrite au patrimoine immatériel français". Les élus interrogent le ministre "Comment un acte d’une telle portée sociétale et politique peut-il avoir été dicté par une commission technique non spécifiquement missionnée à cette fin ?" et se disent indignés "contre une telle reconnaissance vis-à-vis de ce qui demeure une exception scandaleuse et fragile à la pénalisation des cruautés et sévices faits aux animaux en France". En conclusion, les députés exigent "le retrait immédiat de cette inscription inique qui élève au rang de culture l'indignité d'une cruauté assouvie en toute connaissance de cause sur des êtres vivants doués de sensibilité. Il siérait mieux à la République de promouvoir et de valoriser le respect du vivant plutôt que la mise en spectacle d'actes de cruauté sur des animaux, étrangère à toute forme de culture."

Le 2 mai, une lettre ouverte est publiée en plein page de l’édition nationale du "Parisien" signée par sept organisations de protection des animaux (aux côtés de l’Alliance Anticorrida, à l’initiative de cette lettre, se sont rassemblées les Fondations Brigitte Bardot, Assistance aux Animaux, 30 Millions d’Amis, mais aussi la Confédération des SPA de France, la Ligue pour la protection du cheval et l’Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs). Appel lancé au ministre de la Culture : "Au nom de nos 719.000 membres, nous vous demandons de procéder à l'annulation de ce classement qui constitue une régression majeure et ternit l’image de notre pays". Pour les associations : "cette inscription serait le fruit du travail d’une commission présentée comme "indépendante" mais en réalité exclusivement composée de personnes favorables à la corrida, voire directement impliquées dans l’activité tauromachique. Il s’agit donc là d’une décision totalement arbitraire".

France 3

Intervention de la Fondation Brigitte Bardot

imprimer

Partager