Baby et Népal sont sauvées ! | Fondation Brigitte Bardot
Baby et Népal au Mont Agel. Photo Cyril Dodergny
Baby et Népal au Mont Agel. Photo Cyril Dodergny
Baby et Népal au Mont Agel. Photo Nicolas Saussier
Baby et Népal au Mont Agel. Photo Nicolas Saussier
Baby et Népal au Mont Agel. Photo Cyril Dodergny
Baby et Népal au Mont Agel. Photo Cyril Dodergny
Manifestation du 10 février. Photo Loan Ego
Manifestation du 10 février. Photo Loan Ego
Baby et Népal au Mont Agel. Photo Nicolas Saussier
Baby et Népal au Mont Agel. Photo Nicolas Saussier
Baby et Nepal. Photo Respect Animal
Baby et Nepal. Photo Respect Animal
Baby et Népal au Mont Agel. Photo Nicolas Saussier
Baby et Népal au Mont Agel. Photo Nicolas Saussier
Baby et Népal, parc de la Tête d'Or, photo d'archive
Baby et Népal, parc de la Tête d'Or, photo d'archive
Manifestation du 10 février. Photo Respect Animal
Manifestation du 10 février. Photo Respect Animal
Manifestation devant le Parc de la Tête d'Or, dimanche 6 janvier 2013
Manifestation devant le Parc de la Tête d'Or, dimanche 6 janvier 2013
Manifestation du 10 février. Photo Respect Animal
Manifestation du 10 février. Photo Respect Animal
Le 6 janvier 2013, un dessin d'enfant pour soutenir Baby et Népal
Le 6 janvier 2013, un dessin d'enfant pour soutenir Baby et Népal
Manifestation du 10 février. Photo Respect Animal
Manifestation du 10 février. Photo Respect Animal
Manifestation du 10 février. Photo Respect Animal
Manifestation du 10 février. Photo Respect Animal

Baby et Népal sont sauvées !

Chronologie d'un combat

  • Septembre : les éléphantes sont au Mont Agel, dans un parc conçu spécialement pour elles. Lire l'article de Nice Matin ici et celui du magazine  Gala ici. Page Facebook Baby et Népal à visiter ici .
  • 22 mai : Près de six mois après le début de l’affaire, le tribunal administratif de Lyon annule l'arrêté préfectoral qui ordonnait l'abattage des deux éléphantes. Elles vont être transférées chez Stéphanie de Monaco, où elles subiront de nouveaux tests sérologiques.
  • 03 avril : le préfet du Rhône, Jean-François Carenco annonce que les éléphantes vont être accueillies dans une propriété de la famille Grimaldi au Roc Agel, sur les hauteurs de Monaco. Regarder le reportage et l'interview de notre porte parole sur la colonne de droite.
  • 15 mars : la Fondation reçoit une réponse du Ministère de l'Agriculture
  • 27 février : le Conseil d’Etat désavoue le Préfet du Rhône, C’est un soulagement. L’urgence maintenant est de commencer les tests sur ces éléphantes, nous attendons toujours le feu vert du ministère de l’Agriculture alors que la Fondation s’est engagée, depuis plusieurs semaines déjà, à financer les tests sérologiques. Lire la réaction de Brigitte Bardot dans son intégralité en cliquant sur l'image à gauche.
  • 20 février : A l’issue de l’audience au Conseil d'Etat, le rapporteur public préconise la suspension de l'arrêté d'euthanasie des deux pachydermes, estimant qu'il pése dessus un soupçon "d'illégalité" . Il considére en effet que cette décision a été prise sans examen préalable de "mesures moins radicales". Christophe Marie, porte parole de la Fondation et présent à l'audience écrit sur twitter "On ne voit pas comment le Conseil d'Etat ne suivrait pas le rapporteur public qui attaque la validité de l'arrêté préfectoral".
  • 17 février, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, accorde un nouveau sursis de 40 jours aux éléphantes.
  • 15 février, nouvelle intervention de la Fondation Brigitte Bardot auprès du Préfet du Rhône pour lui demander d'autoriser (enfin !) les tests sur Baby et Népal.
  • 10 février 2013, plus de 200 manifestants rassemblés devant le zoo de Lyon. Appelé à se prononcer sur l'arrêté préfectoral demandant l'euthanasie, le Conseil d'Etat pourrait ne pas le remettre en cause, amenant ainsi le Préfet à faire procéder à l'exécution des animaux.  La Fondation dénonce l'absence d'un protocole de tests systématiques dans les zoos en France, contrairement aux Etats-Unis par exemple.
  • 06 février 2013, Brigitte Bardot demande à la ministre de l'Ecologie de prendre position et d'autoriser la mise en place immédiate des tests sérologiques (financés par la FBB).
  • 24 janvier 2013, Brigitte Bardot somme Stéphane Le Foll d'autoriser les tests sérologiques et dénonce la politique "absurde" des autorités.
  • 17 janvier 2013, La Fondation Brigitte Bardot reçue au ministère de l' Agriculture (voir vidéo colonne de droite).
  • 16 janvier 2013, Le Préfet de Région, Jean-François Carenco accorde un délai de 40 jours à Baby et Népal, portant au 19 février la date limite de leur exécution. Dans son nouvel arrêté, il explique vouloir donner au Conseil d'Etat le temps de statuer.
  • 14 janvier 2013, Brigitte Bardot reçoit la réponse de François Hollande : "la décision d'euthanasie des 2 éléphantes a été suspendue. J'ai demandé au ministre de l'Agriculture d'approfondir les éléments de diagnostic sur l'état sanitaire des animaux et sur la réalité des traitements disponibles en cas d'atteinte par la tuberculose, sur la base notamment des éléments que lui communiquera votre Fondation".
  • 08 janvier 2013, la Fondation reçoit la réponse du Préfet qui maintient la décision d'euthanasie et s'oppose au transfert des éléphantes même pour une mise en quarantaine... La FBB poursuit son action auprès du gouvernement.
  • 07 janvier 2013, Brigitte Bardot fait publier une tribune dans le Nouvel Observateur +. Lire ici
  • 04 janvier 2013, Brigitte Bardot diffuse un communiqué.
  • 03 janvier 2013, Le Préfet de Région, Jean-François Carenco a décidé de suspendre l'abattage de Baby et de Népal, les deux éléphantes du zoo de Lyon, le temps que le Conseil d'État statue.
  • 02 janvier 2013, Brigitte Bardot demande au Président François Hollande de "gracier ces animaux innocents qui ne doivent pas être condamnés à mort..."
  • 28 décembre 2012 : Brigitte Bardot accorde deux entretiens aux quotidiens Le Parisien et Le Progrès dans lesquels elle réaffirme sa volonté de s’occuper des deux éléphantes Baby et Népal, pour lire les articles, cliquer sur les images de gauche.
  • 27 décembre 2012, la Fondation sollicite l'arbitrage du Ministre de l'agriculture, Stéphane le Foll face à la menace d'euthanasie des deux éléphantes du parc de la Tête d'Or.
  • 24 décembre 2012 , Brigitte Bardot demande que les deux éléphantes Baby et Népal soient confiées à  la Fondation , dans une lettre ouverte au préfet du Rhône.

Pour télécharger l'intégralité des lettres, voir ci-contre (colonne de droite)

Baby et Népal n’ont pas à payer de leur vie les négligences de Monsieur Edelstein !

"Ma Fondation a déjà pris en charge de nombreux animaux sauvages saisis de cirques mouroirs, nous avons même financé une structure d’accueil pour les félins, très nombreux à vivre l’enfer dans leur cage de transport. Nous avons pris en charge également un hippopotame maltraité chez Zavatta pour le transférer en Afrique du Sud dans une réserve naturelle et participons, depuis des années, au financement d’un hôpital pour éléphants en Thaïlande…"

Les animaux de cirques sont condamnés à l’esclavage, c’est une horreur absolue !

"Le cirque Pinder n’a d’autre objectif qu’exploiter les animaux jusqu’à la mort, c’est pourquoi je vous demande, Monsieur le Préfet, de prendre un nouvel arrêté non plus d’abattage des éléphantes Baby et Népal mais de saisie afin que ces animaux soient confiés à ma Fondation qui pourra leur assurer une fin de vie digne, dans un parc de quarantaine où elles pourront être soignées sans risque de contamination avec d’autres animaux ou du public."

(Extrait de la lettre de Brigitte Bardot au Préfet du Rhône)

Le 21 décembre, la Fondation Brigitte Bardot dénonce la condamnation à mort des deux éléphants tuberculeux de Lyon dans un communiqué de presse

Le Tribunal Administratif de Lyon vient de condamner à mort les deux éléphantes Baby et Népal.

Face à cette décision révoltante et inhumaine, Madame Brigitte Bardot et sa Fondation s’indignent et accusent :

  • Les cirques qui exploitent de façon ignoble et dans des conditions inadaptées les animaux sauvages comme les éléphants, enchaînés toute leur vie comme des esclaves pour le seul plaisir de l’homme.
  • Tous les zoos qui présentent des espèces sauvages dans des enclos misérables et qui n’interviennent pas pour les sauver de l’extinction.
  • Les autorités sanitaires qui sont parfaitement conscientes des risques humains mais qui ne jouent pas leur rôle d’alerte : la tuberculose est présente chez les éléphants mais le dépistage n’est pas obligatoire ! Si tous les éléphants présents sur notre territoire devaient être testés, il faudrait ensuite prononcer l’euthanasie de 25% d’entre eux !
  • L’Etat français qui « baisse son pantalon » devant les circassiens en les autorisant à continuer leur honteux business contre l’avis des associations de protection animale.

Ce même état devrait plutôt agir contre le trafic d’ivoire et intervenir fermement à la CITES pour protéger toutes les populations d’éléphants en danger d’extinction en Afrique et en Asie.

Les animaux sauvages ne sont pas des jouets !

Il faut arrêter de se cacher derrière la magie du cirque et dénoncer cet odieux mensonge des circassiens qui prétendent aimer leurs animaux !

Dites non aux animaux sauvages dans les cirques !

Dites non à la maltraitance !

 

Sauvons Baby et Népal

Rassemblement du 10 février 2013 à Lyon

imprimer

Partager

Subscribe to Syndication