lettre ouverte | Fondation Brigitte Bardot

L'appel de la FBB à Mr. le maire Olivier Bianchi, pour faire de Clermont-Ferrand une ville respectueuse des animaux

L'appel de la FBB à Mr. le maire Olivier Bianchi, pour faire de Clermont-Ferrand une ville respectueuse des animaux

 

Monsieur le Maire,

 

La venue à Clermont-Ferrand du cirque « la piste d’or » avec l’éléphante Maya, âgée de 55 ans, soulève une vague de protestations comme en témoigne la pétition de l’association le C.H.A.N.T. (Cohabitation Harmonieuse avec les autres Animaux et la Nature sur Terre) qui, en quelques jours, compte déjà plus de 70 000 signatures.

 

Exploitée depuis des décennies, Maya présente d’importants troubles et un affaiblissement général qui nécessiteraient une mise au repos. Aucun cirque ne pourra jamais offrir les conditions de vie dont les animaux ont besoin. Même nés en captivité, les ours, éléphants, tigres, lions, hippopotames, singes souffrent de détresse psychologique : automutilation, balancement incessant de la tête pour l’ours ou l’éléphant, allées et venues permanentes pour les félins, léchage à outrance pour les primates... Ils développent des pathologies liées au stress de la captivité pouvant générer un comportement dangereux.

 

Selon Kuntz, spécialiste des éléphants dans les cirques, la position assise chez l’éléphant, peut conduire à « un état grave qui peut entraîner la mort si les organes concernés par le prolapsus (intestins, vessie, utérus) subissent un étranglement et se nécrosen». Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, le respect de l’animal passe aussi par le refus d’emprisonner la vie sauvage.

 

Nous souhaiterions que vous preniez conscience de la cruauté de ces exhibitions dans lesquelles la nature même de l’animal est inhibée, asservie pour le seul plaisir de l’homme.

 

De plus en plus de pays* prennent des mesures pour limiter et même interdire la présence d’animaux dans les cirques, des villes françaises suivent le même mouvement de progrès. Nous espérons que, sous votre influence, la ville de Clermont-Ferrand refusera à son tour la présence de cirque avec animaux et qu’elle annulera les représentations prévues du 14 au 21 décembre.

 

Ne soyez pas sourd à notre appel et à celui des nombreux signataires de la pétition qui vous est adressée, nous plaçons notre espoir en vous et vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, nos salutations distinguées.

 

Christophe Marie
Directeur Pôle Protection Animale.

 

(*) Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Costa Rica, Danemark, Finlande, Inde, Israël, Liban, Portugal, Singapour, Suède, Mexique…

imprimer

Partager

Brigitte Bardot : Lettre ouverte à Madame Najat Vallaud-Belkacem

Suite à la diffusion d’un reportage sur le lobby de la viande dans les écoles, Brigitte Bardot a tenu à réagir en écrivant à Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale.

Lettre ouverte à Madame Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale.

Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

 

Madame la Ministre,
Le reportage diffusé hier soir, au 20h de France 2, sur la propagande de l’INTERBEV* dans les écoles primaires est absolument scandaleux et doit entraîner une réaction immédiate de vos services auprès des établissements scolaires qui ne sauraient accepter le prosélytisme des filières « viandes » auprès des élèves.

La France est devenue une nullité dans le domaine de l’éducation nationale. Plutôt qu’apprendre aux enfants les bases du savoir, vous tolérez qu’ils soient manipulés par des lobbies qui défendent une activité commerciale en cachant bien volontairement les alertes de l’Organisation Mondiale de la Santé dont un récent rapport précise que la charcuterie est cancérogène et que la viande rouge l’est probablement tout autant.

Madame la Ministre, dans les établissements scolaires il revient aux enseignants d’enseigner, ce n’est pas le rôle ni la place d’INTERBEV. Il est urgent également d’abroger le « décret cantine » qui impose des produits animaux à chaque repas… décret édicté non pas par des nutritionnistes mais par des lobbyistes !

Et quand on parle « viande » on parle animaux, êtres sensibles condamnés aux pires souffrances par une industrie qui n’a qu’un objectif, gaver les consommateurs, dès leur plus jeune âge, d’une épouvantable agonie.

Brigitte Bardot

Présidente

* Interprofession bétail et viande

 

imprimer

Partager

Île Maurice : lettre ouverte de Brigitte Bardot

Lettre ouverte au Premier Ministre de la République de Maurice Monsieur Anerood Jugnauth,

Monsieur le Premier Ministre,

Je suis absolument horrifiée et profondément choquée par les photos et les vidéos des massacres de chiens qui tournent en boucle sur les réseaux sociaux montrant votre île sous son plus effroyable jour ! C’est une barbarie indécente, indigne d’un pays civilisé.

Je vous ai fait parvenir un courrier le 3 mars 2015 resté lettre morte où  je m’élevais déjà contre le sort misérable des chiens errants de votre île, surtout que des solutions vous étaient et vous sont d’ailleurs toujours offertes. Il me parait aberrant que vous ne réagissiez pas au plus vite pour arrêter ces tueries d’une cruauté sans nom qui salissent plus profondément chaque jour  l’image de votre île et repoussent des milliers de personnes  scandalisées et choquées.

L’île Maurice sera bientôt synonyme d’enfer des animaux si vous ne rendez pas la stérilisation et la castration obligatoires ainsi que la vaccination contre la rage.

Ma Fondation ainsi que des dizaines d’associations et des milliers de citoyens indignés dans le monde n’abandonneront pas les chiens dans ce combat. Nous attendons au plus vite la nouvelle d’un changement drastique de gestion des chiens errants.

Déjà lors de mon séjour à Maurice j’avais été choquée de voir tant de chiens affamés, squelettiques et abandonnés à leur triste sort. J’avais passé mon séjour à les nourrir sans pouvoir faire plus. Il est inadmissible que des chiens payent de leur vie le laxisme, l’indifférence d’un pouvoir qui n’a pas pris en compte la prolifération qui aurait pu être évitée et adopte la solution sauvage de la destruction systématique et inhumaine qui choque. Rappelez-vous la fameuse phrase de Gandhi : « On juge aussi un pays sur la manière dont il traite les animaux ».

Ne laissez pas l’île Maurice retourner à la barbarie des temps anciens, massacrer des chiens au 21ème siècle est un scandale qui éclabousse du sang des animaux l’image faussement paradisiaque que vous tentez de préserver.

Ne nous décevez pas !

imprimer

Partager

L'appel de Brigitte Bardot aux chefs d'État africains.

« Il faut intensifier la guerre contre les braconniers et faire inscrire au patrimoine mondial de l’UNESCO les éléphants, rhinocéros, gorilles et lions »

La Fondation Brigitte Bardot est accréditée depuis 20 ans par le ministère de l’Environnement de l’Energie et de la Mer et participera à la 17ème session de la Conférence des parties CITES (COP17) qui se tiendra cette année à Johannesburg en Afrique du Sud, du 24 septembre au 5 octobre prochain. À  cette occasion, notre présidente adresse une lettre ouverte aux chefs d'État africains pour leu demander l'inscription des éléphants, rhinocéros, gorilles et lions au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La lettre ouverte de Brigitte Bardot

Messieurs les Présidents,

Vous êtes dépositaires d’un trésor d’une valeur inestimable, les gardiens d’un patrimoine dont vous êtes responsables aux yeux du monde : la protection urgente des éléphants, rhinocéros et autres espèces emblématiques du Continent africain.

Vous ne pouvez pas rester sans réagir devant le génocide animalier implacable qui décime les éléphants victimes du trafic de l’ivoire. Face aux braconniers équipés d’armes de guerre, seule l’armée peut agir avec force ! Par manque de moyens et d’équipements, les rangers se font abattre et sont victimes, eux-aussi, de la guerre de « l’or blanc ».

Dans quelques jours s’ouvrira à Johannesburg la COP 17 de la CITES*, il faut impérativement envoyer un signal fort et soutenir le transfert de tous les éléphants d’Afrique à l’Annexe I de cette convention pour renforcer leur protection. La menace est réelle, terrifiante, les Etats africains doivent faire bloc et soutenir l’amendement présenté par le Bénin, le Burkina Faso, la République centrafricaine, le Tchad, l’Éthiopie, le Kenya, le Libéria, le Mali, le Niger, le Nigéria, le Sénégal, le Sri Lanka et l’Ouganda.

La disparition des éléphants, rhinocéros, gorilles ou encore des lions serait une épouvantable catastrophe supplémentaire dans le fragile équilibre de la chaine écologique. Il est urgent de lutter pour la biodiversité et de combattre impitoyablement les crimes contre l’animalité !

C’est pourquoi, j’en appelle à une importante mobilisation de terrain contre le braconnage et à l’inscription, au patrimoine mondial de l’UNESCO, des éléphants, rhinocéros et gorilles. L’Afrique doit montrer au monde qu’elle est capable de préserver ce que la nature lui a confié en attaquant ceux qui assassinent, avec préméditation, ses valeurs fondamentales

* Convention sur le Commerce International des Espèces sauvages menacées d’extinction.

 

À lire aussi :CITES 2016 - CoP 17 : les demandes des associations à Ségolène Royal

 

 

imprimer

Partager

Actes de cruauté dans les abattoirs de Pézenas (Hérault) et du Mercantour (Alpes Maritime). La Fondation réagit.

Après Alès, Le Vigan, Mauléon-Licharre, L214 nous dévoile ce mercredi 29 juin deux nouvelles vidéos sanglantes tournées dans l’abattoir de Pézenas et du Mercantour. On y voit des moutons et bovins (tués avec ou sans étourdissement), ainsi que des cochons et chevaux abattus dans d’atroces souffrances.

« Les scandales se suivent et se ressemblent »

Pour la 4eme fois en 8 mois, l’association L214 rend publique de nouvelles images d’abattoirs. Ces vidéos montrent de nombreux actes de maltraitance et de nombreuses violations à la réglementation. Ces images insoutenables et l’on perçoit une grande souffrance au moment de leur mise à mort.

Dans l’abattoir de Pézenas, les chevaux sont parfois tirés au treuil jusque dans les box d’abattage. L’abattage rituel des bovins et des moutons donnent lieu à des images cauchemardesques.

À l’abattoir du Mercantour, les conditions d’abattages des bovins sont d’un autre temps.

Lors des précédents scandales Brigitte Bardot avait réagi en exigeant que le gouvernement installe des caméras de surveillance dans tous les abattoirs. Aujourd’hui notre présidente écrit de nouveau au ministre de l’Agriculture.

Lettre ouverte au Ministre de l’agriculture

Monsieur le Ministre de la Souffrance,

Encore un scandale dans des abattoirs français, c’est la goutte qui fait déborder le vase de notre indignation face à l’horreur que subissent les animaux et l’immobilisme des politiques dont les paroles ne se transforment jamais en actes !

Comme dans TOUS les abattoirs français, les images tournées à Pézenas dans l’Hérault et à Puget-Théniers dans les Alpes-Maritimes, montrent la violence exercée au quotidien à l’encontre des bêtes et l’indifférence coupable des employés qui ne font rien pour atténuer cette souffrance, bien au contraire.

Les Français ne supportent plus vos « bla-bla-bla », ils attendent des mesures concrètes et fermes à la hauteur du poste à responsabilité que vous occupez. Nous ne voulons plus de promesses non tenues, nous exigeons des actes !

En attendant que les consommateurs en finissent avec la viande, le minimum est de prendre en compte nos attentes : équiper tous les abattoirs de vidéosurveillance, imposer l’étourdissement des bêtes en toute circonstance et interdire l’abattage des chevaux, à l’abattoir de Pézenas et dans tous les autres.

S’il faut renforcer les équipes vétérinaires dans les abattoirs pour mieux contrôler les pratiques, dans l’intérêt des animaux et des consommateurs empoisonnés par une viande impropre, alors c’est un devoir de le faire !

Vous ne pouvez pas faire cette économie, vous avez trouvé 130 millions d’euros en début d’année pour la filière foie gras (une honte !), trouvez donc les moyens d’assurer les contrôles en abattoirs, imposez la vidéosurveillance dans tous les établissements et abolissez, enfin, cette scandaleuse hippophagie qui fait honte à la France.

Ainsi, vous laisserez peut-être une trace positive de votre passage à ce ministère, sinon il ne vous reste plus qu’à démissionner d’un poste dont vous n’avez pas l’envergure !

Brigitte Bardot

Présidente

Signer la pétition : ici

 

 

imprimer

Partager

Lettre ouverte de Brigitte Bardot au maire de Cogolin

Alors que la mairie de Cogolin organise le 5 juin 2016 le 1er salon de la chasse, Brigitte Bardot adresse une lettre ouverte au Maire.

Marc-Etienne,

Comment pouvez-vous trahir à ce point la protection animale en organisant le 5 juin le 1er salon de la chasse à Cogolin (qui j’espère sera le dernier) ?

C’est scandaleux !

Moi qui avais tant cru en vous, projetant même d’associer ma Fondation à vos projets de protection animale !

Quelle déception !

C’est criminel de promouvoir la chasse dans son ensemble et surtout la chasse à courre, pratique cruelle et barbare déjà abolie en Angleterre, pourtant pays d’origine de la vénerie, en Ecosse, Belgique, Allemagne, Suisse, Luxembourg, et Pays-Bas.

Vous faites là une grave erreur et prenez une lourde responsabilité en incitant les enfants au plaisir de tuer les animaux.

Je vous ai cru mon ami, un soutien pour mon combat, vous n’êtes qu’un opportuniste en recherche de voix électorales ensanglantées.

« Mon Mépris » vous accompagne !

 

Brigitte Bardot

Présidente

imprimer

Partager

Photo L214
Photo L214

Actes de cruauté à l’abattoir du Vigan : Brigitte Bardot réagit.

Après Alès le Vigan, dans une vidéo choc l’association L214 dénonce une fois de plus les actes de cruauté proférés sur les animaux dans les abattoirs. Cette fois ci le centre d’abattage arbore la certification bio. Mais aucun label ne préserve les animaux de la souffrance.

De nouvelles images-chocs dénonçant  la maltraitance animale dans un abattoir viennent d’être dévoilées ce mardi 23 février  par l’association L214.  Quatre mois après le scandale de l’abattoir d’Alès,  c’est à 60 km à l’ouest,  dans  l’abattoir intercommunal du Vigan (Gard) que les atrocités ont été  filmées.

Comme elle l’avait fait en octobre 2015, Brigitte Bardot interpelle le ministre de l’Agriculture dans une lettre ouverte le 23 février 2016

Lettre ouverte à Stéphane Le Foll, ministre des abattoirs abjects, des élevages intensifs, désastreux ministre de la protection animale… Vous devriez avoir honte de votre inaction face aux scandales que nous dénonçons et contre lesquels vous ne faites rien !

Après l’abattoir d’Alès, c’est l’abattoir intercommunal du Vigan qui est dénoncé par L214, le sadisme d’employés pervers non surveillés, une cruauté scandaleuse, inadmissible, à vomir.

Par votre inaction, vous êtes complice, coupable, méprisable… C’est vous qui devriez être déchu de votre nationalité, vous qui tuez la France et le monde rural !

Le 16 octobre dernier, je vous demandais « d’exiger la mise en place immédiate de caméras de surveillance sur chaque poste d’abattage », il n’y en a toujours pas, pas plus que d’inspecteur vétérinaire… ces abattoirs sont d’immondes camps de la mort !

Samedi vous inaugurerez le salon de l’agri-qui-tue avec des animaux bichonnés qui seront, eux-aussi, torturés dans les abattoirs. Aujourd’hui votre devoir est de dénoncer les conditions d’élevage, de transport et d’abattage en France qui sont indignes et vous plongent dans la honte !

Vous n’avez pas le droit de vous taire, pas le droit d’être lâche et de mépriser toutes ces bêtes sur le dos desquelles vous vous bâfrez.

Brigitte Bardot

Présidente

Le 18 mars 2016, Brigitte Bardot adresse une lettre ouverte au maire du Vigan

Monsieur le Maire,

Comme des millions de Français, je suis scandalisée par les actes de cruauté, volontaires, exercés sur des animaux condamnés à mort, torturés « par jeu », par sadisme, par des employés pervers qui, je l’espère, ont été licenciés immédiatement de l’abattoir du Vigan.
Ces assassins méritent des poursuites et sanctions sévères, mais en attendant il est urgent d’équiper les sites d’abattage de caméras de surveillance afin d’assurer un contrôle permanent et indispensable, de la manipulation à la mise à mort des animaux.
Je me suis battue pour limiter la souffrance des bêtes en imposant leur étourdissement avant l’abattage, mais l’abattoir reste et restera un lieu d’épouvante et de souffrance. Quand je vois les monstres de l’abattoir du Vigan utiliser ces systèmes d’étourdissement pour torturer les bêtes, l’inhumanité atteint son comble !
La pose de caméras devrait, outre un contrôle aléatoire, avoir un effet dissuasif et empêcher de nouveaux actes de barbarie dans ce petit abattoir qui n’a pas l’excuse d’une cadence élevée pour tenter de justifier l’injustifiable.
Mes collaborateurs sont prêts à vous rencontrer afin d’étudier avec vos services les aménagements à réaliser pour limiter la souffrance des bêtes, améliorer la formation et l’encadrement des personnels.
Après le scandale révélé par l’association L214, il n’est pas envisageable que l’abattoir rouvre ses portes sans que des mesures soient prises, installer des caméras de surveillance est le minimum que nous sommes en droit d’exiger.
Monsieur le Maire, je compte sur votre réaction et, plus encore, sur votre action pour que votre ville n’ait plus à rougir de l’abattoir intercommunal du Vigan !

Brigitte Bardot

Présidente

Des moutons jetés, électrocutés pour le plaisir, des animaux mal étourdis qui se débattent, conscients, au moment de la saignée, un matériel défaillant ou inapproprié, des services vétérinaires absents et des employés sadiques. La vidéo ci-dessous montre des images  effroyables.

L214 a porté plainte auprès du parquet d’Alès contre l’abattoir intercommunal du Vigan et lancé une pétition demandant la création d’une commission d’enquête sur les abattoirs.

Consultez le dossier et signez la pétition ICI 

Abattoir du Vigan

Les images choc de L214

imprimer

Partager

Rassemblement à Paris le 23 avril 2016. Photo Michel Pourny
Rassemblement à Paris le 23 avril 2016. Photo Michel Pourny

Galgos : l'appel de Brigitte Bardot à L'Espagne

Chaque année dans la péninsule ibérique, ce sont plus de 50 000 Galgos et Podencos qui sont sacrifiés sur l'autel d'une tradition aussi ancienne que cruelle. Après être intervenue, en 1998, auprès du ministre espagnol de l’Agriculture puis auprès du Roi Juan Carlos 1er en 2009, Brigitte Bardot lançait ce 5 février 2016 un appel aux Espagnols afin que cette « tradition » barbare soit à jamais dénoncée et abolie ! Le 9 mars elle adresse une lettre ouverte au président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy Brey. Le 10 mars, son appel à l'Espagne est publié en pleine page dans le quotidien national «EL PAÍS». Le 3 juin, elle publie de nouveau un appel dans «EL PAÍS».

En Espagne, la chasse aux lièvres avec des lévriers est une « tradition ancestrale ». Les lévriers ne sont que des "outils" de chasse. Les galgueros (chasseurs espagnols), chassent sans fusil, c’est le lévrier qui rattrape le gibier à la course et le tue. Selon cette tradition, un galgueros dont le chien n’attrape plus de gibier est atteint dans son honneur ce qui lui donne le droit de se venger et de faire souffrir l’animal pour laver l’affront.

À la fin de chaque saison de chasse, les chiens les moins efficaces sont éliminés. Le degré de cruauté de leur mise à mort dépend des performances du chien lors de la saison de chasse. 

La méthode traditionnelle de mise à mort est la pendaison qui a deux variantes : haute pour les chiens qui ont bien chassé (la mort est rapide car les pattes ne touchent pas le sol) ; ou basse (la mort est lente car les pattes arrière du chien peuvent toucher le sol). Ils sont aussi parfois brûlés vif, mutilés, tractés à l’arrière d’une voiture en marche ou encore abandonnés dans des puits, piqués à l’eau de javel, abandonnés dans une forêt avec les jambes brisés.

Chaque année en Espagne, ce sont plus de 50 000 Galgos et Podencos qui sont tués !

Un documentaire utile ...

“Février, le mois le plus cruel”, est un documentaire produit par Waggintale Films qui montre la réalité des galgos en Espagne.

Février et le lévrier espagnol from Waggingtale Films on Vimeo.

Le 19 avril 2016,  la FBB a adressé un courrier à l'ambassade d'Espagne en France, pour le lire cliquer ICI

9 mars 2016. La lettre ouverte au président du gouvernement espagnol

Monsieur le Président,

En ce moment même, sur les terres d’Espagne, les galgos et podencos, victimes de la barbarie des hommes, vivent un véritable martyre durant toutes les étapes de leur trop courte vie.

Du dressage à l’exécution, ces malheureux chiens connaissent le pire de l’homme… Qu’on ne me parle pas de culture ou de tradition alors qu’il s’agit de perversité infamante et indigne !

Je suis intervenue au journal de 20 heures de la télévision française pour dénoncer ce scandale. Après la diffusion du reportage, le public révolté a accusé l’Espagne, responsable de la barbarie des chasseurs qui torturent leurs chiens par cruauté, par bêtise ou tout cela à la fois... C’est inhumain !

Les Français aiment l’Espagne, j’en garde moi-même de beaux souvenirs, mais nous sommes écœurés par les corridas et autres « traditions » cruelles, archaïques, qui ensanglantent votre pays.

Quelle fierté internationale que d’obtenir de l’Espagne une victoire pour les animaux !

C’est pourquoi, Monsieur le Président, je compte sur votre intervention immédiate pour les galgos afin de mettre un terme à cette monstruosité qui salit l’image de l’Espagne et la dignité humaine.

Brigitte Bardot
Présidente

5 février 2016. L'appel à l'Espagne de Brigitte Bardot

C’est un cri, un appel, un S.O.S urgent et grave que je lance à L’Espagne, à sa Majesté le Roi Felipe VI, au Premier Ministre, au gouvernement, aux médias, et au peuple espagnol.

Il faut abolir d’urgence, sans délai ce que les GALGUEROS appellent « la chasse aux Galgos ». Cette pratique cruelle, barbare, infâme qui, du dressage inhumain à la punition de mort lente et insoutenable, est encore pratiquée dans l’unique pays du monde au 21ème siècle : L’ESPAGNE !

Les chiens Galgos ne doivent plus servir d’assouvissement sadique à des individus primaires et cruels qui usent impunément de leur prédominance pour se défouler sur des innocents, leur faisant des tortures indécentes et obscènes dignes des djihadistes. Je reçois énormément de courrier dénonçant cette abomination, comparant l’abject sort des Galgos au massacre immonde des bébés phoques au Canada et me suppliant d’user de ma notoriété pour faire éclater ce scandale qui évoque la même violente souffrance, la même injustice, et la grande lâcheté humaine.

C’est ce que je m’apprête à faire sans une réponse urgente et officielle déclarant l’abolition immédiate du martyre infligé aux Galgos.

Quel pays pourrait encore accepter que des chiens qui n’ont pas été à la hauteur d’une chasse au lapin soient punis de pendaison, qu’on leur crève les yeux, qu’on les ampute à vif, qu’on les écorche vivants, qu’on les brûle à l’acide, qu’on les empoisonne de produits extrêmement toxiques ? Et même qu’on les traîne derrière une voiture jusqu'à ce que mort s’ensuive.

C’est indigne d’un pays comme l’Espagne. C’est indigne d’un être humain. C’est indigne pour l’humanité dans son ensemble.

Je vous supplie tous de prendre conscience de ces actes de barbarie atroces et de faire le nécessaire pour que cela cesse sans délai, immédiatement, tout de suite.

Merci pour eux !                          

Brigitte Bardot
Présidente

imprimer

Partager

Brigitte Bardot au secours de Victoria Pavlenko

Brigitte Bardot a demandé au président russe Vladimir Poutine de libérer la militante de la protection animale Victoria Pavlenko "persécutée et condamnée à un an et demi de prison le 23 novembre 2015, pour avoir secouru des chiens en détresse".

Le 22 avril 2016,  Brigitte Bardot s'adresse de nouveau à Vladimir Poutine , lire ICI

Victoria Pavlenko a retrouvé la liberté !

Viktoria Pavlenko, défenseuse des animaux incarcérée en Russie à cause de ses combats, a été libérée le 2 mars 2016 . Brigitte Bardot avait pris sa défense dans un courrier adressé à Vladimir Poutine. Militante connue de la cause animale, Viktoria Pavlenko avait été arrêtée en août dernier, accusée d’avoir volé un chien guide d’aveugle à Moscou. Elle avait expliqué avoir trouvé ce chien errant seul et lui avoir prêté assistance, ce qui n’avait pas empêché la justice de la condamner en novembre à un an et demi de prison...

La lettre de Brigitte Bardot

Monsieur le Président,

Vous connaissez mon attachement à la Russie, à son peuple, mais mon cœur est aujourd’hui déchiré par l’injustice qui touche Victoria Pavlenko, persécutée pour avoir secouru des chiens en détresse victimes d’abominables tueries, indignes d’un pays moderne et civilisé, perpétrées par les milices de « dog-hunters » qui terrorisent animaux et citoyens.

Cette femme généreuse est condamnée à 1 an et demi de prison pour avoir sauvé un seul labrador perdu… Comment un tel jugement a-t-il pu être rendu dans votre pays ?

Je vous supplie de faire libérer Victoria Pavlenko, l’injustice dont elle est victime (et dont est victime l’ensemble des protecteurs des animaux en Russie) provoque une vive émotion dans l’opinion publique mondiale, son état de santé se détériore gravement et il y a urgence.

Le Parlement européen s’en inquiète, personne ne comprend les raisons de cet acharnement contre cette bienfaitrice qui devrait être soutenue dans son action d’intérêt général et non pas emprisonnée dans une cellule pour subir les pires sévices.

Agir pour le bien-être animal n’est pas un délit mais un devoir ! Je fais appel à vous, au Président et à l’homme dont le cœur ne reste pas froid et indifférent face à la souffrance des animaux, des chiens en particulier.

Réagissez, je vous en supplie c’est mon espoir… Ne le brisez pas !

Avec ma profonde amitié,

Brigitte Bardot
Présidente

imprimer

Partager

Quick, bientôt 1ère chaîne de fast-food 100 % halal en France ?

La Fondation Brigitte Bardot réagit...

Selon le Parisien, une partie des restaurants de l'enseigne Quick va être conservée pour devenir la première chaîne de restauration rapide 100 % halal en France. la Fondation réagit et adresse une lettre ouverte au Président de la République François Hollande.

Monsieur le Président,

Il y a maintenant plus de dix ans, le recteur de la Grande Mosquée de Paris m’assurait que rien, dans le Coran, ne s’oppose à l’étourdissement des bêtes avant leur abattage. Depuis cette rencontre encourageante, je ne cesse de demander aux autorités de mon pays d’agir pour ne plus tolérer l’intolérable. L’inaction de votre ministre de l’Agriculture me pousse à me tourner vers vous en qui je place, encore, ma confiance et mon espoir.

Aujourd’hui, j’apprends que le groupe Bertrand souhaite faire de l’enseigne Quick la 1ère chaîne de restauration rapide 100 % halal en France. C’est un scandale, une véritable prise en otage des consommateurs qui se verront imposer une viande issue d’animaux égorgés à vif, dans une ignoble souffrance, avec les risques sanitaires que l’on connait !

Le règlement (CE) 1099/2009 du Conseil autorise les Etats membres à déroger à l’obligation d’étourdissement, mais cela n’est valable que « pour les animaux faisant l’objet de méthodes particulières d’abattage prescrites par des rites religieux ».

Si l’enseigne Quick devient 100 % halal alors elle ne peut nullement bénéficier de cette dérogation… sauf à démontrer que ses clients sont 100 % musulmans pratiquants !

Ces dérives que nous constatons en France sont dues au laxisme des autorités et je vous demande d’intervenir immédiatement auprès du groupe Bertrand pour qu’il renonce à son projet, faute de quoi ma Fondation saisira la Commission européenne afin qu’elle entame une procédure contre la France pour non-respect du règlement européen.

Nous n’allons pas débattre pendant des décennies encore de l’abattage rituel, il n’a fallu que quelques semaines au ministre danois de l’Agriculture pour interdire, dans son pays, l’abattage des animaux sans étourdissement préalable… Qu’attend la France ?

Insensibiliser les bêtes avant leur mise à mort est un minimum, c’est même un devoir envers des êtres sensibles, voués au sacrifice.

Je compte sur votre prompte intervention et vous assure, Monsieur le Président, de mes sentiments confiants.

Brigitte Bardot
Présidente

Abattage rituel

De la souffrance des animaux... à la tromperie des consommateurs

imprimer

Partager

Pages