Covid-19 dans les élevages de visons : La Fondation Brigitte Bardot demande à l’Union Européenne d’agir au plus vite

Covid-19 dans les élevages de visons : La Fondation Brigitte Bardot demande à l’Union Européenne d’agir au plus vite

×
Envoyer

L'article a bien été envoyé, merci !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

  • Il y a un an, les premiers cas de SARS-CoV-2 étaient détectés sur des animaux dans un élevage de visons aux Pays-Bas. On découvrait alors que le virus pouvait se transmettre de l’humain à l’animal et réciproquement, faisant des fermes d’élevage de visons de véritables réservoirs du virus et de ses variants potentiels. Face à cette menace sanitaire et à la propagation incontrôlable du coronavirus, en janvier dernier, la Fondation Brigitte Bardot, aux cotés de Code Animal et de La Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences, appelait le gouvernement français à agir et à encourager la Commission européenne à adopter des mesures de précautions d’urgence à l’échelle européenne. Une demande que la FBB renouvelle en cette journée d’action européenne contre l’élevage de visons.

    des centaines de fermes d'élevage infectées

    Ces derniers mois, la Covid-19 a infecté plus de 400 fermes d’élevage de visons dans au moins neuf États membres de l’UE, entrainant l’abattage préventif de millions d’animaux, et pour l’instant aucune mesure n’a été prise pour suspendre l’activité des élevages de visons en France ou au niveau européen.

    Pourtant, la menace sanitaire est bien réelle et confirmée par de nombreuses voix scientifiques dont un récent avis publié par l’Autorité européenne de la sécurité des aliments (EFSA). Et la fermeture des fermes d’élevages de visons fait également l’objet d’un très fort soutien de la part des citoyens français et européens, qui ne peut plus être ignoré !

    En effet, en janvier 2021, 90% des français se disaient opposés au commerce de la fourrure, et selon un récent sondage, 66% des français s’exprimaient en faveur de l’adoption de mesures d’interdiction de l’élevage de visons par les institutions européennes pour protéger la santé des citoyens et des animaux, pour pallier l’inertie de la France sur le sujet.

    Un appel à l'union européenne

    Si le Gouvernement français a récemment annoncé que les élevages de visons seraient fermés dans les prochaines années, la Fondation Brigitte Bardot regrette que la mise en œuvre de cette mesure ne se voit pas accélérée par un contexte qui imposerait en toute logique des précautions sanitaires accrues… Car on ne peut pas dire que le challenge soit insurmontable : la France ne compte actuellement plus que 3 fermes d’élevage encore en activité dans l’Orne, en Meuse et en Haute-Saône, ce qui ne représente qu’une dizaine de salariés (l’élevage d’Eure et Loir ayant fermé ses portes suite à la confirmation de cas de contamination au SARS-CoV-2 et à l’euthanasie de l’ensemble des animaux). A l’heure où la santé publique est érigée en préoccupation prioritaire sur tout le territoire, comment justifier de maintenir en activité ces élevages?

    « Au-delà de l’aspect relatif à la protection animale, la fermeture immédiate des élevages de visons est une évidence du point de vue de la sécurité sanitaire de la population. Ces élevages sont de véritables bombes à retardement, qui exposent les Français à des risques accrus de contamination, notamment par des variants du Covid-19. Les Pays-Bas ont été très réactifs en décidant d’avancer la fermeture des 128 fermes d’élevage du pays, pourtant initialement prévue pour 2024. L’Italie a également suspendu l’activité des 6 derniers élevages du pays. Il est regrettable que le Gouvernement français ferme les yeux et attende que ces élevages se transforment en clusters. Face à cette inertie, il est indispensable que l’Union Européenne prenne les mesures d’urgence appropriées pour protéger les humains et les animaux » souligne Christophe Marie, Directeur Adjoint et Porte-Parole de la Fondation Brigitte Bardot.

    Dans ce contexte, la FBB ne voit en effet d’autre solution que de faire appel à la réactivité des institutions européennes pour imposer la suspension immédiate de tous les élevages de visons encore en activité au sein de l’UE. Peut-être est-ce le petit coup de pouce nécessaire pour faire réagir la France et affirmer dès maintenant la fin de l’élevage de visons dans notre pays… ?

    Si l’Union européenne se retranchait jusqu’à présent derrière son incompétence pour prendre des mesures restrictives en la matière, ce blocage ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir. En effet, la Loi Santé animale, qui entrera en vigueur au sein de l’Union Européenne le 21 avril prochain, offre à la Commission européenne les pouvoirs pour prendre des mesures d’urgence compte tenu de la gravité de la crise sanitaire.

    La Fondation Brigitte Bardot renouvelle donc son appel à la Commission européenne et au gouvernement français, à adopter des mesures de précautions urgentes, notamment la suspension urgente de :

    • Toutes les fermes de visons incluant celles dédiées à la reproduction
    • Tous les transports de visons vivants et de leurs peaux à la fois à l’intérieur et à l’extérieur des frontières de l’Union européenne.
  • X