La FBB soutient le refuge OAZA près de Belgrade en Serbie.

La FBB soutient le refuge OAZA près de Belgrade en Serbie.

×
Envoyer

L'article a bien été envoyé, merci !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

  • Fondé en 2001 grâce à une importante participation de la Fondation Brigitte Bardot.

    En 2001, à la naissance de ce lieu de vie, les chiens de Serbie vivaient une vie d’errance dans les rues de Belgrade sans soins ni protection et dépourvus d’amour.

    A l’époque, les autorités capturaient chaque semaine 250 chiens en moyenne. Ces animaux étaient entassés à 10 ou 20 dans de minuscules boxes, sans eau, sans nourriture, gisant dans leurs excréments et dans un climat de terreur. Ils croupissaient là, pendant une semaine. Ceux qui arrivaient à survivre à cette torture innommable étaient alors achevés à coups de barre de fer ou d’injection de détergent.

    Patrick Sacco, président de l’association Respectons, refusa cette fatalité et décida de tout mettre en œuvre pour sauver ces chiens de Serbie. Depuis 17 ans, grâce à son action sur le terrain, ces animaux autrefois voués à une vie atroce et une mort tout aussi insoutenable, ont aujourd’hui un espoir, celui de vivre au refuge Oaza et d’être adoptés par une famille aimante.

    La FBB a participé au démantèlement de la fourrière/abattoir de la ville et à la mise en place de campagnes de stérilisation des animaux errants soutenues par la municipalité

    A la fin des années 1990, Patrick Sacco a mené une campagne de stérilisation et d’information, soutenue financièrement par la fondation Brigitte Bardot. Ainsi, des centaines d’animaux ont pu être sauvés et relâchés dans la ville, on les appelle aujourd’hui les chiens libres de Belgrade.

    Les travaux à Oaza

    Le refuge, qui bénéficie d’améliorations régulières, accueille aujourd’hui plus de 400 chiens qui y vivent en toute sécurité.

    Oaza occupe un espace boisé d’une surface de 1 hectare divisé en 16 enclos de dimensions variables disposant de niches individuelles ou collectives. Le refuge dispose également d’une infirmerie sur place.

    Depuis 2001, la Fondation participe aux frais du refuge (fonctionnement, alimentation, soins vétérinaires).