Lettre ouverte : Brigitte Bardot interpelle Christophe Béchu, ministre de la transition écologique et défend les sangliers mimi et pumba ! - Fondation Brigitte Bardot

N'achetez pas votre animal de compagnie, adoptez-le.

Actuellement les refuges de la Fondation Brigitte Bardot proposent 221 chiens et 459 chats à l'adoption.

SORA - 8 ans

Votre soutien financier permet à la Fondation de secourir les animaux en souffrance, les nourrir et les soigner en refuges.

Boutique

T-shirt femme Logo FBB

L'incontournable t-shirt au logo de la Fondation. Collection ...

19.9 €
Casquette FBB bleu royal

Notre casquette emblématique et son logo «Fondation Brigit ...

10 €
Retour

Lettre ouverte : Brigitte Bardot interpelle Christophe Béchu, ministre de la transition écologique et défend les sangliers mimi et pumba !

Brigitte Bardot interpelle le gouvernement sur l’affaire des deux sangliers de la Ferté-Saint-Aubin ! Un couple de La Ferté-Saint-Aubin a été condamné par la justice pour avoir recueilli et élevé deux marcassins dont la mère avait été tuée durant une partie de chasse.

Paris, le 29 novembre 2023

Monsieur le Ministre, 

Depuis des semaines mon équipe tente de faire entendre à vos conseillers et à votre administration la folie de votre politique de persécution à l’encontre des personnes qui recueillent un marcassin, souvent orphelin et victime des chasseurs. 

Cette obsession meurtrière est scandaleuse, effroyable. J’ai sous les yeux le témoignage bouleversant d’une famille dans le Loiret chez qui vos grosses brutes sont intervenues sans une once d’humanité pour enlever deux jeunes sangliers, Mimi et Pumba, et les transférer dans un parc de chasse afin d’être abattus. 

En 2018, François de Rugy a permis la régularisation des particuliers ayant secouru un sanglier. Vous vous apprêtez à supprimer cette disposition qui répond pourtant à un réel besoin, pourquoi modifier cet arrêté pour ne proposer aucune solution et condamner à mort tous les sangliers recueillis ?

Ce que certains hommes font subir aux humains, d’autres le font subir aux animaux ! 

Ma Fondation est sollicitée par des particuliers qui ont sauvé des marcassins isolés, perdus, qu’ils n’ont pas le cœur d’abandonner à une mort certaine. Quelle solution pourrons-nous leur apporter si votre décision arbitraire, qui ne tient pas compte de la réalité de terrain, tombe comme un couperet ?

J’en ai marre des décisions stupides de nos ministres déconnectés, sourds aux préoccupations des Français concernant la protection des animaux et à leur ras-le-bol de voir les politiques n’être que les paillassons des chasseurs, les pantins du lobbyiste Thierry Coste et de son bouffon Schraen. 

Si, comme pour cette famille du Loiret, votre « solution » est d’envoyer les animaux dans un parc de chasse ou un élevage pour la viande c’est totalement irresponsable, et c’est la preuve que l’argument sanitaire ne tient pas car il y a bien moins de risques à détenir un animal dans un environnement adapté, hors d’un élevage et hors circuit de la consommation. Tout cela est une vaste hypocrisie, une forme de sadisme, qui fait penser aux régimes totalitaires, une lâcheté. 

Monsieur le Ministre, je vous demande de ne pas modifier l’arrêté de 2018 et d’intervenir personnellement en faveur de cette famille du Loiret qui a recueilli deux orphelins victimes de la chasse. Ces particuliers ont soigné Mimi et Pumba, les ont placés dans un environnement adapté et clos, passé leur certificat de capacité, fait stériliser le mâle pour éviter toute reproduction, alors pourquoi cet acharnement contre eux et leurs deux protégés ? 

Je n’attends pas un miracle de Noël, juste un sursaut d’empathie, d’intelligence et de bienveillance. Mon équipe en a marre de se confronter à un mur d’indifférence et de bêtise, mais reste disposée et volontaire pour travailler avec vous à la recherche d’une solution concrète afin de gérer une situation qui n’est pas insurmontable, dès lors qu’on fait preuve de bonne volonté et qu’on laisse les armes au placard. Sauver la vie d’un animal n’est pas un crime ! 

À vous de juger. 

X