La marque Karl Lagerfeld s'engage à ne plus utiliser de fourrure animale ! - Fondation Brigitte Bardot

N'achetez pas votre animal de compagnie, adoptez-le.

Actuellement les refuges de la Fondation Brigitte Bardot proposent 188 chiens et 457 chats à l'adoption.

ELJIN - 3 ans

Votre soutien financier permet à la Fondation de secourir les animaux en souffrance, les nourrir et les soigner en refuges.

Retour

La marque Karl Lagerfeld s’engage à ne plus utiliser de fourrure animale !

Une vraie prise de conscience ! Jusqu'alors très attachée à l'utilisation de la fourrure animale, la marque Karl Lagerfeld ne veut plus cautionner la souffrance des animaux et renonce aux vêtements et accessoires en fourrure.

L'industrie de la MODE DEVIENT ÉTHIQUE

Alors que son créateur, décédé il y a moins d’un an, défendait bec et ongles l’utilisation de la fourrure animale, la marque Karl Lagerfeld Paris a annoncé renoncer à la fourrure  animale dans ses collections.

AM Retail Group, le groupe auquel elle appartient, ainsi que sa société mère, G-III Apparel Group, adoptent la même politique en faveur des animaux. D’autres marques sont ainsi impactées, notamment DKNY (Donna Karan New-York).

Cette décision intervient à la suite de multiples campagnes des associations et organisations de protection animale, notamment PETA aux États-Unis.

La marque Karl Lagerfeld Paris rejoint des dizaines d’autres grands noms de la mode – Versace, Gucci, Prada, Jean-Paul Gaultier, Michael Kors… – qui ont pris la décision éthique de ne plus utiliser de fourrure animale.

Elle propose d’ores et déjà des vêtements en fourrure synthétique sur son site web. 

 
fondation brigitte bardot karl lagerfeld fourrure

LA FOURRURE ANIMALE SE CAchE DANS LE PRÊT-À-PORTER

La vraie bataille se joue aujourd’hui avec les marques de prêt-à-porter

Dans l’ignorance complète des consommateurs, qui croient acheter de la fausse fourrure et sont trompés par les étiquettes ne précisant pas l’origine de leurs bords de capuches, cols, pompons ou manchons, la fourrure a envahi les boutiques grand public. 

Cette fourrure animale, souvent issue des chiens viverrins (racoon dog en anglais), élevés en Chine dans des conditions atroces,  a ainsi acquis un nouveau marché qu’il est grand temps de réguler !

Crédit photos : Creative Commons / Network for Animal Freedom, The Animal Day / Jonás Amadeo Lucas

X