Poulet de chair : la France s'aligne sur les pires modes de production - Fondation Brigitte Bardot

N'achetez pas votre animal de compagnie, adoptez-le.

Actuellement les refuges de la Fondation Brigitte Bardot proposent 221 chiens et 460 chats à l'adoption.

ARROW - 4 ans

Votre soutien financier permet à la Fondation de secourir les animaux en souffrance, les nourrir et les soigner en refuges.

Boutique

Mug isotherme avec couvercle - 180 ml - bleu foncé

Mug Isotherme  Double partie inox  Capacité : 180ml  Pas ...

14.9 €
Pourquoi ?

Best seller. Brigitte retrace son exceptionnel parcours depu ...

10 €
Retour

Poulet de chair : la France s’aligne sur les pires modes de production

L’augmentation continue de la consommation de viande de poulet entraîne une intensification toujours plus importante de l’élevage. En France, près de 85 % de la production se fait en bâtiment, sans accès extérieur, avec des densités maximums pouvant atteindre 42 kg/m2, soit 22 poulets au m2, quand les autres États membres (Autriche, Danemark, Allemagne, Suède…) sont sur une densité maximum de 33 kg/m2, considérant qu’au-delà le « bien-être » animal est compromis.

Le poulet « élevé en France » n’est pas un label de qualité, il est au contraire la garantie d’une production intensive, avec une densité maximum de poulets au m2 (hormis les filières bio et label rouge), conditions extrêmes qui, loin d’être remises en cause, se développent toujours davantage dans notre pays avec de nouveaux projets qui créaient la polémique, comme à Sergines dans l’Yonne.

Toujours plus de mégapoulaillers en France

À Sergines, le bâtiment est agréé pour contenir 39 600 poulets, soit 22 poulets au mètre carré, sans accès extérieur. Les poulets étant abattus à six semaines (souches à croissance rapide, de véritables mutants), cela permet une rotation de plus de sept livraisons de poussins à l’année, soit près de 300 000 poulets cumulés produits en une seule année dans un seul bâtiment.

Une pétition rassemble 45 000 opposants au projet, mais que vaut la parole des femmes et hommes qui auront à subir les nuisances quotidiennes, préoccupés par les conditions d’élevage, face à l’industriel Duc qui veut produire toujours plus de poulets pour alimenter son abattoir de Saint-Bauzély dans le Gard ? (Au passage, les poulets qui sortiront de ce bâtiment auront un long trajet avant d’être déchargés à l’abattoir.)

Alors sommes-nous impuissants face à cette escalade, cette course folle au développement des élevages intensifs qui privilégient les marges aux conditions d’élevage des animaux ?

Pas tout à fait, déjà parce qu’une révision de la directive européenne sur le « bien-être » des animaux est attendue dans les prochains mois, révision qui pourrait remettre en cause la dérogation que s’accorde la France pour entasser un nombre maximum de poulets dans un bâtiment, mais surtout parce que chaque consommateur a le pouvoir d’agir. Le meilleur exemple est probablement celui des poules pondeuses avec une inversion du mode de production en moins de dix ans, passant de 36 % d’élevages en plein air il y a sept ans à 36 % d’élevages en cage aujourd’hui.

Pour fermer ces usines à poulets, il est donc impératif de réduire considérablement sa consommation de viande et, pour ceux qui font le choix de manger du poulet, d’orienter leurs achats sur des animaux élevés en plein air ou issus de la filière bio, sans se laisser berner par la valorisation d’une production française qui n’a rien d’exemplaire et représente même ce qui se fait de pire en Europe. 

© photos : L214 – Éthique et Animaux

X