136 ONG du monde entier appellent à la fin de la chasse aux trophées !

136 ONG du monde entier appellent à la fin de la chasse aux trophées !

×
Envoyer

L'article a bien été envoyé, merci !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

  • Pas moins de 136 ONG de protection animale à travers le monde s’unissent pour lutter contre cette pratique barbare et délétère qu’est la chasse aux trophées.
    Ces mises à mort qui ont pour seul but le plaisir des chasseurs, menacent particulièrement la survie d’espèces en danger.

    La FBB lutte depuis toujours contre cette pratique qui décime des espèces menacées pour la gloire affichée de quelques touristes sanguinaires et irresponsables.
    Retrouvez ci-dessous la déclaration des 136 ONG de protection animale, publiée en juillet 2022 et traduite en français par la Fondation Brigitte Bardot :

    POSITION COMMUNE SUR LA CHASSE AUX TROPHÉES

    Juillet 2022

    Nous, organisations soussignées, nous opposons à la chasse aux trophées et au commerce connexe de trophées et affirmons que “tuer pour conserver” n’est ni une approche éthique ni une approche durable pour la conservation de la faune sauvage.

    FAITS

    1.1 Crise de la biodiversité

    Face à la crise mondiale et sans précédent de la biodiversité due à l’activité humaine, dans laquelle la survie des espèces est menacée par de multiples facteurs, parmi lesquels la perte et la dégradation de l’habitat, la surexploitation, le changement climatique et la pollution, la chasse aux trophées exerce une pression supplémentaire sur des espèces déjà en danger. Bien que les solutions à la plupart des menaces soient complexes, dans le cas de la chasse aux trophées, interdire les importations peut aider de façon directe à réduire les risques de surexploitation inutile.

    1.2 La chasse aux trophées          

     La chasse aux trophées est la mise à mort controversée d’un animal pour la compétition ou pour le plaisir, dans le but d’acquérir des parties du corps – telles que des têtes, des défenses, des bois, des cornes, des peaux – en tant que symbole ou pour l’exposer. La chasse aux trophées se distingue de l’abattage d’un animal pour obtenir de la viande destinée à la consommation humaine.

    1.3 Portée mondiale de la chasse aux trophées

    Entre 2014 et 2018, près de 125 000 trophées d’espèces protégées par la CITES ont été importés dans le monde entier, l’UE étant le deuxième importateur après les Etats-Unis.1 La plupart des trophées proviennent de mammifères, y compris des espèces en danger et protégées au niveau international telles que les éléphants d’Afrique, les léopards, les lions, les guépards, les rhinocéros, les girafes, les ours polaires et les ours bruns.

    LA CHASSE AUX TROPHÉES N’EST PAS DURABLE

    2.1 La chasse aux trophées menace la survie des espèces

    Tuer les individus les plus impressionnants et les plus forts (principalement des mâles) essentiels à la reproduction peut conduire à :

    • Un risque de disparition locale et de déclin de la population, 2 3
    • Des altérations de la structure de la population déviées vers les subadultes et les individus femelles, ce qui impacte les chances de reproduction, 4
    • Une absence de mâles et la modification des schémas de dispersion, ce qui peut entraîner de la consanguinité, en particulier dans les populations réduites et isolées, 5
    • Une érosion génétique : diminution de la diversité génétique et perte de gènes avantageux favorisant l’adaptabilité et la résilience6. Par exemple, la diversité génétique chez les lions d’Afrique a été réduite jusqu’à 17 % au cours des 120 dernières années,7
    • Une augmentation du taux d’infanticide : la chasse aux trophées perturbe la structure sociale, ce qui peut augmenter le taux d’infanticide, où un mâle territorial tue les jeunes engendrés par le précédent mâle propriétaire du territoire, en augmentant les acquisitions territoriales (exemple : les lions, les léopards et les ours bruns),8 9 10
    • Des changements phénotypiques (modifications des caractéristiques physiques), par exemple la réduction de la taille des défenses et des cornes,11 12 13 14
    • La déstabilisation des populations par la perte d’individus-clés et de leurs connaissances sociales et écologiques, qui sont pourtant essentielles à la survie et à la reproduction15 16. Par exemple, la disparition de vieux éléphants mâles peut conduire à un manque de direction et d’orientation sociale17, et à une agressivité accrue chez les mâles subadultes18, qui conduisent alors à une hausse de la mortalité chez les éléphants en répercussion de conflit Hommes-faune.

    La chasse aux trophées peut entraîner une diminution de la taille, de la santé et de la résilience de la population de l’espèce concernée ; par conséquent, elle peut réduire considérablement la viabilité à long terme et la survie des espèces.

     

    2.2 La chasse aux trophées entrave la conservation de la faune

    • La chasse aux trophées est incompatible avec les efforts mondiaux de conservation, car les espèces pourtant protégées au niveau international peuvent être tuées pour le loisir ou l’affichage d’un statut.
    • L’accès privilégié aux espèces sauvages protégées accordé aux chasseurs étrangers peut entraîner une diminution de la tolérance envers la faune, les communautés locales étant interdites de chasser ces espèces à des fins de subsistance et se sentant exclues des produits de la faune tout en supportant les coûts associés.19
    • Le commerce légal de trophées offre une couverture pour des pratiques illégales ainsi que pour le commerce illégal d’espèces sauvages20 21. Il stimule la demande de parties du corps provenant d’espèces protégées et alimente donc la chasse illégale.22
    • Le secteur de la chasse aux trophées manque de transparence et est en proie à la corruption, ce qui entraîne des quotas excessifs, une surveillance inadéquate et un manque de surveillance scientifique 23 24. A ce titre, la chasse aux trophées compromet l’Etat de droit.
    • Bien que les données démographiques fiables et une surveillance cohérente des espèces devraient être un prérequis à l’établissement de quotas afin que les trophées de chasse ne portent pas préjudice aux espèces inscrites à la CITES, le manque de données précises est souvent ignoré au profit des intérêts économiques, ce qui entraîne des quotas non scientifiques et non durables.
    • La conservation de la faune à long-terme ne peut réussir que dans un écosystème sain, qui dépend de la contribution des animaux à son fonctionnement. Priver les écosystèmes de leurs acteurs-clés peut déstabiliser de manière critique l’ensemble des systèmes et également nuire aux avantages de l’activité humaine en faveur des services écosystémiques.

    La chasse aux trophées est incompatible avec la bonne conservation des espèces, car elle interfère avec les stratégies de protection et peut encourager des pratiques illégales.

     

    2.3 La chasse aux trophées ne procure pas d’avantage économique aux communautés

    • Comparé à l’ensemble des recettes et emplois générés par le tourisme, la chasse aux trophées est économiquement insignifiante.25
    • Les avantages économiques pour les communautés locales sont minimes ou absents, car la chasse aux trophées est souvent pratiquée dans des fermes privées ou dans des réserves de l’Etat qui, dans de nombreux cas, sont mal gérées et sujettes à la corruption. Les communautés locales bénéficient peu des revenus générés par la chasse aux trophées, l’argent étant souvent partagé entre les compagnies de chasse étrangères et les élites locales.26 27
    • La chasse aux trophées réduit les possibilités de pratiquer un tourisme alternatif durable et plus rentable tel que le tourisme photo. Par exemple, le prix d’un trophée d’éléphant varie généralement entre 20 000 à 40 000 USD, alors que l’on estime à environ 1 600 000 USD les revenus touristiques générés par un éléphant maintenu en vie.28

     La chasse aux trophées est une exploitation inconsciente de la biodiversité pour le profit à court terme d’une petite minorité privilégiée.

     

    2.4 La chasse aux trophées soulève des préoccupations éthiques considérables

    • Tuer des animaux pour le plaisir et en obtenir des objets décoratifs ou des symboles de statut est injustifiable sur le plan éthique.
    • Les trophées de chasse ne tiennent pas compte de la valeur intrinsèque des animaux sauvages en les réduisant à des marchandises utilisées à des fins récréatives et en reconnaissant leur valeur uniquement en termes de bénéfices monétaires tels que les prix des trophées.
    • La chasse aux trophées est un système immoral de “paiement pour tuer” : elle met en place un “prix sur la mort” en fonction du montant que les chasseurs fortunés sont prêts à payer pour tuer des animaux, alors que la société s’oppose largement à de telles exécutions.
    • Les organisations de chasse ont mis en place des incitations perverses à tuer plus d’animaux, en récompensant par des médailles et des records l’abattage d’une combinaison de plusieurs espèces spécifiques, souvent menacées, telles que le Big 5 (Éléphant d’Afrique, rhinocéros, lion, léopard et buffle) ou les Cats of the World.29

    La chasse aux trophées est une pratique éthiquement injustifiable qui marchande et objective les animaux sauvages, met un prix sur la mort et peut contribuer aux inégalités humaines et aux injustices structurelles.

     

    2.5 La chasse aux trophées ne tient pas compte du bien-être animal

    • Dans la plupart des cas où les animaux sont délibérément tués, les conventions et les dispositions légales exigent que les méthodes utilisées réduisent les impacts négatifs sur le bien-être, et que les agents soient formés et soumis à une surveillance. Cependant, aucune exigence de ce type ne s’applique à la mise à mort délibérée d’animaux dans le cadre de la chasse aux trophées.
    • Sont fréquemment utilisés et même largement encouragées par les organisations de trophées de chasse les méthodes de chasse qui augmentent la souffrance de l’animal, telles que l’utilisation d’arcs et de flèches, arme à chargement par la bouche, armes de poing ou chiens courant l’animal pendant des heures jusqu’à l’épuisement.
    • Parce que les chasseurs de trophées recherchent un “trophée” de haute qualité, ils évitent souvent d’endommager les parties du corps qui seront exposées, comme la tête, et économisent donc le nombre de coups de feu, ce qui augmente les risques pour l’animal de subir une mort longue et douloureuse.
    • Souvent, il n’est pas exigé que le chasseur de trophée soit détenteur d’une arme à feu ou titulaire d’un permis de chasse. Par conséquent, des compétences limitées et le manque d’expérience des chasseurs de trophée peuvent engendrer des souffrances inutiles pour l’animal.

    La chasse aux trophées est une forme inhumaine de chasse qui encourage des méthodes qui favorisent la souffrance animale.

     

    2.6 La chasse aux trophées est contestée par le public

    • Dans une enquête récente menée dans les pays européens, 81 % des répondants se sont opposés à la chasse aux trophées d’animaux sauvages en général, et se sont déclarés favorables à une interdiction stricte des importations de trophées de chasse30
    • En Suisse, 96 % des citoyens sont favorables à l’interdiction de l’importation des trophées de chasse31
    • Selon une enquête menée en 2022 aux Etats-Unis, plus de 75 % des Américains s’opposent aux trophées de chasse et 82 % s’opposent à la chasse et à l’importation de trophées provenant de lions et d’éléphants d’Afrique, qui sont tous les deux inscrits sur la liste des espèces menacées en vertu de l’Endangered Species Act32
    • En Afrique du Sud, 64 % de la population s’est opposée à la chasse aux trophées dans une enquête menée en 2020, bien que l’Afrique du Sud soit un important exportateur de trophées de chasse33

    La majorité des personnes interrogées dans les pays importateurs et exportateurs considèrent négativement la chasse aux trophées et se prononcent en faveur de l’interdiction de la chasse aux trophées ou de l’importation des trophées, ce qui démontre une fois de plus le fossé entre le public et la clientèle de chasse aux trophées qui mène la politique actuelle.

    CONCLUSION

    La chasse aux trophées exerce une pression supplémentaire sur les espèces menacées et peut avoir des conséquences néfastes sur l’intégrité génétique et la survie des espèces et des écosystèmes dont elles font partie, sans apporter d’avantages économiques significatifs aux communautés locales. L’industrie de la chasse aux trophées consacre des structures sociales injustes et est en proie à une mauvaise gouvernance, à la corruption, à un manque de transparence, à des quotas excessifs, à la chasse illégale, et à d’autres problèmes encore. De plus, les pratiques de la chasse aux trophées sont souvent mal réglementées, inhumaines et irrespectueuses du bien-être animal. Par ailleurs, tuer des animaux pour le plaisir n’est ni éthiquement justifiable ni tolérable dans la société moderne. Cela se reflète dans la large opposition du public à la chasse aux trophées. D’autres moyens de générer des revenus à partir de la faune, tels que l’écotourisme et autres formes d’utilisation de la biodiversité sans consommation, ont fait leurs preuves en bénéficiant aux communautés locales, à la biodiversité et la faune, tout en contribuant à la protection à long terme des populations et des espèces. De telles alternatives sont mises en péril par l’industrie de la chasse aux trophées, alors qu’elles devraient être priorisées au moyen d’un développement et d’un financement supplémentaires.

    Il est temps que les gouvernements prennent leurs responsabilités et engagent toutes les mesures possibles pour prévenir de nouvelles pertes d’espèces sauvages du fait de la crise mondiale de la biodiversité. L’interdiction des importations de trophées de chasse est une étape attendue depuis longtemps pour donner un avenir aux espèces sauvages en voie de disparition.

    Traduction par la Fondation Brigitte Bardot du document original signé par 136 ONG

    1 Data derived from the CITES Trade Database https://trade.cites.org/ using criteria published by IFAW (2016): Killing for trophies – An analysis of global trophy hunting trade.

    2 Creel, S., M’soka, J., Dröge, E., Rosenblatt, E., Becker, M. S., Matandiko, W. and Simpamba, T. (2016). « Assessing the sustainability of African lion trophy hunting, with recommendations for policy. » Ecological Applications 26(7): 2347-2357. https://doi.org/10.1002/eap.1377

    3 Packer, C., Brink, H., Kissui, B. M., Maliti, H., Kushnir, H. and Caro, T. (2011). « Effects of trophy hunting on lion and leopard populations in Tanzania. » Conservation Biology 25(1): 142-153. https://doi.org/10.1111/j.1523-1739.2010.01576.x

    4 Milner, J. M., Nilsen, E. B. and Andreassen, H. P. (2007). « Demographic side effects of selective hunting in ungulates and carnivores. » Conservation Biology 21(1)0: 36-47. https://doi.org/10.1111/j.1523-1739.2006.00591.x

    5 Naude, V. N., Balme, G. A., O’Riain, J., Hunter, L. T. B., Fattebert, J., Dickerson, T. and Bishop, J. M. (2020). « Unsustainable anthropogenic mortality disrupts natal dispersal and promotes inbreeding in leopards. » Ecology and Evolution 10(8): 3605-3619. https://doi.org/10.1002/ece3.6089

    6 Allendorf, F. W., England, P. R., Luikart, G., Ritchie, P. A., and Ryman, N. (2008). “Genetic effects of harvest on wild animal populations.” Trends in ecology & evolution 23(6): 327-337. https://doi.org/10.1016/j.tree.2008.02.008

    7 Dures, S. G., C. Carbone, A. J. Loveridge, G. Maude, N. Midlane, O. Aschenborn and D. Gottelli (2019). « A century of decline: loss of genetic diversity in a southern African lion-conservation stronghold. » Diversity and Distributions 25(6): 870-879. https://doi.org/10.1111/ddi.12905

    8 Loveridge, A. J., Searle, A. W., Murindagomo, F. and Macdonald, D. W. (2007). « The impact of sport-hunting on the population dynamics of an African lion population in a protected area. » Biological Conservation 134(4): 548-558. https://doi.org/10.1016/j.biocon.2006.09.010

    9 Balme, G. A., Slotow, R. and Hunter, L. T. B. (2009). « Impact of conservation interventions on the dynamics and persistence of a persecuted leopard (Panthera pardus) population. » Biological Conservation 142(11): 2681-2690. https://doi.org/10.1016/j.biocon.2009.06.020

    10 Swenson, J. E., Sandegren, F., Söderberg, A., Bjärvall, A., Franzén, R. and Wabakken, P. (1997). « Infanticide caused by hunting of male bears. » Nature 386(6624): 450-451. https://doi.org/10.1038/386450a0

    11 Coltman, D. W., O’Donoghue, P., Jorgenson, J. T., Hogg, J. T., Strobeck, C. and Festa-Bianchet, M. (2003). « Undesirable evolutionary consequences of trophy hunting. » Nature 426(6967): 655-658. https://doi.org/10.1038/nature02177

    12 Crosmary, W.-G., A. J. Loveridge, H. Ndaimani, S. Lebel, V. Booth, S. D. Côté and H. Fritz (2013). « Trophy hunting in Africa: long-term trends in antelope horn size. » Animal Conservation 16(6): 648-660. https://doi.org/10.1111/acv.12043

    13 Muposhi, V. K., Gandiwa, E., Bartels, P., Makuza, S. M. and Madiri, T. H. (2016). “Trophy hunting and sustainability: temporal dynamics in trophy quality and harvesting patterns of wild herbivores in a tropical semi-arid savanna ecosystem.” PLoS One 11(10): e0164429. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0164429

    14 Allendorf, F. W. and Hard, J. J. (2009). “Human-induced evolution caused by unnatural selection through harvest of wild animals.” Proceedings of the National Academy of Sciences 106: 9987-9994. doi:10.1073/pnas.0901069106

    15 McComb, K., Shannon, G., Durant, S. M., Sayialel, K., Slotow, R., Poole, J. and Moss, C. (2011). « Leadership in elephants: the adaptive value of age. » Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences 278(1722): 3270-3276. doi:10.1098/rspb.2011.0168

    16 Bercovitch, F. B. and Berry, P. S. (2015). “The composition and function of all‐male herds of Thornicroft’s giraffe, Giraffa camelopardalis thornicrofti, in Zambia.” African Journal of Ecology, 53(2): 167-174. https://doi.org/10.1111/aje.12169

    17 Allen, C. R. B., Brent, L. J. N., Motsentwa, T., Weiss, M. N. and Croft, D. P. (2020). « Importance of old bulls: leaders and followers in collective movements of all-male groups in African savannah elephants (Loxodonta africana). » Scientific Reports 10(1): 13996. https://doi.org/10.1038/s41598-020-70682-y

    18 Allen, C. R. B., Croft, D. P. and Brent, L. J. (2021). “Reduced older male presence linked to increased rates of aggression to non-conspecific targets in male elephants.” Proceedings of the Royal Society B 288(1965), 20211374. doi:10.1098/rspb.2021.1374

    19 Van der Meer, E. and Dullemont, H. (2021). Human-carnivore coexistence: “Factors influencing stakeholder attitudes towards large carnivores and conservation in Zimbabwe.” Environmental Conservation, 48(1): 48-57. doi:10.1017/S0376892920000491

    20 Hübschle, A. (2017). « Fluid interfaces between flows of rhino horn. » Global Crime 18(3): 198-217. https://doi.org/10.1080/17440572.2017.1345680

    21 Nožina, M. (2021). « The Czech Rhino Connection: a case study of Vietnamese wildlife trafficking networks’ operations across central Europe. » European Journal on Criminal Policy and Research 27(2): 265-283. https://doi.org/10.1007/s10610-020-09453-4

    22 Hall, R. J., Milner-Gulland, E. J. and Courchamp, F. (2008). « Endangering the endangered: The effects of perceived rarity on species exploitation. » Conservation Letters 1(2): 75-81. https://doi.org/10.1111/j.1755-263X.2008.00013.x

    23 Balint, P. J. and Mashinya J. (2006). « The decline of a model community-based conservation project: Governance, capacity, and devolution in Mahenye, Zimbabwe. » Geoforum 37(5): 805-815. https://doi.org/10.1016/j.geoforum.2005.01.011

    24 Schnegg, M. and Kiaka R. D. (2018). « Subsidized elephants: Community-based resource governance and environmental (in)justice in Namibia. » Geoforum 93: 105-115. https://doi.org/10.1016/j.geoforum.2018.05.010

    25 Murray, C. K. (2017). “The lion’s share? On the economic benefits of trophy hunting.” A report for the Humane Society International, prepared by Economists at Large, Melbourne, Australia.

    26 UICN/PACO (2009). “La grande chasse en Afrique de l’Ouest: quelle contribution à la conservation? Big Game Hunting in West Africa. What is its contribution to conservation?” ISBN: 978-2-8317-1204-8

    27 Economists at Large (2013). “The $200 million question: How much does trophy hunting really contribute to African communities?”, a report for the African Lion Coalition, prepared by Economists at Large, Melbourne, Australia.

    28 David Sheldrick Wildlife Trust. “iworry: Dead or alive? Valuing an elephant.”

    29 https://safariclub.org/wp-content/uploads/2020/05/world-hunting-award.pdf

    30 Savanta ComRes (2021). Public attitudes toward trophy hunting report., a survey conducted by Savanta ComRes for Humane Society International.

    31 Tier im Recht (2021): https://tierimrecht.org/documents/4256/DE-Factsheet-Trophaeenjagd-2022-01-20.pdf

    32 https://www.humanesociety.org/sites/default/files/docs/HSUS_National-Public-Opinion-SCI-Demo-Data.pdf

    33 IPSOS nationally representative, stratified random probability sampling poll November/December 2020, presented in January 2021 in South Africa

  • X