Affaire du coq décapité : condamnation à 80h de travail d’intérêt général

Affaire du coq décapité : condamnation à 80h de travail d’intérêt général

×
Envoyer

L'article a bien été envoyé, merci !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

  • L’affaire avait fait grand bruit début août 2019, quand le délégué de la Fondation Brigitte Bardot pour les Pyrénées-Atlantiques avait découvert par hasard, sur les réseaux sociaux, une vidéo datant de juin 2019 montrant un homme arrachant la tête d’un coq vivant avec ses dents lors des fêtes d’une commune du Pays Basque

    Après enquête, il était avéré qu’il s’agissait d’un jeune champion de pelote basque, Bixente Larralde. La Fondation Brigitte Bardot avait porté plainte pour cet acte de cruauté envers un animal particulièrement abject, qui faisait encourir à son auteur une peine allant jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende (Art. 521-1 du Code pénal). 

    UNE PEINE DE 80 HEURES DE TRAVAIL D'INTÉRêt GÉnÉral

    Ayant reconnu les faits, Bixente Larralde a bénéficié d’une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (une forme de plaider-coupable), permettant à son avocat de négocier sa peine avec le procureur.

    Il s’est présenté ce matin devant le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Bayonne (64) et a accepté la peine proposée par le parquet de Bayonne, soit 80 heures de Travail d’Intérêt Général (TIG) et une mise à l’épreuve de 18 mois durant laquelle il devra réaliser cette peine.

    fondation brigitte bardot partie civile proces acte de cruaute coq Bixente Larralde

    LA FONDATION EST PARTIE CIVILE

    Au vu de l’émoi exceptionnel que cet acte barbare avait suscité dans l’opinion publique, après la découverte de la vidéo circulant sur les réseaux sociaux – un homme à table avec des amis, un coq saisi et décapité avec les dents pour amuser la galerie –  le procureur s’était directement saisi de l’affaire.

    La Fondation Brigitte Bardot avait également porté plainte et relayé cet acte de maltraitance particulièrement abject.

    Les associations de protection animale qui se sont portées parties civiles, dont la FBB, ont requis des dommages et intérêts. La délibération du juge aura lieu le 08 novembre 2019.

    Les médias ont rapidement relayé cette information :

     

    Crédit photos : Pixabay.

     

  • Fermer le menu
    X